Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Beyou Ciel veut reprendre sa place au soleil avec « Amour fou Lova » grâce à Lolo Mutima


Par Digitalcongo | Samedi 4 Février 2012 | Lu 1374 fois | 0 Commentaire



Beyou Ciel veut reprendre sa place au soleil avec « Amour fou Lova » grâce à Lolo Mutima
Après « Marina », la chanson qui l’a rendue célèbre dans Afrisa International de Tabu Ley, on ne l’a plus revue sur la scène musicale. Beyou Ciel, puisque que c’est d’elle qu’il s’agit, est l’une des grandes figures de la musique féminine congolaise moderne à côté de Lucie Eyenga Moseka, Mpongo Love, Abeti Masikini, Tshala Muana, Mbilia Bel…

Au sujet de cette dernière, Beyou Ciel l’avait d’ailleurs valablement remplacé après sa séparation de Tabu Ley. Nous sommes en 1988.

Après une longue absence de la scène musicale, elle veut rebondir avec « Amour fou Lova », un album cette fois de musique chrétienne de 10 titres que son producteur, Lolo Mutima compte mettre sur le marché d’ici le mois de mai et dont les travaux d’enregistrement se déroulement sans accrocs, à en croire son producteur, chez Cos and Ko » au Paris 11ème. Il faudra souligner que tous les cantiques de « Amour Four Lova » ne sont pas les compositions de Beyou Ciel.

Le propriétaire de « Pactole productions office » s’y retrouve aussi lui-même avec quelques titres. Les 10 cantiques de « Amour Four Lova » sont : « La Fidélité »( chantée en français, et dont le message tourne autour de la fidélité de Dieu qui durera pour toujours) ; « Bomoyi na ngai » «ou Ma vie » (exécutée en lingala. Il s’agit du remerciement à Dieu pour tous ses bienfaits) ; « Mets-moi dans tes prières » (en français, qui est une prière pour le Congo, les malades, les orphelins, les veuves, les shegués …) ; « Dieu me voit » (en français. Le message ici est relatif à l’omniprésence de Dieu qui même si l’homme se cache, Il le voit). « Nazui ngolu » (en lingala, aujourd’hui j’ai la grâce de chanter ou de travailler pour mon Seigneur). Ce sont ces compositions qui sont de Beyou Ciel qui a composé aussi en featuring d’autres chansons avec Lolo Mutima . C’est le cas notamment dans « De la Souffrance au pouvoir » (en lingala. Pour avoir trop souffert, une personne veut transformer sa vie pour passer de la souffrance au pouvoir).

Tandis que d’autres cantiques encore comme «Amour Fou Lova », chanté en lingala, dédié au mariage et qui a donné le nom à l’album est une composition de Nono Makiobo et Lolo Mutima.

Dans cet album, Beyou Ciel chante en plusieurs langues de la Rdc certaines de ces chansons. C’est le cas dans « Bomoyi na ngai » sera traduite et chantée en Tshiluba et en Swahili. D’autres nouvelles chansons en chantier pour le second album, seront exécutées en Kikongo.

«Amour fou Lova » fera tâche d’huile

Pour réaliser cet album qui devra consacrer son retour définitif sur scène, Beyou Ciel se fait accompagner des artistes talentueux comme sa jeune sœur Mimi Ciel, une ancienne chanteuse d’Anti Choc de Bozi. Elle intervient dans deux cantiques : « Nazui Ngolu » et « Bomoyi na ngai ». Il ne faudra pas non plus oublier la participation du chanteur Lassa Carlyto qui s’exprimera en duo avec Beyou Ciel la chanson «Dieu me voit ».

Dino Vangu, guitariste et ancien collègue de Beyou Ciel dans Afrisa International s’occupe lui de la guitare solo dans deux cantiques : « Amour fou Lova » et « De la souffrance au pouvoir »alors que Rama Ramazani, ancien de Viva la Musica se chargera du solo dans d’ autres chansons.

Donc, comme on peut le comprendre, au regard de cette sélection rigoureuse, cet album fera tâche d’huile.

En ce qui concerne le style de cet album dont la programmation est assurée par le jeune Bruce Malonga du studio Kos and Ko à Paris et l’arrangement par Sébastien Zola Tempo, Beyou Ciel et sa compagnie exploitent la Rumba, le Zouk et le Reggae.

Lolo Mutima a décidé de confier la distribution exclusive de cet album à Luxene Musengi de Bruxelles, qui sera secondé par Willy Sionga de Paris.

Il a en outre annoncé que cet album sortira sur un coffret Cd-Dvd, le Dvd comportera 3 chansons, le reste des chansons sortiront sur un Dvd intégral trois mois après la sortie de l’album et que les clips sont tournés en alternance avec l’enregistrement au studio. De même que ce producteur compte d’abord mettre un lot de 20.000 exemplaires de cet album sur le marché.

