Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

CFAPS : une quarantaine de toiles vendues


Par Adiac-congo.com | Dimanche 29 Décembre 2013 | Lu 816 fois | 0 Commentaire

Ouverte le 22 octobre dans l’enceinte de l’Unesco, l’exposition-vente animée par le Club des femmes artistes, peintres et sculpteurs (CFAPS) s’est clôturée le 26 décembre à Brazzaville. L’objectif étant de montrer leurs nouvelles créations



Florence Mbilampassi en pleine explication
Florence Mbilampassi en pleine explication
Durant deux mois et trois semaines, les artistes ont mis en valeur leurs talents artistiques dans différentes thématiques. Entre autres les événements marqués par le 4 mars 2013, les conditions de la femme génératrice de l’homme, les marchés, les femmes marginalisées, la beauté de la femme africaine, etc. Certains de ces tableaux sont réalisés avec de la peinture acrylique, d’autres par contre avec de la colle.

La présidente de l’association, Florence Mbilampassi, artiste peintre et sculpteur, a remercié le représentant de l’Unesco au Congo pour la confiance et l’importance qu’il accorde à l’association qui peut mettre en valeur le savoir-faire artistique des jeunes filles-mères. Diallo Abdourahamane, représentant de l’Unesco au Congo, a salué cette initiative : « Nous avions tous vu leurs talents. La culture permet aux femmes de se reconvertir, de gagner leur vie grâce à leurs produits. La culture est une priorité parmi tant d’autres qui contribuent au développement. Nous ne pouvons pas aller vers l’émergence en oubliant notre identité, notre culture et nos talents. »

Organisé en partenariat avec l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (Unesco), cette exposition-vente avait pour but d’encourager l’émancipation et l’autonomisation des femmes artistes par le biais de la culture.

Créé en 2000 à Oyo avec Brazzaville pour siège, le CFAPS encadre et forme des jeunes filles congolaises en peinture et en sculpture. Ce faisant, elle contribue à la lutte contre le chômage, l’oisiveté et la prostitution qui sont autant de freins à l’émancipation de la femme. Au nombre des défis pour cette association : créer des structures de formation, d’initiation et d’information pour permettre aux jeunes filles-mères de s’initier librement à l’art.

Rosalie Bindika
Lu 816 fois


Nouveau commentaire :

Publions des commentaires constructifs pour avancer

RD Congo | Actualités | Football | Beauté et Mode | RD Sport | RD Economie | Handball | RD Société | Les arts | Gouvernement | RD Album | Arts martiaux | Monde | High Tech | Basket-ball | Indiscretions | Athlétisme | Sports | Portraits | Autres Sports | Interviews | Tennis | Afrique | Interviews Sports | Maghreb | Dans les bacs | Festivals | Rétrospective | Paroles de chansons | Livres | Divertissement | Cuisine congolaise | Vitrine | Ambassades | Actualité RDC | Sante | Economie | RD Politique | RD Tribune | Ils ont dit | Polémique | Live | Concert | Société | Zoom | Anecdotes