Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Ancien musicien de Zaiko Nkolo Mboka : José Père Elanga s’annonce avec l’album «Varma Kitoko»


Par Laprosperiteonline.net | Jeudi 2 Avril 2015 | Lu 260 fois | 0 Commentaire

*José Père Elanga est parmi les rares artistes musiciens qui défendent valablement la musique congolaise sur la scène internationale. En prélude de la sortie prochaine de son nouveau disque, ce chanteur évoluant en Suède a accordé une interview exclusive à «La Prospérité». L’occasion était propice pour l’ancien de Zaiko Nkolo Mboka de parler de son trophée remporté le mois dernier au Festival D´Avignon et aussi de la place de la rumba congolaise sur le plan international. Retrouvez, ci-dessous, l’intégralité de l’interview.



José Père Elanga
José Père Elanga
La Pros : Pouvez-vous vous présenter brièvement au public de l’art d’Orphée et aux lecteurs du journal « La Prospérité » qui sont éparpillés à travers le monde ?

José Père Elanga
: Je suis né et grandi à Kinshasa. Je suis un artiste musicien congolais résidant actuellement en Europe, précisément en Suède. Je suis auteur et compositeur de chansons. Un chanteur polyvalent qui gratte aussi la guitare.

La Pros : Comment se présente votre parcours musical ?

JPE
: Mon aventure avec la musique commence vers les années 1986 lorsqu’avec les amis, nous avions créé le groupe Traction Paris 9. Une année après, je rejoins le group Art-Pathino. C’est ici que la passion de l’art prendra corps et esprit pour faire vraiment une carrière. C’est ainsi que je suis allé en 1998 à l’orchestre Ablagothes Bata Bata. Cette expérience va me permettre de trouver une place en 1993 dans Zaiko Familia Dei. Là- bas, je bossais pendant trois ans avant d’être récupéré dans le groupe Nouvelle écriture de Papa Wemba où je n’ai évolué que pendant un an. En 1997, je travaillais avec le feu Madilu dans son orchestre Multi-System. Deux ans après, j’ai quitté Madilu pour intégrer Zaiko Langa Langa Nkolo mboka jusqu’à 2015.

La Pros : La musique, pour vous est-elle un tremplin ou une profession ?

JPE
: Les mélomanes doivent surtout retenir que la musique est une vocation pour moi. Ma mère me racontait souvent que je chantais dans son ventre.

La Pros : Avez-vous des œuvres références par lesquelles le public peut facilement vous reconnaître ?

JEP :
J´ai encadré beaucoup de jeunes talents qui sont devenus des musiciens confirmés. J´ai chanté une chanson patriotique à l´époque du feu Mzee Kabila qui a marqué l´actualité. La chanson s’intitule «Tongo etani». J’ai fais Zénith avec Zaiko Nkolo Mboka. Dans Zaiko, j’ai placé un titre dans l’album « Eureka » sorti en Europe. Récemment, j’ai reçu le trophée « Stim » au Festival D´Avignon avec le très renommé Faustin Linyekula, un autre congolais qui fait la fierté de la culture congolaise à travers le monde. Il y a également pas mal de choses que j’ai bénéficiées grâce à la musique.

La Pros : Dernièrement vous- avez reçu un trophée de mérite artistique en Suède. Que peut-on retenir de cette récompense ?

JPE
: Le Trophée est attribué chaque année aux artistes qui se sont bien comportés. C’est le fruit de la discipline dans l’art. Ce trophée est significatif pour moi, après Zaiko Langa Langa j´ai réussi à prouver que j´ai une place d´or sur l´échiquier international.

La Pros : Quelle est votre particularité dans la musique ?

JPE
: C´est le mélange de ma musique qui fait la différence avec les autres. Mon style se nourrit des autres, tout en gardant son authenticité.

La Pros : Comment réagissez-vous lorsque certains observateurs soutiennent que la musique congolaise est en perte de vitesse sur la scène internationale ?

JPE
: La musique congolaise a toujours sa place de choix sur le plan international, mais il faut apporter des réformes. C’est clair. Une grande monotonie s´est installée avec des textes qui n´éduquent pas.

La Pros : Cela fait 5 ans depuis que les musiciens congolais ne se produisent plus en Europe à cause de menaces de combattants. Quel remède préconisez-vous pour mettre fin à cette situation ?

JPE
: Le problème est entre Congolais. Nous devons chercher l´unité et cultiver plus l’amour du prochain, comme j’ai toujours prôné "Soigner-soigner".

La Pros : Que pensez-vous de la suite de votre carrière pour mieux défendre votre trophée ?

JPE
: La priorité est d’abord la sortie de mon premier album solo qui portera le titre « Varma Kitoko ». Ensuite, J’ai prévu également une tournée mondiale qui va commencer par le Congo.

La Pros : Pourquoi préférez-vous évoluer dans l’anonymat alors que vous avez un cursus dynamique ?

JPE :
J’ai quitté le Congo en 2002 avec Zaiko Langa Langa. En 2012, j’avais effectué un voyage au pays pour une visite familiale. Je gère une carrière depuis près de 25 ans maintenant. Si beaucoup de gens me reprochent d´être très modeste, je me sens bien dans une certaine discrétion sachant que les bonnes oreilles savent écouter et découvrir les bons talents. Le public n´oublie un artiste que lorsque les médias l´oublient. Désormais, je vais maintenant commencer à donner des nouvelles sur ma carrière à chaque fois que l’occasion se présente. Que mon public sache que je ne l´oublie pas. Merci.

Propos recueillis par Jordache Diala
Lu 260 fois


Nouveau commentaire :

Publions des commentaires constructifs pour avancer

RD Congo | Actualités | Football | Beauté et Mode | RD Sport | RD Economie | Handball | RD Société | Les arts | Gouvernement | RD Album | Arts martiaux | Monde | High Tech | Basket-ball | Indiscretions | Athlétisme | Sports | Portraits | Autres Sports | Interviews | Tennis | Afrique | Interviews Sports | Maghreb | Dans les bacs | Festivals | Rétrospective | Paroles de chansons | Livres | Divertissement | Cuisine congolaise | Vitrine | Ambassades | Actualité RDC | Sante | Economie | RD Politique | RD Tribune | Ils ont dit | Polémique | Live | Concert | Société | Zoom | Anecdotes