Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Alain Ngouinda (entraîneur du CARA): «Il nous faut éviter d’être ridicule»


Par Propos recueillis par Guy-Saturnin MAHOUNGOU | Lundi 15 Décembre 2008 | Lu 729 fois | 0 Commentaire



Alain Ngouinda (entraîneur du CARA): «Il nous faut éviter d’être ridicule»
Les Aiglons sont à l’orée d’une nouvelle aventure, en Ligue africaine des champions. Les Angolais de Primeiro de Agosto de Luanda seront leurs adversaires au tour préliminaire, dans deux mois, les 1er et 15 février 2009, à Luanda, d’abord, à Brazzaville, ensuite. Un tel défi exige préparation et recrutement. Et il faut cultiver l’excellence. Elle coûte cher. On ne sait si les Aiglons auront les moyens de leur ambition. Pour cela, nous avons interrogé l’un des acteurs de leur triomphe, l’entraîneur Alain-Nestor Ngouinda, qui revient, aussi, sur le titre de champion qui leur donne droit à la Ligue des champions.

Votre sentiment sur le tirage au sort, qui vous a désignés comme adversaire: Primeiro de Agosto d’Angola.

Il faut avouer que le football angolais a l’avantage de disposer de beaucoup de moyens financiers et de l’attention des responsables sportifs nationaux. Donc, les clubs angolais sont plus organisés et mieux structurés que les nôtres. Je le dis en connaissance de cause. Dans ma carrière, j’ai eu à entraîner en Angola. D’ailleurs, j’apprends que Primeiro de Agosto se trouve, déjà, en Espagne, pour préparer la saison 2008-2009. Qu’importe, se frotter à ce football nous permettra de jauger le niveau de l’élite africaine et de mesurer le travail qu’il nous reste à faire. Le problème, pour moi, est d’éviter être ridicule dans cette compétition.

Comment CARA préparera-t-il ces deux rencontres?

Avec le maximum de soins et de détails. Un internement, le plus tôt possible, au plan local. Nous solliciterons, aussi, deux à trois séances d’entraînement au Stade Massamba-Débat, parce que le gazon y est meilleur. Toujours dans le souci du détail, la préparation se poursuivra à Douala (Cameroun), à compter du 5 janvier 2009, à l’Académie Kadji Sport. Récemment, j’y suis allé voir les structures et négocier notre prochain séjour avec Michel Kaham, directeur de cette structure. Ensuite, il y aura une intensification du rythme, à travers plusieurs rencontres amicales contre les meilleures équipes du championnat du Cameroun. Pour terminer, un match est prévu contre une équipe de Kinshasa, à l’approche de notre entrée en compétition.

On susurre des recrutements d’étrangers. Peut-on en parler?

Volontiers. Notre récent séjour à Douala, nous a permis de négocier l’arrivée de deux Camerounais: un avant-centre, Dallé, et un gardien de but, Rostand Youté. Le premier est déjà dans nos murs, le second ne tarderait pas à nous rejoindre. Avant eux, sur les trois Camerounais qui étaient déjà avec nous, un seul a été finalement retenu: Alex Ndjefen, un milieu de terrain offensif. Mais, nous avons jusqu’au 15 décembre 2008, pour envoyer notre première liste de joueurs à la Caf. Il n’y pas à se précipiter.

On peut, dès lors, rêver d’une longue carrière africaine?

Ça, il ne faut pas rêver. Car, même si on met beaucoup de moyens financiers, les autres s’y sont pris très tôt, dans la préparation. Nous tenterons, néanmoins, de rivaliser avec nos adversaires, en comptant sur les moyens humains. C’est à ce niveau que pourrait se faire la différence.

Que pourriez-vous encore demander aux dirigeants de l’équipe?

Qu’ils essaient d’élever le niveau de la prise en charge des joueurs. Je retiens, toujours, ce que me ressassait l’Allemand Joachim Fickert, aux côtés de qui j’ai travaillé pour les sélections nationales: si on veut battre un gros calibre, il faut mettre les joueurs dans les mêmes conditions que ceux de ce gros calibre.

Revenons au titre remporté par CARA. Qu’est ce qui a été à la base de ce succès?

J’avais à ma disposition une ossature qui n’a pas trop bougé, depuis 2006. Je me suis attaché ensuite d’obtenir d’eux le respect des consignes, de donner au groupe une cohésion et une discipline rigoureuse. Et le fait d’avoir bien démarré la saison nous a donné une dynamique de la victoire. Ajoutez à cela l’engouement des dirigeants. Le président s’est investi. Ça été motivant. Un couac: les supporters de CARA ont été trop agressifs vis à vis de moi. Je les respecte. Mais, eux n’ont malheureusement pas de respect pour ceux qui travaillent pour l’équipe. J’abandonnais, je l’avoue, si je n’avais pas un moral de fer. Toutefois, je lève mon chapeau, pour les supporters aiglons de Pointe-Noire.

Etes-vous, parfois, préoccupé par le niveau de notre football?

Bien sûr. Je déplore le fait que ceux qui ont en charge les destinées de ce football ne valorisent pas le corps national des entraîneurs. Il n’y a ni stages, ni séminaires réguliers pour l’encadrement des nouveaux, ni séminaire de recyclage pour les anciens. Voyez-vous, sur quatre ou trois ans, rien n’a été fait dans ce sens. Nous sommes en train de partir. Où est la relève? J’ai le souci du devenir de notre football, sinon je ne serai pas rester au pays, puisque j’ai eu encore des opportunités de m’exiler. Nous sommes un corps national de football incompris.

Auriez-vous un dernier mot?

L’espoir est permis pour relever le niveau de notre football. Mais, il faut une prise de conscience réelle de tous les acteurs…

Diables Rouges du Congo
Lu 729 fois


Nouveau commentaire :

Publions des commentaires constructifs pour avancer

RD Congo | Actualités | Football | Beauté et Mode | RD Sport | RD Economie | Handball | RD Société | Les arts | Gouvernement | RD Album | Arts martiaux | Monde | High Tech | Basket-ball | Indiscretions | Athlétisme | Sports | Portraits | Autres Sports | Interviews | Tennis | Afrique | Interviews Sports | Maghreb | Dans les bacs | Festivals | Rétrospective | Paroles de chansons | Livres | Divertissement | Cuisine congolaise | Vitrine | Ambassades | Actualité RDC | Sante | Economie | RD Politique | RD Tribune | Ils ont dit | Polémique | Live | Concert | Société | Zoom | Anecdotes