Dans le cadre de la promotion de cet album, il est prévu la diffusion sur plusieurs chaînes de télévision de Kinshasa d’une émission sur les témoignages de Beyou Ciel. Dans les tout prochains jours, le producteur de Beyou Ciel compte envoyer à Kinshasa ses affiches publicitaires. Pour sa part, Beyou Ciel va séjourner à Kinshasa pendant les grandes vacances. Mais en attendant, pour toute information, il invite les lecteurs de Digital Congo.net et autres amoureux de la musique chrétienne de le contacter au 00 33 6 64 57 37 40 et de lui écrire à son adresse e-mail qui est:pactoloffice@yahoo.fr. ou lolomutima@yahoo.fr.

Beyou Ciel : le compositeur de « Marina » devenue évangéliste

Née d’une famille de musiciens dont sa mère, feu maman Pembe qui était une choriste et diaconesse, Beyou Ciel a commencé sa carrière musicale dans « The Best », un groupe d’interprétation de Kinshasa, avec lequel elle se produisait tous les soirs au Grand Hôtel Kinshasa « Ghk (Ex Hôtel intercontinental). Mais avant, elle a aussi chanté dans une chorale à Kintambo.

En 1988, lorsque Mbilia Bel quitte l’Afrisa International du Seigneur Tabu Ley, elle fût remarquée par celui-ci, grâce à son talent de jeune artiste féminine à la voix angélique, pour remplacer valablement la Cléopâtre six mois plus tard en début 1989. Elle n’a que 22 ans à l’époque. Née Béatrice Mondjoy, le Seigneur Ley la baptisa « Beyou Ciel ».

Elle se fera surtout remarquer par les titres qu’elle a interprétés auprès du Seigneur Ley au début des années 90. C’est le cas de«Marina », qui est sa propre chanson, « Sentimeta », « Ebouroumoukwe », «Fous-moi la paix », « Allo Paris ».

A la fin de l’année 1990, c'est-à-dire deux ans plus tard, en plein succès, et pour n’avoir pas pu supporter les impératifs et les contraintes du monde de show bizz, Beyou Ciel claque la porte de l’Afrisa International, quitte la chanson dite mondaine ou temporelle, et se marie avec un Belgo-congolais en Belgique avec lequel ils ont à ce jour quatre enfants.

Après 8 ans sans activité et dans l’anonymat, elle se convertit en 1998 dans la religion, et prêche la bonne parole. Devenue Evangéliste à Renaix (Rons en Belgique) où elle réside actuellement, elle est à la tête d’une église d’origine américaine dénommée « Praise Center ».

Voulant lier l’utile à l’agréable, et souhaitant mettre sa voix de charme au service de son Dieu, elle décide de renouer avec la chanson, mais religieuse cette fois-ci. Il s’agit donc d’un retour aux sources car Beyou Ciel fut comme nous le disions ci-dessus, chantre dans une chorale avant d’embrasser la musique populaire.

Au mois de septembre 2011, grâce au management de Rouf Mbutanganga, elle fera la connaissance à Paris, du socle de la production congolaise, l’homme d’affaires Lolo Mutima de Pactole Productions Office.

Lolo Mutima, une grande expérience dans la production musicale

Ami personnel et conseiller de longue date de King Kester Emeneya, Lolo Mutima est celui qui a managé Victoria Eleison après le départ de Mambo de Panama en 2001, et c’est aussi lui, épaulé par son ami Simon Mayilo, qui ramena Nkua Mambu au Zénith de Paris en octobre 2001, et à l’Olympia en avril 2002.

Il a ainsi produit pour le compte de King Kester les clips de l’album « Longue Histoire », l’album « Rendre à César », l’album « Nouvel Ordre » et bientôt le coffret CD-DVD intitulé « King Kester le descendant de Tabu Ley », sans oublier le single religieux de quatre chansons que « Le King » Kester mettra sur le marché en 2012 » pour remercier Dieu de l’avoir sauvé de sa maladie.

Lolo Mutima est aussi le producteur du film « Les habits neufs du Gouverneur », regroupant plusieurs Artistes Musiciens Congolais, réalisé par Dieudonné Mweze Ngangura, celui-là même qui a réalisé il y a plus de vingt ans, le film « La Vie est Belle, avec Papa Wemba ».

Beyou Ciel est une grande Artiste de la chanson, mais qui à mis ses talents de chanteuse pendant plus de vingt ans pour se consacrer à son foyer. Mais son temps est arrivé pour renouer avec la chanson. Nous y reviendrons dans une interview exclusive.

Boni Tsala/MMC
Lu 1374 fois


Nouveau commentaire :

Publions des commentaires constructifs pour avancer

RD Congo | Actualités | Football | Beauté et Mode | RD Sport | RD Economie | Handball | RD Société | Les arts | Gouvernement | RD Album | Arts martiaux | Monde | High Tech | Basket-ball | Indiscretions | Athlétisme | Sports | Portraits | Autres Sports | Interviews | Tennis | Afrique | Interviews Sports | Maghreb | Dans les bacs | Festivals | Rétrospective | Paroles de chansons | Livres | Divertissement | Cuisine congolaise | Vitrine | Ambassades | Actualité RDC | Sante | Economie | RD Politique | RD Tribune | Ils ont dit | Polémique | Live | Concert | Société | Zoom | Anecdotes