Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Azur Sport de Pointe-Noire. Francis Ngouala harcelé par la fuite de ses joueuses


Par SDC, Starducongo.com | Lundi 8 Février 2010 | Lu 940 fois | 0 Commentaire



Azur Sport de Pointe-Noire. Francis Ngouala harcelé par la fuite de ses joueuses
Ancien footballeur sociétaire de Patronage Sainte-Anne et d’Inter Club de Brazzaville, Francis Ngouala n’a pas totalement abandonné le milieu du football congolais. S’étant retiré à Pointe-Noire, il est, actuellement, président d’honneur du club féminin Azur Sport. Mais, il s’insurge contre le recrutement des joueuses congolaises par des clubs étrangers, sans s’en référer à la réglementation sur les transferts internationaux. C’est sur ce sujet qu’il s’est entretenu avec notre correspondant dans la capitale économique. Suivez!

Président, pourriez-vous nous dresser le bilan de votre équipe, pour la saison 2009?

La saison n’a pas été rose pour nous, je l’avoue. En seize années de présidence, jamais nous n’avons vécu le fiasco de cette saison sportive. Nous avons perdu tous nos matches et nous nous retrouvons à la dernière place au classement définitif. C’est grave!

A quoi est dû ce fiasco, comme vous l’appelez?

Nous avons été dépouillés de nos meilleures joueuses. Il y a un trafic des joueuses, de Pointe-Noire vers la province angolaise du Cabinda. C’est inadmissible, sous d’autres cieux! Quatre joueuses, et non des moindres, ont pris, clandestinement, le chemin du Cabinda. Il s’agit des jumelles Tsimba et Nzoussi, d’Akouala et Carine Bissila. Cette dernière dont nous avons obtenu régulièrement le transfert de Patronage Sainte-Anne, n’a même pas joué un seul match, mais elle s’est retrouvée au Cabinda.

Etiez-vous surpris de ces départs?

Les dirigeants des clubs du Cabinda ne respectent pas la réglementation en vigueur au sujet des transferts internationaux. Ils viennent nous prendre les filles, nuitamment, parfois avec la complicité des parents de ces dernières et, pire, d’un dirigeant de notre propre équipe. C’est bien plus tard que nous étions informés.
Nous sommes impuissants devant cette réalité. Si les transferts se réalisent dans la transparence, Azur Sport y gagnerait quelque chose. Hélas! ce n’est pas le cas. Et nous ignorons les noms des équipes qui, au Cabinda, utilisent nos joueuses.

Auriez-vous pris des dispositions pour que cesse cette pratique que vous décriez?

Pour l’instant, nous ne pouvons qu’attirer l’attention des responsables des clubs, mais aussi de notre fédération. Les joueuses qui partent de manière frauduleuse peuvent changer de nationalité. Du coup, elles pourraient porter les couleurs de l’Angola, au détriment de notre pays. Il faut mettre fin à ce phénomène.

Propos recueillis par E.D. NGUIMBI et N.BOUANGA
(La Semaine africaine)
Lu 940 fois


Nouveau commentaire :

Publions des commentaires constructifs pour avancer

RD Congo | Actualités | Football | Beauté et Mode | RD Sport | RD Economie | Handball | RD Société | Les arts | Gouvernement | RD Album | Arts martiaux | Monde | High Tech | Basket-ball | Indiscretions | Athlétisme | Sports | Portraits | Autres Sports | Interviews | Tennis | Afrique | Interviews Sports | Maghreb | Dans les bacs | Festivals | Rétrospective | Paroles de chansons | Livres | Divertissement | Cuisine congolaise | Vitrine | Ambassades | Actualité RDC | Sante | Economie | RD Politique | RD Tribune | Ils ont dit | Polémique | Live | Concert | Société | Zoom | Anecdotes