Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Bagnols. Danse du ballet du Congo à l'école Zouka takou


Par SDC, Starducongo.com | Jeudi 9 Décembre 2010 | Lu 1644 fois | 0 Commentaire



Bagnols. Danse du ballet du Congo à l'école Zouka takou
Edvie Malela a la bougeotte et le rythme dans la peau depuis tout petit. Là-bas, sur ses terres natales, en Afrique, à Brazzaville, il s'est toujours déhanché sur la danse afro. La musique c'est toute sa vie. Longtemps d'ailleurs, il a dansé pour le ballet national du Congo. Quand il arrive en France, études oblige, il met sa passion entre parenthèses et fait son droit à Aix-en-Provence. « Les études ont pris le dessus », lance celui qui en septembre dernier, créait à Bagnols (avenue Salengro), l'école de danse Zouka takou.

Ses premiers amours, il n'y est revenu que lorsqu'il est rentré dans la vie active. Avec son frère, il décide d'ouvrir un café, restaurant, dancing à Avignon. Le Mambo Café accueille ses premiers clients en 1998. Toujours la même trame de fond : les

rythmes festifs et endiablés. « C'était très axé sur les musiques des Caraïbes, les rythmes latinos. » L'aventure va durer sept, huit ans. Edvie Malela a envie d'autre chose. Il change de cap et sans quitter la danse, s'oriente vers la salsa. « J'ai commencé à approfondir mes connaissances et je me suis totalement investi là-dedans. Au départ, en autodidacte, ensuite en faisant plusieurs voyages directement à la source, à Cuba. » Sur place, il va s'initier à la rumba, l'afro cubain, la salsa cubaine. Pour ce faire, Edvie Malela va s'entourer de la crème des danseurs. Son apprentissage, il va notamment le faire aux côtés du danseur et chorégraphe cubain Papito Chango, professeur au plus grand festival, le Bailar Cuba, à la Havane.

« Dans la construction musicale, on retrouve ce que l'on pouvait avoir dans la rumba congolaise. Car, avant tout, la musique raconte une histoire. » Parallèlement à ses allers-retours en Amérique centrale, le quadragénaire commence à donner des cours de danse à Avignon et Carpentras. Contacté par l'association laudunoise Tchikaboum, il s'installe dans le Gard et continue de tisser sa toile de contacts et à enseigner son art. Depuis septembre, Edvie Malela a lancé sa propre école en ville. Baptisée Zouka takou (lire aussi ci-dessous), on y apprend une règle essentielle : la 'maladie' du bouger bouger. Ça tombe bien, Zouka takou signifie « bouge tes fesses » en dialecte lari congolais. « Quand j'étais petit, mon frère jouait des percussions. Moi, je dansais et j'avais tendance à bouger mes fesses. » En piste donc.

Jennifer FRANCO (Midi Libre)
Lu 1644 fois


Nouveau commentaire :

Publions des commentaires constructifs pour avancer

RD Congo | Actualités | Football | Beauté et Mode | RD Sport | RD Economie | Handball | RD Société | Les arts | Gouvernement | RD Album | Arts martiaux | Monde | High Tech | Basket-ball | Indiscretions | Athlétisme | Sports | Portraits | Autres Sports | Interviews | Tennis | Afrique | Interviews Sports | Maghreb | Dans les bacs | Festivals | Rétrospective | Paroles de chansons | Livres | Divertissement | Cuisine congolaise | Vitrine | Ambassades | Actualité RDC | Sante | Economie | RD Politique | RD Tribune | Ils ont dit | Polémique | Live | Concert | Société | Zoom | Anecdotes