Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Bixente Lizarazu : "Idéalement je suis pour le nudisme, même en ville"...


Par . Pagesafrik | Mercredi 19 Janvier 2011 | Lu 946 fois | 0 Commentaire



Bixente Lizarazu : "Idéalement je suis pour le nudisme, même en ville"...
Pour sa reconversion parfaite, son franc-parler, son expertise et sa passion qu'il communique lorsqu'il prend la parole sur TF1, RTL ou quand il écrit pour l'Equipe, Bixente Lizarazu a été élu "homme de l'année" par le magazine GQ.

Il était footballeur, arrière gauche, le meilleur. En 1998 et en 2000, il remporte avec l'équipe de France, la Coupe du Monde puis l'Euro. Bixente Lizarazu est aujourd'hui commentateur sur TF1, consultant dans l'émission Telefoot, animateur de sa propre émission de radio sur RTL, le Club Liza, et éditorialiste pour le magazine l'Equipe.

Alors après lui avoir décerné la palme de "l'homme de l'année", GQ est allé l'interroger chez lui, à Saint-Jean-de-Luz, au pays basque.

Heureux, il l'est. Vraiment ravi et honoré par cette distinction : "Ça fait du bien ! C'est un choc pour moi. Je ne vais pas vous raconter des salades, ça me fait vraiment plaisir. Au niveau du style, je pars pourtant de loin. La barbe de trois jours et les cheveux en pétard, ça passe habituellement moyen à la télévision mais, avec moi, bizarrement, ça le fait."

Conscient de son pouvoir de séduction, Bixente Lizarazu, 41 ans, avoue n'avoir pas vraiment de mal avec les filles. Aujourd'hui en couple avec Claire Keim, il explique aussi qu'il n'a pas de préférence, de type de femme : "C'est la personne qui fait la différence, pas la couleur des cheveux. J'ai connu des brunes. Aujourd'hui ma femme est plutôt blonde. Quand j'étais sportif de haut niveau, je ne pouvais pas sortir tous les week-ends. C'était incompatible avec mon hygiène de vie. Je ne sortais que de temps en temps... Disons qu'après notre titre de champion du monde, en 1998, je n'avais plus besoin de draguer."

Il est beau, c'est vrai, il a une gueule. Mais il est petit, il mesure 1m69. Et ça, il en a beaucoup souffert durant sa jeunesse certes, mais surtout au cours de sa carrière de footballeur : "A un moment donné, quand on te dit 500 000 fois, les grandes saucisses, tu as juste envie de les démonter. Ça, ce fut le moteur de toute ma carrière. C'était dur d'être le plus petit. Je le vivais mal, mais je le gérais. En Allemagne (car il a joué au Bayern de Munich durant sept saisons), avant un match, dans le couloir, je regardais tous ces géants et je me disais : "Bon, lequel je démonte aujourd'hui..."

Le foot, c'est sa passion. Il a un vrai amour pour le surf, la plongée, le ju-jitsu brésilien (dont il est champion du monde), mais il continue le football par le biais de son nouveau métier de journaliste. Fier et honnête, il explique qu'il n'est plus copain avec tous les footballeurs français de l'époque 98. Il ne s'entend d'ailleurs pas avec Nicolas Anelka. Laurent Blanc, qui est aujourd'hui le sélectionneur de l'équipe nationale a pris ses distances : "Je n'ai pas vraiment de contacts avec lui. Je suis passé de l'autre côté de la barrière, je fais un autre métier. Du coup, maintenant, il y a une forme de pudeur qui s'est installée entre Laurent et moi. Je ne cherche pas à abuser de notre vécu chez les Bleus pour lui soustraire des infos. Je ne veux pas avoir de privilèges. Pour pouvoir conserver ma liberté de ton et mon indépendance."

Et de Raymond Domenech, il en pense quoi Bixente ? "Un gars intelligent, mais manipulateur. Tout lui est revenu dans la gueule." Rappelons qu'il voulait passer la St-Valentin avec lui il n'y a pas si longtemps...

Habitué à dire ce qu'il pense, de tout temps, Bixente Lizarazu est pourtant un homme discret. C'est Claire Keim, sa compagne avec qui il a eu une fille, Uhaina, 2 ans, (il a également un fils, Tximista, 15 ans, d'une précédente relation avec Stéphanie), qui en parle le mieux : "Très peu de gens se comportent de manière identique en société et dans l'intimité. Avec lui, c'est différent. A l'écran, il ressemble à ce qu'il est réellement en privé. Bixente est un défensif, c'est vraiment sa nature. Il aime bien dire qu'il est là pour protéger sa famille, sa maison, son jardin secret. Et quand il décide de faire quelque chose, il n'y va pas quatre chemins. Parfois, il aurait presque un côté missionnaire !"

Et pour le fun, Bixente a répondu à la sempiternelle question "slip ou caleçon" : "Entre les deux boxer. Pas de caleçon, pour sûr ! J'ai besoin d'avoir les couilles bien tenues ! Quand tu fais beaucoup de sport, t'as besoin d'un bon maintien. Idéalement je suis pour le nudisme, même en ville. Bon, je ne suis pas un grand pratiquant mais je suis sûr que, si tout le monde se baladait à poil, il y aurait davantage de lien social."

Le franc-parler on vous dit.

GQ a aussi élu d'autres "homme de l'année", mais dans des catégories différentes. Aucun n'avait les épaules d'endosser toute la reconnaissance que mérite Bixente Lizarazu...


Pure People
Lu 946 fois


Nouveau commentaire :

Publions des commentaires constructifs pour avancer

RD Congo | Actualités | Football | Beauté et Mode | RD Sport | RD Economie | Handball | RD Société | Les arts | Gouvernement | RD Album | Arts martiaux | Monde | High Tech | Basket-ball | Indiscretions | Athlétisme | Sports | Portraits | Autres Sports | Interviews | Tennis | Afrique | Interviews Sports | Maghreb | Dans les bacs | Festivals | Rétrospective | Paroles de chansons | Livres | Divertissement | Cuisine congolaise | Vitrine | Ambassades | Actualité RDC | Sante | Economie | RD Politique | RD Tribune | Ils ont dit | Polémique | Live | Concert | Société | Zoom | Anecdotes