Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Bibi Den’s largue l’opus « Mua chance »


Par | Jeudi 8 Septembre 2011 | Lu 635 fois | 0 Commentaire



Bibi Den’s
Bibi Den’s
Kinshasa. De son vrai nom Denis Tshibayi Katshiabala, le chanteur de charme Bibi Den’s vient au chevet de la RDC en proie à une crise multiforme. Il vient de larguer l’album « Mua chance » (littéralement traduit un peu de chance) sur le marché de la chanson. En effet, le love-singer des années 1980 entend se convertir en chanteur engagé pour le bien de son pays d’origine, lui qui est installé en France depuis plusieurs années. « Mua Chance » contient des airs de rumba, dans un style dépouillé, axé sur la mélodie et les textes.

Il prône en fait le retour à l’ancienne rumba congolaise, sans le sébène (la partie dansante de la musique congolaise moderne). « La musique, on ne fait pas que la danse, on l’écoute aussi. Ça fait du bien à l’âme et à l’esprit. Voilà pourquoi je fais cette rumba. C’est un rythme qui s’adapte à toutes les mélodies. Je peux aller dans toutes les directions», a-t-il signifié sur Rfi. Avant Mua chance, il a chanté au début de l’année 2011 « Droit de vivre » en hommage aux victimes de la guerre dans le Kivu.

Bercé dans sa jeunesse par Tabu Ley, il a aussi été au contact d’autres musiques telles que celles d’Elvis Presley dans son enfance d’abord et aussi James Brown, Claude François, Bruce Springsteen, Neil Diamond, etc. Bibi Den’s a exercé le métier de chroniqueur sportif à la radio, mais l’art d’Orphée toujours bouillant en lui a fini par le gagner totalement. A Kinshasa, il a fait ses débuts dans l’orchestre The Best de l’ex-hôtel Intercontinental de Kinshasa (aujourd’hui Grand Hôtel Kinshasa) comme chanteur, au grand dam de ses parents. Il s’est aussi retrouvé informaticien à Air-Zaire (actuel Lignes aériennes congolaises), sans pour autant abandonner son métier de chanteur.

En 1982, il est parti avec un groupe de musicien de The Best à Abidjan. Bibi Den’s a animé des soirées à l’Intercontinental d’Abidjan, avant de commencer rapidement à travailler au studio JBZ de Cocody sur son premier tube « The best ambiance ». Dans ce même studio et au même moment, Alpha Blondy enregistrait son premier tube Jah Glory. Dans la capitale ivoirienne, Bibi Den’s a monté son propre groupe musical, Les Marymbas ; et il a écrit des textes de chansons pour les artistes ivoiriennes, pris part au collectif « Africa for Africa » en réponse à « We are the world » de USA for Africa.

Son tube « Fou de toi » est resté plusieurs semaines au top du hit ivoirien, ainsi que « Tu me rends dingue ». En 1993, Bibi Dens a finalement pris la direction de la France pour continuer sa carrière musicale. Et depuis, il continue son art et collabore étroitement avec d’autres musiciens d’origine congolaise installés en Europe comme Jeanjou Kawende de Bruxelles, Maika Munan (à cheval entre Paris et Kinshasa). Ce trio a livré un concert à Bruxelles sur la musique Jecoke et Kalindula du Katanga.

Martin Enyimo/le Potentiel (Digitalcongo)
Lu 635 fois


Nouveau commentaire :

Publions des commentaires constructifs pour avancer

RD Congo | Actualités | Football | Beauté et Mode | RD Sport | RD Economie | Handball | RD Société | Les arts | Gouvernement | RD Album | Arts martiaux | Monde | High Tech | Basket-ball | Indiscretions | Athlétisme | Sports | Portraits | Autres Sports | Interviews | Tennis | Afrique | Interviews Sports | Maghreb | Dans les bacs | Festivals | Rétrospective | Paroles de chansons | Livres | Divertissement | Cuisine congolaise | Vitrine | Ambassades | Actualité RDC | Sante | Economie | RD Politique | RD Tribune | Ils ont dit | Polémique | Live | Concert | Société | Zoom | Anecdotes