Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Bienvenu Okiemy sur l'arrestation de Ntsourou: "Les hélicoptères de la police sont intervenus pour le renseignement"


Par | Vendredi 10 Janvier 2014 | Lu 2424 fois | 5 Commentaires

Brazzaville, (Starducongo.com) - Bienvenu Okiemy est catégorique: "La police congolaise est intervenue elle seule, l'armée congolaise n'est jamais intervenue, il n'y a jamais eu des chars" lors de l'opération qui a conduit à l'arrestation du colonel Ntsourou.



Bienvenu Okiemy, ministre de la Communication
Bienvenu Okiemy, ministre de la Communication
Invité du talk de la chaîne d'information Africa24, le ministre de la Communication a expliqué que "les hélicoptères de la police sont intervenus simplement pour le renseignement (et) ne sont jamais rentrés en action", seule "la police nationale congolaise au sol est rentrée en action pour anéantir cette milice, cette rébellion qui portait atteinte à la quiétude des citoyens congolais", a-t-il précisé. Et d'ajouter: "le colonel Marcel Ntourou avait en sa possession des armes lourdes qui ont permis, malheureusement, de tuer des policiers congolais et qui ont conduit finalement la police nationale congolaise à rétablir l'ordre dans ce pays". Avant de rappeler que "dans tous les pays du monde, c'est de la compétence de l’État d'assurer l'ordre".

Réagissant à l'interpellation de certaines personnalités congolaises en France, le ministre congolais rappelle d'un ton ferme: "Nos pays sont devenus indépendants, la plupart il y a un peu plus de 50 ans. Nous avons construit dans tous nos pays africains un corpus juridique qui est respecté. Moi, Je ne comprends pas intellectuellement tous ces Congolais et Africains qui pensent que la seule justice qui vaille, est une justice étrangère. On s'est battus dans nos pays pour être indépendants et libres; faisons un peu confiance à nos pays et, culturellement, n'insultons pas le passé et l'avenir". Et le juriste de conclure: "on ne juge une affaire qu'une seule fois. Les mêmes faits ne peuvent pas donner lieu à un procès deux fois, C'est ça la règle du droit".

Il est à préciser que plusieurs autres sujets d'actualité ont été abordés lors de ce talk.

Patricia Engali
Redaction@starducongo.com

Lu 2424 fois


Vos commentaires:

1.Posté par Ndamba le 12/01/2014 16:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Invité du talk de la chaîne d'information Africa24, le ministre de la Communication du Congo a dit du n'importe quoi.Okiémi parle dans la panique et ne raconte que des bétises, des mensongues. En tout cas Okiémi n'a dit que de n' importe quoi pour répondre aux questions du journaliste sur les crimes de sang et économiques du régime sanguinaire Sassou Nguesso .Il s'est livré dans l'édourdissement, la nervosité avec des réponses maladroites et un mensonge qui ne trompe personne: "La police nationale congolaise au sol est rentrée en action pour anéantir cette milice, cette rébellion qui portait atteinte à la quiétude des citoyens congolais". Personne n' a jamais parlé des méfaits de cette milice à Brazzaville. "On ne juge une affaire qu'une seule fois. Les mêmes faits ne peuvent pas donner lieu à un procès deux fois, C'est ça la règle du droit". Quel cet homme qui est ministre et qui se vante etre aussi juriste et qui n'arrive à voir , qu' on ne peut accepter le jugement de Brazzaville puisque la lumière n’a toujours pas été faite sur les circonstances exactes de la disparition et les gens accusés ont été tous acquittés après quelques jours de procès dans une affaire de crime contre l'humanité? Monsieur le juriste- ministre. Puisque le procès de Brazzaville a été si a été mené si médiocrement, comment peut'on accorder crédit à celui-ci. Il va donc par voie de conséquence, tout à fait logique dans un droit le plus légitime; que la" poursuite effective de l’instruction en France et le renvoi des auteurs de ces crimes devant la Cour d’assises compétente, en application du principe de compétence extra-territoriale, encore récemment réaffirmé par la Cour européenne des droits de l’Homme, tienne lieu". Cela n'est que la simple logique des choses. Okiémi avance que Ntsourou se porte bien. Or " le Colonel Marcel Ntsourou est blessé par balle dans sa cellule à la maison d’arrêt de Brazzaville". Commment peut 'il se porter bien avec une balle dans le corps et qu'on lui refuse même d'avoir accès aux soins? Pourquoi la femme et la fille de Ntsourou de 16 ans sont 'elles aussi toujours gardées en prison au delà de la limite de garde à vue dans un pays qui se dit un pays de droit? Le Congo-Brazzaville a signé la Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants, un traité adopté par l'assemblée générale des Nations Unies le 10 décembre 1984.Or avec le cas de Ntsourou le monde peut d'avantage voir à quel point les droits de l'homme sont malmenée et les prisonniers maltraités dans le régime Sassou Nguesso.Okomi dit que "la police congolaise est intervenue elle seule, l'armée congolaise n'est jamais intervenue, il n'y a jamais eu des chars" lors de l'opération qui a conduit à l'arrestation du colonel Ntsourou." "le colonel Marcel Ntourou avait en sa possession des armes lourdes qui ont permis, malheureusement la mort des policiers". Comment raconter de tels fait alors comme un imbécile alors que touts les faits et témoignages sont réunis pour refuter en bloc toutes ces déclarations éhontées.Pourquoi ces armes soit disant lourdes n'ont jamais été alors que la modique somme de 210000CfA a été honteusement exibée, Ntsourou menotté et filmé par des militaires en tenue? Tout le monde se souvient encore des déclarations contradictoires, de "la légereté avec laquelle le gouvernement a géré la communication sur l'assaut contre le domicile de Marcel Ntsourou. Tout de suite après la fin de l'opération, des images de la maison Marcel Ntsourou ainsi que celles des cadavres circulaient sur les réseaux sociaux." "Le clan de M. Sassou a déjà utilisé la théorie de « l’opération de police » il n’y pas si longtemps quand il a voulu s’en prendre à Maître Mbemba. Au milieu de l’année 2013 des véhicules militaires ont encerclé sa résidence. Dans quel but ? Le tuer, l’enlever ? Nul ne sait.". Ntsourou vivait dans un camp militaire, à deux pas de la résidence du chef d’état-major général de l’armée. Comment pouvait'il, dans ces conditions, entretenir chez lui, pendant des mois, une centaine d’hommes armés ?" Tout cela n'est pas du tout sérieux et l'est moins surtout quand Okiémi répond que "la police ne contrôlait pas les gens qui allaient chez. Et celà est bien ainsi". où en sommes nous alors?
Le monde le sait que ce que le carnage du 16 décembre à brazzaville est un crime contre l' humanité. Ceui est indigne d'une opération de police et surtout encore que l'opération a été menée par Sassou Nguesso, le président autoproclamé. "Comment Sassou Nguesso et sa clique peuvent' ils justifier l' utilisation déporportionnée de l’arme lourde, le 16 décembre à brazzaville ; dans une localité " où les souvenirs et les traumatismes psychologiques des guerres successives antérieures sont encore vivaces au sein de la population civile? Gouverner , faire la politique, c'est prévoir, avoir recours aux négociations, aux consensus et aux réconciliations." Denis Sassou Nguesso, qui est par ailleurs médiateur dans la crise politique en RCA et l’un des facilitateurs du conflit à l’Est de la RDC entre le pouvoir du président Kabila et la rébellion du M 23, devrait choisir la bonne porte qui le ferait rentrer dans l’histoire des grands hommes du 21e siècle. Le dialogue, toujours le dialogue, pour laver le linge sale en famille."(Ghys Fortuné DOMBE BEMBA /le 08.12.2013) http://www.zenga-mambu.com/fiche.php?id=4137. L’utilisation des armes lourdes de guerre contre la maison de Ntsourou est fermement à condamner." Le monde entier doit condamner les exécutions sommaires,la politique de terreur et d' intimidation pratiquée par le dictateur génocidaire Sassou Nguesso et sa clique au Congo. L' intervention musclée du 16 décembre n' a été "qu'une menière de faire disparaitre la part de vérité du colonel Ntsourou sur l'affaire des disparus du Beach et d'autres telles que celle des massacres du Pool" tout en envoyant un signal contre toute velléité de désobéissance face au projet de changement de la constitution qui puisse permettre à Soussou Nguesso et sa clique de se maintenir au pouvoir. Contrairement à ce qui a été avancé par le pouvoir moribond, il n' y avait pas d' armes lourdes, ni de milice chez Ntsourou.Les images montrées attestent d'ailleurs, car Il n' y avait par ailleurs pas d'armes du tout visibles près des corps des morts déchiquetés qui gisaient dans des mares de sang. Et les dites armes ne pouvaient guère etre exibées par les forces gouvernementales.Le rôle du président de la République est de veiller au respect de la Constitution, protéger les intérêts du peuple,garantir l'indépendance du pays,incarner l’unité nationale. Face à ces devoirs et responsabilités, Sassou Nguesso le complice de l’attentat du DC 10 d’UTA en 1989, brille pour le non respect de la constitution et la loi en géneral. Sassou Nguesso est "un génocidaire, criminel-président qui est la cause de la divisions ouverte entre les populations du Nord et celle du Sud au Congo-Brazzaville.Il a fait du congo sa propriété privée.(voir le problème des biens mal acquis), Pendant le génocide dans la région du Pool, organisés par lui, Sassou Nguesso "a introduit des armées étrangères au Congo-Brazzaville, dont l'armée angolaise, l'armée tchadienne, l'armée rwandaise et l'armée de Mobutu" pour semer la mort la désolation à une partie du peuple dont il prit la charge de dirigé. Il a ensuite organisé les tueries du beach. Il a lui-même commandé l'assaut contre la résidence du colonel Ntsourou et les explotion de Mpila au départ."Sassou Nguesso, ses enfants et sa clique volent sans moindre retenue l'argent des congolais et mènent une vie d’opulence pendant que les populations croupissent dans la misère grandissante. L’argent qui aurait servi au peuple congolais sert à corrupre de chefs d’Etats africains, médias panafricain, et à quelques « juristes » pour l’aider à faire modifier la disposition constitutionnelle qui l’empêche de se représenter". Les conditions sont réunis pour que les congolais s' unissent comme un bloc à oeuvrer pour la liberération. Il n' y a pas question d'attendre naivement l'année 2016. Sassou Nguesso, sa famille, clique méritent normalement d' être sans retard poursuivi devant les tribunaux pour trahison et crimes contre l'humanité. Les Congolais, le monde doivent se mobiliser pour la libération du colonel ntsourou, de sa famille et de tous ces gens,jeunes incarcerés et sans cesse torturés.

