Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Arts plastiques : Le sculpteur Freddy Tsimba donne une seconde vie aux ferrailles de Kinshasa


Par Groupelavenir | Mardi 7 Août 2012 | Lu 717 fois | 0 Commentaire



Arts plastiques : Le sculpteur Freddy Tsimba donne une seconde vie aux ferrailles de Kinshasa
C’est à travers ses sculptures expressives et aux tailles monumentales que Freddy Tsimba dresse avec rigueur les aspects néfastes de la guerre, la conjoncture congolaise et ses cohortes de malheur.

Des personnages torturés côtoient son art symbolique d’une écriture sculpturale expressive. Pour ce faire, cet artiste sculpteur recourt particulièrement aux matériaux de récupération. Et après, dans le grand secret de son atelier en plein cœur du quartier Matonge dans la commune de Kalamu à Kinshasa, il donne une vie artistique à toutes ces ferrailles ramassées ici et là, particulièrement dans les rues de Kinshasa.

Dans ses réserves, l’artiste rassemble avec une certaine touche de philosophie entre autres les douilles de cartouches ramassées, des cuillères usées et autres ustensiles de cuisine. Sa démarche artistique le pousse par moment à sacrifier même ses propres chaises en plastiques pour arriver à ses fins. Et de ces matériaux, il donne un sens à ses compositions qui dénoncent en général les anti-valeurs.

Des œuvres qui exorcisent la souffrance…

Dans certaines de ses œuvres, il témoigne de la violence de la guerre. Dans sa démarche artistique teintée un peu d’une touche d’universalisme, l’artiste retrace les guerres d’ici et d’ailleurs, le déplacement forcé des populations avec leur cohorte de malheur, les enfants soldats, le viol des femmes, la naissance des enfants de la guerre, la misère, l’effondrement de valeurs fiduciaires, les chômages bref les questions essentielles et universelles qui constituent dans certains cas les contours néfastes de la guerre. « Je suis un sculpteur des larmes, mais d’espoir. Je n’aime pas la souffrance. Mes œuvres tentent d’exorciser la souffrance », a déclaré Freddy Tsimba. Pour l’artiste, la culture contribue énormément à la paix en RD Congo aux côtés d’autres richesses du pays. « Je crois à l’art. La culture constitue une richesse pour la RD Congo. Une richesse qui n’a pas fait couler le sang par rapport au coltan et autres minerais,… », a renchéri l’artiste.

Des douilles qui témoignent la violence…

De ses inspirations, Freddy Tsimba est allé un peu plus loin dans sa démarche artistique, au delà de son atelier. Des douilles ramassées aux lendemains des différents théâtres de barbarie à Kinshasa, Freddy Tsimba a dressé des compositions révélatrices. Telle dans l’œuvre dénommée « Au delà des extrêmes », cette composition présente une femme qui plane avec des douilles au ventre. De même que dans « Victime malgré elle » où la composition repose sur des douilles fragmentées donnant vie à un corps expressif. Cette œuvre a été primée Médaille d’argent, aux jeux de la Francophonie, en 2001. Et particulièrement dans « Mabele ba bosana », l’artiste plasticien dresse neuf sculptures choquantes. Freddy Tsimba présente des ventres brûlés de femmes et éventrés par l’enfer de la guerre. Il dispose ses œuvres à la chaîne, donnant l’impression d’une hécatombe. Il poursuit dans « les larmes des oubliés », en exposant des chaussures de fortune pendantes, un témoigne de la misère. L’attrait de l’artiste pour ses matériaux, c’est une manière pour l’artiste de dénoncer et d’oublier en même temps une plaie historique de son pays, la guerre. Ces douilles qui ont hier arraché des vies humaines dans le champ de bataille, l’artiste sculpteur les redonnent une seconde vie, cette fois, artistique.

Pas de bouffe ! Les cuillères dans la poubelle

Dans le même registre, il exploite aussi des cuillères usées ou encore abandonnées dans les poubelles de Kinshasa par leurs propriétaires. Ceux-ci ne mangent pas à leur souhait, forcé par la conjoncture et la misère. Certains ustensiles de cuisine ne servent plus à rien pour certains de ses compatriotes. Ces couverts peuplent les poubelles de Kinshasa. L’artiste en fait usage en l’exploitant dans ses compositions pour dénoncer cette misère.

Des voitures en fil de fer aux œuvres monumentales

Né à Kinshasa en 1967, Freddy Bienvenu Tsimba est diplôme de l’Académie des Beaux-arts de Kinshasa, en option sculpture monumentale. Il est détenteur de la médaille d’argent des Jeux de la Francophonie, à Ottawa, au Canada en 2001. Entre autres mérites, il a été gratifié d’un diplôme d’honneur, lors du salon international des arts plastiques, à Béziers. L’artiste a été l’ambassadeur de la RD Congo dans plusieurs festivals à travers le monde.

Dans son quartier de Matonge, il ne s’imagine pas dans sa tendre jeunesse qu’en fabriquant des modèles de voitures en fil de fer qu’il s’effraye un avenir radieux dans le monde de la sculpture congolaise. Freddy Tsimba à ce jour exploite le bronze, le métal, la terre et le ciment. Ce sculpteur a imposé sa discipline artistique dans un univers des créateurs le quartier Matonge à Kinshasa où se croisent sapeurs, musiciens et autres vendeurs des brochettes. De Kinshasa, capitale de la sape et de la musique congolaise, Freddy Tsimba se révèle dans ses créations monumentales.

Saint Hervé M’Buy
Lu 717 fois


Nouveau commentaire :

Publions des commentaires constructifs pour avancer

RD Congo | Actualités | Football | Beauté et Mode | RD Sport | RD Economie | Handball | RD Société | Les arts | Gouvernement | RD Album | Arts martiaux | Monde | High Tech | Basket-ball | Indiscretions | Athlétisme | Sports | Portraits | Autres Sports | Interviews | Tennis | Afrique | Interviews Sports | Maghreb | Dans les bacs | Festivals | Rétrospective | Paroles de chansons | Livres | Divertissement | Cuisine congolaise | Vitrine | Ambassades | Actualité RDC | Sante | Economie | RD Politique | RD Tribune | Ils ont dit | Polémique | Live | Concert | Société | Zoom | Anecdotes