Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Amnistie internationale présente SOUS LE JASMIN

Des photographies saisissantes témoignent


Par | Vendredi 3 Octobre 2014 | Lu 260 fois | 0 Commentaire

MONTRÉAL, (Starducongo.com) - Il s’est ouvert hier, jeudi 2, au Gesù de Montréal SOUS LE JASMIN, une exposition de photographies d’Augustin Le Gall (du 2 octobre au 8 novembre) qui propose des portraits saisissants de victimes tunisiennes de tortures.



Pour l’artiste « Cette exposition de 34 portraits en noir et blanc est le fruit d’une rencontre avec ces hommes et ces femmes qui ont traversé la Tunisie contemporaine et racontent une histoire lourde et douloureuse. Une histoire qui marque à jamais l’histoire d’un peuple.

C’est aussi le fruit d’une rencontre avec l’Organisation mondiale contre la torture et son équipe de Tunisie, qui a pris l’initiative de porter un tel projet, associant sa mission de sensibilisation et le regard subjectif d'un photographe. C’est enfin le fruit d’une rencontre avec les acteurs de la société civile, sans qui tout ce travail n’aurait pu se faire. »

Imen Derouiche est la porte-parole de cette exposition pour Amnistie internationale. Arrêtée arbitrairement en mars 1998 en Tunisie pour ses activités au sein de l’Union générale des étudiants de Tunisie, elle a été victime de torture et de viol durant des interrogatoires qui auront duré plus de cinq jours. Au terme d’un procès inique durant lequel le juge, alléguant l’immoralité de ses propos, a refusé d’entendre son témoignage sur les mauvais traitements qu’elle aurait subis, elle sera condamnée à purger une peine de dix-huit mois et demi d’emprisonnement à la Manouba, la prison pour femmes de Tunis.

Remise en liberté en août 1999 à la suite de fortes pressions internationales dont celle venant d’Amnistie internationale, interdite de travail, son inscription à l’université de Tunis refusée et sous forte surveillance policière, elle sera finalement contrainte de quitter le pays et s’installera en France en octobre 2000.

« Dans le monde entier des gouvernements font preuve d'hypocrisie face à la torture. Ils l'interdisent à travers la législation, mais l'encouragent dans la pratique », a déclaré Béatrice Vaugrante, directrice générale d'Amnistie internationale. « Amnistie a recensé des cas de torture dans 141 pays ces cinq dernières années. C’est pourquoi nous sommes en campagne mondiale contre la torture, visant le Mexique, le Nigeria, l’Arabie saoudite, l’Iran. Même le Canada est concerné : le gouvernement canadien n’a pris aucune initiative en vue de signer le Protocole facultatif à la Convention contre la torture (OPCAT). Ce traité supplémentaire établit un cadre d’inspections régulières des centres de détention au niveau national et international, ce qui a pour but d’identifier et de remédier aux conditions favorisant la torture et les mauvais traitements. Il est crucial que le Canada signe afin de pouvoir l’exiger des autres pays non signataires où les cas de torture sont légion. »

« En refusant de signer, le Canada banalise la torture, en fait quelque chose dont on ne se préoccupe pas » déplore Imen Derouiche.

Amnistie internationale Canada francophone fait campagne pendant toute l’année 2014 pour mettre fin à la torture et aux peines et traitements cruels, inhumains et dégradants (CID) pratiqués par les États, avec l’objectif de protéger les victimes par l’instauration et l’observation efficaces des garanties contre la torture et autres CID.

Amnistie internationale demande aux gouvernements d'instaurer des mécanismes de protection, tels que des examens médicaux en bonne et due forme, le droit de pouvoir consulter rapidement un avocat, des contrôles indépendants des lieux de détention, des enquêtes indépendantes et efficaces en cas d'allégations de torture, des poursuites judiciaires à l'encontre des personnes soupçonnées d'avoir commis des actes de torture et des réparations appropriées pour les victimes, afin de prévenir et sanctionner le recours à la torture.

« Afin d’illustrer cet enjeu important concernant les droits des personnes torturées, fait valoir Béatrice Vaugrante, nous accueillons à Montréal avec fierté, en partenariat avec le Gesù et l’OMCT, l’exposition Sous le jasmin. » Selon Imen Derouiche, la prévention de la torture passe, entre autres, par le contact humain, l’écoute et la confiance. « C’est cette solidarité qui m’a fait prendre conscience qu’il y avait autre chose que la violence ».

Prix Nobel de la Paix en 1977, Amnistie internationale est un mouvement mondial d’hommes et de femmes qui militent pour le respect des droits humains, indépendant de tout gouvernement, de toute idéologie politique, de tout intérêt économique et de toute religion. Plus de trois millions de militants à travers 150 pays agissent pour la liberté, la dignité et la justice de ceux qui en sont privés.

Amnistie internationale n’accepte pas de subventions gouvernementales et ne peut réaliser ses objectifs que grâce à des dons de particuliers.

Source: Communique
Lu 260 fois


Nouveau commentaire :

Publions des commentaires constructifs pour avancer

RD Congo | Actualités | Football | Beauté et Mode | RD Sport | RD Economie | Handball | RD Société | Les arts | Gouvernement | RD Album | Arts martiaux | Monde | High Tech | Basket-ball | Indiscretions | Athlétisme | Sports | Portraits | Autres Sports | Interviews | Tennis | Afrique | Interviews Sports | Maghreb | Dans les bacs | Festivals | Rétrospective | Paroles de chansons | Livres | Divertissement | Cuisine congolaise | Vitrine | Ambassades | Actualité RDC | Sante | Economie | RD Politique | RD Tribune | Ils ont dit | Polémique | Live | Concert | Société | Zoom | Anecdotes