Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

54eme Anniversaire à l’unisson au Meeting de Paris ce 15 août 2014


Par Dac-presse.com | Dimanche 17 Août 2014 | Lu 731 fois | 2 Commentaires

Quelle belle manière de célébrer ce 54eme anniversaire de l’indépendance du Congo-Brazzaville sous la bannière de la diaspora congolaise de France et d'Europe. A cet effet, plusieurs responsables d’associations et individualités ont répondu massivement au meeting de Paris à l’hôtel Holiday Inn, sis au 2 Rue du 8 Mai 1945 à Paris 17e.



Sous la mouvance de Lyon, Paris reprend le flambeau des meetings contre la dictature et le non à la modification constitutionnelle au Congo-Brazzaville. Ce dernier, sans exagération ni langue de bois a marqué les esprits tant sur la prestation des interlocuteurs que sur la force de mobilisation des organisateurs. Après le mot introductif du modérateur le LION DE MAKANDA, Mr MATSIONGO (individualité) fut le premier à ouvrir le bal. Dans son propos, il a interpellé le secrétaire général de l’UPADS, Mr TSATY MABIALA en lui demandant d’aller au bout de sa logique. Ce dernier devrait demander aux députés de son parti de se prononcer contre la modification de la constitution. Aussi, il a souligné l’ambiguïté orchestrée par le pouvoir actuel qui confond la fête Nationale et la municipalisation accélérée voire une fête du PCT .

Mr Benoît YOULOU, renchérit par une citation très applaudie par l’assemblée : « Le tyran est debout parce que le peuple est a genoux, si le peuple est a genoux c’est parce qu’il a renoncé a ses droits ». Cette maxime place le peuple congolais devant ses responsabilités. Ou le peuple congolais disparaîtra en tant que peuple souverain et libre ou il se soulèvera pour faire valoir ses droits devant la tyrannie étouffante qui l’emprisonne.

Mr I.AYA TONGA (individualité) n’est pas allé non plus de main morte en citant cette fois Mandela, « J‘ai appris que le courage n’est pas l’absence de peur mais la capacité de la vaincre ». Alors le peuple congolais courageux vaincra bientôt sa peur contre le tyran Denis Sassou Nguesso et ses sbires criminogènes.

Cette première vague d’orateurs fut nourrie par une salve d’applaudissements et surtout agrémentée par le célèbre griot de la Résistance congolaise, devenue à ce titre, le porte parle des sans voix, des opprimés congolais, j’ai nommé YOUSS BAND.

La seconde partie fut ouverte par le jeune engagé DONALD EMPERATOR (Collectif Sauvons le Congo) dans un réquisitoire cinglant et très accusateur du régime de Mr SASSOU en qualifiant son pouvoir de « la plus grande et plus féroce dictature d’Afrique Centrale » .

S’inscrivant dans cette même optique, Mme ZOÎA TAMBA-TAMBA (individualité) renchérit « Considérant qu’actuellement au Congo-Brazzaville, aucune élection ne peut se concrétiser en dehors d’un cadre politique fondé sur un large « consensus national » mais aussi sur une « légitimité populaire » . J’appelle donc à « la convocation des états généraux de la nation » seul cadre, en mesure d’établir des nouvelles règles de jeu, en vue de récréer la confiance et de bâtir un cadre d’organisation des élections véritablement justes , libres et transparentes »

Cet appel fut appuyé fortement par Mr Raoul LOUBELO (individualité) qui pense que pour faire barrage à la pyromanie politique de Mr SASSOU, la diaspora devrait œuvrer pour l’aboutissement des États généraux de la nation.

De même, les interventions de SANELLIE TAMBA-TAMBA ( Comité d’Actions, Coordonnatrice), Auguste MAVIMBOU (Codicord) ont abondé dans le même sens.