2.Posté par Soleil le 13/01/2014 14:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je vous informe tous que le pouvoir de Brazzaville a décidé de transférer le colonel Ntsourou, après sa rétrogradation et éradication des forces armées congolaises (document signé par sassou lui même et le chef d'état major en date du 30 et 31 décembre 2013), dans un lieu éloigné hors de Brazzaville, précisément à Pointe-Noire sans qu' aucun membre de sa famille, ni ses avocats et moins encore la population congolaise n'en soient informés!!!

REAGISSEZ!!!!!!!!!

3.Posté par Tanguani le 13/01/2014 14:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Okiémi! Qu'est ce qu'on reproche à Ntsourou? Les armes dit' on lourdes dans la maison de ce premier n' ont jamais été trouvées et montrées. La milice armée inexistente. Pourquoi la femme et la nièce de Ntsourou de 16 ans sont 'elles aussi toujours gardées en prison? Dans un pays qui se dit un pays de droit, pourquoi la police de Sassou kidnappe les familles de syndicalistes en grève? Le Congo-Brazzaville a signé la Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants, un traité adopté par l'assemblée générale des Nations Unies le 10 décembre 1984. Ntsourou a été publiquement humulié, filmé, malmené et montré comme un animal sauvage. Les gens sont injustement incarcerés et les prisonniers sont maltraités dans les géoles par la police de Sassou.Okomi ne dit pas du tout la vérité quand il dit que "la police congolaise est intervenue elle seule. Il faut voir le carnage et dégrés des dégats matériel causé par la dite intervention pour se rendre compte de la vérité. Comme déjà dit, l' action du 16 décembre est un crime contre l' humanité.

4.Posté par Nkani le 15/01/2014 16:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il est très étonnant et incevable d’entendre des Congolais accepter l'excuse de la médiocrité et vouloir à ce que Kiki, Claudia etc; l’ un des soit disant enfants du dictateur Sassou Nguesso qui; tous avec leur père ont fait le populations du Congo leurs esclaves et sont tous visés par l'affaire du bien mal acquis par exemple remplace Sassou Nguesso ou soit toujours de postes clé de responsabilité au Congo.
Pourquoi le soit disant fils ou fille de SASSOU-NGUESSO nés et grandit au Congo démocratique de mères étrangères ne deviendra pas le futur président de la république du Congo y avait quelqu’ un qui l’ avait suggeré pendant la conference nationale. Tous ceux qui déjà été au pouvoir et qui sont visés par les affaires d’assassinats, de détournements des deniers publics, de crimes de guerre ne doivent plus etre promis de figurer parmis les dirigeants du nouveau Congo. Ceux qui pensent ou dépensent le temps à parler des gens comme Kiki, Claudia Sassou Nguesso, Okombi Salissa, Jean-Jacques Bouya, Dominique Okemba dans l'excécutif du Congo sont des gens dangereux. des alénés mentaux. Personne responablene peut plus tolérer une gestion clanique des secteurs stratégiques de la république du Congo. En cas tout aucun individu responsable,équilibré ne peux encore penser à voir ces sombres individus ayant appartenu à la classe dominante, au système Sassou compter au nombre des nouveaux drigents du Congo qui doivent vite remplacer la vieille clique ierresponsable, criminelle, corrompue jusqu'à la moelle et qui continuent à faire souffrir le peuple congolais.La place de toute cette clique qui tellement fait du mal est sont les prison de la CPI.

5.Posté par pipo le 18/01/2014 13:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
le pauvre, il ne sait même plus ce qu'il raconte.

Nouveau commentaire :

Publions des commentaires constructifs pour avancer

RD Congo | Actualités | Football | Beauté et Mode | RD Sport | RD Economie | Handball | RD Société | Les arts | Gouvernement | RD Album | Arts martiaux | Monde | High Tech | Basket-ball | Indiscretions | Athlétisme | Sports | Portraits | Autres Sports | Interviews | Tennis | Afrique | Interviews Sports | Maghreb | Dans les bacs | Festivals | Rétrospective | Paroles de chansons | Livres | Divertissement | Cuisine congolaise | Vitrine | Ambassades | Actualité RDC | Sante | Economie | RD Politique | RD Tribune | Ils ont dit | Polémique | Live | Concert | Société | Zoom | Anecdotes