Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Boire, danser et se droguer sur les tombes : quel type de Congolais sommes-nous devenus ?

Ce que «Talassa» a vu à Itatolo


Par SDC, Starducongo.com | Vendredi 20 Novembre 2009 | Lu 1989 fois | 2 Commentaires



Boire, danser et se droguer sur les tombes : quel type de Congolais sommes-nous devenus ?
Au Congo, le cimetière n’a cessé d’être un lieu de prière, de cogitation, de silence, de méditation et de médiation. De même, la tombe ne cessera d’être notre dernière demeure où reposeront notre chair, nos os et nos cheveux. De ce fait, elle mérite donc de la part de la société, tout le respect, la dignité et surtout l’honneur dus.

Et, au Congo tout le monde est concerné: le Président de la République, les ministres, les députés, les champions, les opposants, les fonctionnaires et les sans-emplois, sont concernés et impliqués de près ou de loin.

Mais, ce que l’équipe de reportage de «Talassa» a vu le 1er novembre 2009 à Itatolo et dans certains cimetières de Brazzaville, est totalement désolant, ahurissant, insolite et de nature à mettre en doute et à disqualifier nos coutumes et traditions bantu et l’ensemble de nos valeurs sociétales.

Fleurir et entretenir la tombe d’un parent disparu, est-ce un péché ou un crime ? (…)

Ô Dieu ! Les Congolais n’ont plus de respect pour les morts !

A Itatolo, le 1er novembre 2009, tout comme dans les autres cimetières de Brazzaville, de nombreux lieux de vente de boissons alcoolisées et de cigarettes, ont été installés pour certains, au milieu des tombes. Certains couples d’amoureux ivres et drogués exhibent sans gêne des pas de danses obscènes. Des cris impudiques et immoraux fusent de partout. C’est le comble !

En outre, des grands hauts parleurs diffusant une musique mondaine, tonitruante et sans doute diabolique, ont été installés ici et là pour égailler les visiteurs. Quel monde immonde !

A la place des bougies et des fleurs recommandées pour déposer sur les tombes de nos êtres chers, certains Brazzavillois «Matalana», très insensés et insoucieux, ont tout simplement outragé nos mœurs et coutumes congolaises, en transformant nos cimetières en petits casinos … en plein air !

Dans leur logique infernale et immorale, ces Brazzavillois iconoclastes n’ont pas hésité d’étaler leur désinvolture et leur immoralité à Itatolo et dans la plupart des cimetières de Brazzaville où, aux sons des derniers refrains de Werra Son et Koffi Olomidé, des centaines de casiers de bière, des bouteilles de vin rouge, le chanvre indien et autres drogues dures, ont été consommés à l’envie, au vu et au su de tout le monde.

Quels n’ont pas été notre étonnement, notre déception et surtout notre pitié d’assister à la profanation de nos propres cimetières par cette catégorie de citoyens irrespectueux?

Pire. Des petits marchés improvisés ont été érigés tout au long des cimetières publics et privés.

Sommes-nous encore des hommes respectueux, sensés et sérieux ? Est-ce la conséquence immédiate de certaines idées importées que nous déversent certaines églises et sectes qui se sont installées au Congo ?

Certaines «idées importées» auront du mal à effacer toutes nos valeurs culturelles, cultuelles et sociologiques…

Aujourd’hui, certains pasteurs et autres prédicateurs zélés de la Parole de Dieu demandent aux fidèles de négliger les tombes de nos parents ; d’oublier définitivement tous nos parents directs et nos amis qui ont quitté cette terre des hommes.

Ils prétextent qu’ils sont déjà morts et rien, absolument rien, ne justifierait les gerbes de fleurs et tout le recueillement qui s’ensuit. Qui dit mieux ? Or, pour certains citoyens, la modernité ne pourrait nullement effacer toutes nos valeurs culturelles, cultuelles et sociologiques. On ne peut nier, aussi idiotement, nos coutumes et nos traditions en effaçant tout notre passé et notre héritage commun.

Boire et danser sur les tombes : quel type de Congolais sommes-nous devenus ?

A la vérité, nombre de Congolais et notamment de Brazzavillois n’accordent plus d’importance à nos parents disparus, et à tous ceux qui nous ont permis de venir et de vivre sur cette terre des hommes.

En effet, la journée du 1er novembre de chaque année, a toujours été consacrée aux morts dans notre pays. Car, chez les Africains et plus précisément chez les peuples bantu, ceux qui sont morts ne sont pas partis pour toujours. Ils sont parmi nous car, ils nous protègent sans cesse et nous guident. Ils sont nos totems, nos guides métaphysiques et nos anges gardiens.

Le grand romancier ivoirien Birago Diop n’avait-il pas raison d’écrire dans «Le Chant du pilon» ce qui suit ; «En Afrique, les morts ne sont jamais morts, ils sont toujours parmi nous et méritent tout le respect et la dignité. Ils sont dans l’eau, dans l’air, dans la fumée qui monte et dans le bébé qui vagit (…) »

En outre, au Congo, aucune ethnie, aucune tribu et aucune coutume n’a osé et n’ose négliger les morts et surtout profaner les tombes. Fleurir et entretenir la tombe d’un parent disparu, est-ce un péché ou un crime ? (…).

En effet, en allant idiotement s’enivrer d’alcool et surtout exhiber des pas de danses obscènes sur les tombes de nos parents disparus, il y a lieu de se demander si nous avons changé de culture ou de couleur de la peau. Attention. Ce débat n’est pas fini. Il ne fait que commencer.

Nous y reviendrons.

Logiciel Liston OKO HIYOYO
Lu 1989 fois


Vos commentaires:

1.Posté par Blaise le 25/11/2009 10:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
L'idée de parler du phénomène dont il est question dans votre article est louable et vaut bien son pesant d'or. Cependant je suis déçu par la forme de votre texte.

2.Posté par FLO le 30/11/2009 17:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
OU VA T ON?

Nouveau commentaire :

Publions des commentaires constructifs pour avancer

RD Congo | Actualités | Football | Beauté et Mode | RD Sport | RD Economie | Handball | RD Société | Les arts | Gouvernement | RD Album | Arts martiaux | Monde | High Tech | Basket-ball | Indiscretions | Athlétisme | Sports | Portraits | Autres Sports | Interviews | Tennis | Afrique | Interviews Sports | Maghreb | Dans les bacs | Festivals | Rétrospective | Paroles de chansons | Livres | Divertissement | Cuisine congolaise | Vitrine | Ambassades | Actualité RDC | Sante | Economie | RD Politique | RD Tribune | Ils ont dit | Polémique | Live | Concert | Société | Zoom | Anecdotes