Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Allocution du 1er vice-président des Forces unies pour la liberté et la démocratie Marion Michel Madzimba


Par | Mardi 24 Novembre 2015 | Lu 420 fois | 0 Commentaire

Brazzaville, (Starducongo.com) - La sortie officielle des Forces unies pour la liberté et la démocratie (Les FUL-D) a eu lieu le 21 novembre courant à Brazzaville. Ci-dessous, l'intégralité de l'allocution du 1er vice-président de cette plateforme société civile, Marion Michel Madzimba Ehouango.



Mesdames et Messieurs respectables invités et chers compatriotes,

Notre plate-forme prend naissance dans un contexte dominé par un débat constitutionnel qui engage notre pays vers des lendemains incertains.

Notre position de principe a été précisée dans la déclaration que le porte-parole des FUL-D vous a communiquée.

Les groupements de la société civiles en principe se gardent bien de trop impacter dans les débats politiques, mais comprenez que la situation que traverse notre pays ne saurait laisser indifférente une plate-forme comme la nôtre qui a vocation à œuvrer pour la liberté sous toutes ses dimensions, la démocratie et l'État de droit.

La question constitutionnelle est une question citoyenne car la Constitution règle notre vie, nos activités et prédispose de notre liberté y compris la liberté de choisir ceux qui vont nous gouverner.

C’est ainsi que nous nous ne pouvons esquiver la franche question de la défense de l'ordre constitutionnel et de l'alternance politique.

Nous sommes fermement engagés à œuvrer aux côté de toutes les forces politiques et sociales pour la restauration de l'ordre constitutionnel violé, et la sauvegarde des libertés publiques menacées et bafouées.

En effet, comment vivre en paix dans un état de droit lorsque l'on sait que plus de 250 de nos compatriotes sont emprisonnés pour avoir légitimement dit non au changement de la Constitution;

Comment espérer une activité politique sereine lorsque des acteurs politiques dont certains chefs de partis sont obligés de vivre cachés dans un exil intérieur ,parce que menacés d'arrestation pour des délits politiques et d'opinion.

Il est de notre responsabilité d'exiger sans conditions la libération immédiate de toutes les personnes arbitrairement détenues à l'occasion des troubles causés par le viol de la Constitution du 20 janvier 2002.

De même nous exigeons que l'état dédommage les commerces et les biens multiples détériorés à l'occasion des troubles dont seuls les pouvoirs publics peuvent être tenus pour responsables.

Au nom des collectifs des parents des disparus et les personnes décédées ou blessées à cause de ces troubles dont seul le président de la république peut être tenu pour responsable ,nous demandons que justice soit rendue avec l'implication de la communauté internationale.

À fin de garantir la restauration des libertés et de l'alternance démocratique, nous demandons à la communauté internationale d'accompagner le peuple Congolais dans la résolution de cette crise institutionnelle avérée.

Mesdames et Messieurs, Respectables invités et chers compatriotes les forces unies pour la liberté et la Démocratie (FUL-D) vous remercient d'avoir bien voulu vous déplacer ce jour mémorable pour une nouvelle plate-forme de la société civile congolaise.

Fait à Brazzaville le 21 novembre 2015

Le 1er vice-président des FUL-D,

Marion Michel Madzimba Ehouango
Lu 420 fois


Nouveau commentaire :

Publions des commentaires constructifs pour avancer

Politique