Magloire NDOBA (Membre des Assises), Raphaël GOMA (Comité d'Action, Coordonnateur d'honneur), Jean-Claude BERI ( DAC), Gertrude MALALOU-KOUMBA (DAABANYL ) ont quant à eux plaider pour une unification de la diaspora en aseptisant le milieu et surtout en taisant nos ego et querelles internes. Ayons l’humilité d’apprendre à nous s’écouter pour surpasser le complexe de supériorité qui anime certains d’entre nous. Cette seconde partie fut agrémentée par Mr VERMEILHE frère du Congo démocratique

Ainsi deux membres de la communauté de la RDC, dont le Président SALLIE sont venus témoigner leur engagement aux côtés des forces congolaises qui œuvrent pour la démocratie et surtout rappeler l’importance de notre culture congolaise en particulier et africaine en général.

Il faut également souligner les interventions brèves mais percutantes D’Adrien Houabaloukou qui lui a appelé à dépasser les divisions et à construire « la Nouvelle République ». Et Patrick Eric MAMPOUYA qui a demandé à la diaspora de cesser cette thérapie de groupe récurrente et à entamer l’œuvre du combat sur le terrain. Il faut également préciser que les propos de Patrick. E. MAMPOUYA ont suscité l’indignation de certains militants présents dans la salle et d’autres un étonnement voir un rejet.

L’entrée en scène de l' harangueur de foule, le captivant orateur venu tout droit de la Hollande, Bruno MOUELE ( MCCD) enflamma la salle de réunion de l’hôtel Holiday Inn. Un orateur qui a le verbe facile et aux mots percutants mêlés dans un discours incisif à la manière de Martin Luther KING qui finit par électriser avec ses phrases « dictature immonde », « mettons fin à la dictature Djihaliste congolaise » sous les applaudissements vifs et nourris de la salle en liesse. Les militants contre la dictature auraient-ils trouvé là leur nouveau porte parole ?

Il était 18 H 05, le meeting de Paris prend fin dans un élan patriotique en entonnant de façon spontanée « l’hymne nationale du Congo ». La victoire est proche. C’est sous cette note optimiste que les militants se préparent pour le BIG MEETING de HOLLANDE prochainement. Après la Hollande , la diaspora s'engage à mettre le cap sur Brazzaville.

Jean-Claude BERI
Lu 731 fois


Vos commentaires:

1.Posté par bitoum le 19/08/2014 00:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
foutaises.sibiti s'est embellie hier c'etait des israeliens qui s'y pavanaient .demain ce sera mouyondzi alors qu en 1993 c'etait aubeville qui grouillait de cocoyes et autres aubevillois.faites chier.

2.Posté par Ilingui le 31/08/2014 19:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Où va l’argent de l’or noir, pour reprendre l’indignation et l’étonnement du président Théodoro Obiam Nguéma ? En voyant l’état de délabrement avancé de Sibiti,lors de la célébration du 54ème anniversaire du Congo à Sibiti, le président équato-guinéen, ne pouvait pas se retenir de demander aux devant certains collaborateurs du dictateur congolais en ces termes: « Comment avec autant d’argent, l’intérieur du Congo peut-il être dans un état aussi calamiteux, pitoyable et désastreux, alors que tous les équato-guinéens vivant au Gabon sont rentrés, et que notre pays se transforme? Où va l’argent public congolais? ».Le Congo n’a, depuis plus de trente ans, jamais été gouverné normalement." disant mieux depuis 1977." Et surtout depuis l’immigré béninois-ivoirien de se hisser au pouvoir dans notre pays) comme l' a commenté madouma lissafi.Le dictateur Sassou-Nguesso, sa famille, son clan et ses courtisans ont méthodiquement vidé les caisses. L’entourage du tyran d’Oyo s’est enrichi sans vergogne, au détriment d’une population clochardisée.Aujourd’hui, les congolais ne vivent pas, mais survivent…" Les congolais meurent comme des mouches et vivent dans des conditions épouvantables et sont exposés à tout genre d'épidemie par manque total d' hygiène. L'OMS devrait fermer sa direction en guise de protestation" Ne laissons pas au dictateur Sassou-Nguesso s’asseoir sur nos institutions en humiliant l’ensemble du pays et ses forces vives. A l’impossible, le peuple congolais n’est tenu.(http://congo-liberty.com/?p=9972). " Réunissons nous sans plus attendre 2016 et brisons les chaines de misère qui nous retiennent.

Nouveau commentaire :

Publions des commentaires constructifs pour avancer

Politique