Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Chronique : lorsque Christiane Taubira nous parle de sa mère…


| Mardi 20 Septembre 2016 | Lu 906 fois | 1 Commentaire

L’excellent auteur, d’origine sénégalaise, Ken Bugul a dit ceci : « Ah, la mère, la créature la plus extraordinaire, le sentiment, le sang, la source ! ». C’est tellement bien dit, bien écrit, que parfois certains le répètent à haute voix, comme sur un air de claquettes irlandaises. Mais ce n’est pas tout. Il y a aussi ce qu’a dit l’un des meilleurs écrivains africains contemporains au monde. Eh oui, je parle bien du délicieux Mozambicain, Mia Couto. Sur le même sujet, il a dit : « En fin de compte, la terre n'est jamais suffisante pour enterrer une mère ». Eh oui, il l’a dit si bien. Plusieurs personnes se sont aussi essayées à nous parler de leur parent, de leur enfance, de leur vie de famille…, plus particulièrement de leur mère.



Régulièrement comme ça, nous, lecteurs, téléspectateurs, écrivains et autres, tombons très souvent par hasard sur des magnifiques témoignages qui traitent de ce genre de sujet :

Christiane Taubira
Christiane Taubira
Comment ne pas parler du très bon livre de Sorj Chalandon, « Profession du père », sorti en 2015. Dans cette œuvre, il nous décrit, avec des mots qui arrachent inéluctablement des larmes, son enfance, sa mère, la démence de son père, etc. Il a dit : « Mon père, ma mère et moi. Juste nous trois. Une secte minuscule avec son chef et ses disciples, ses codes, ses règlements, ses lois brutales, ses punitions. Un royaume de trois pièces aux volets clos, poussiéreux, aigre et fermé. Un enfer."
Dany Laferièrre de l’Académie française, qui est d’ailleurs l’un des meilleurs pour nous parler des femmes, de la femme, vu qu’il a grandi entouré de femmes. Par exemple dans « l’odeur du Café » et « le charme des après-midi sans faim », on apprend beaucoup sur son enfance. Une sorte de nostalgie, parfois heureuse, parfois douloureuse. Il a écrit ceci : « La mort de mon père. La douleur de ma mère. L'accent de l'exil. Ma vie d'homme commence », « La mère d’un écrivain est si souvent mise à contribution qu’elle devrait exiger un contrat particulier avec l’éditeur, car c’est devenu un métier. », « Un jour, j'ai demandé à ma grand-mère de m'expliquer le paradis. Elle m'a montré sa cafetière. C'est le café des Palmes que Da préfère, surtout à cause de son odeur. Da boit son café. J'observe les fourmis. Le temps n'existe pas."
Christine Angot, la meilleure, selon moi, de tous les temps. Mon auteure préférée. Le style Angot est précis, imagé, captivant, poétique et lyrique. Les mots sont posés, nul besoin de se voiler la face, c’est juste la vie qui est décryptée avec ses différentes facettes. Dans sa nouvelle œuvre, « Un amour impossible », Christine nous parle d’une magnifique histoire d’amour, entre une mère et son enfant. Au début, tout allait bien. Après il y a eu la rencontre avec le père, le changement de nom, les relations humaines qui l’entouraient, etc. Elle a écrit : « Elle était heureuse de l'avoir vu. Triste de le voir partir. C'était tout le temps une arrivée un départ. Rien n'était stable. On était derrière la voiture qui démarrait, et elle pleurait en silence. J'ai tendu la main vers elle. Et j'ai serré son poignet. », « J'avais cessé de l'appeler maman. Ça s'était fait comme ça, tout seul, sans intention, sans décision. Peu à peu. Ça n'avait pas été prémédité. Au début, la fréquence du mot avait baissé. Comme s'il n'était plus nécessaire. Ensuite, il avait pris une tonalité gênante. Il était devenu bizarre, décalé. Puis il avait disparu. Totalement. Il m'était devenu impossible de le prononcer. ».
L’écrivain français, résidant à Pékin, Vincent Hein a si bien décrit son enfance abidjanaise, dans le livre « Les Flamboyants d’Abidjan ». Il a dit quelque chose de très touchant : « Je ne crois pas que mon père ait voulu un jour faire partie des meilleurs, ni des forts, ni des compétiteurs. Il voulait faire partie des justes, des gentils, des honnêtes, de ceux qui aident et de ceux qui sauvent. Lorsqu’il s’est aperçu que l’appareil qu’il défendait nous voulait du mal, il était trop tard ».
Alain Mabanckou a longuement parlé de sa mère. De Pauline Kengué. Il l’a fait si bien. C’était si bon. C’était si triste parfois, mais il a su nous parler de cette brave dame, qui s’en est allée sans que son fils, Alain Mabanckou, ne soit présent. Dans son livre, « Lumière de Pointe-Noire », qui est, selon moi, le meilleur de tous ses œuvres, Alain Mabanckou nous livre un documentaire romancé où les émotions nous sont dictées, telle une douce hégémonie. La précision de l’écriture et les commentaires nous amènent à une adhésion obligatoire à ce que l’auteur nous décrit. Du genre c’est un fait, il n’y a rien à redire, soit vous l’acceptez, soit vous passez votre chemin. Il a dit : « Si je suis devenu écrivain, c'est aussi pour venger ma mère, pour venger le fait qu'elle ne soit pas allée à l'école. Ma mère est la source de tout ce que j'ai écrit. »
Lorsque Christiane Taubira nous parle de sa mère, elle construit ses phrases de façon à attendrir les cœurs. Elle sait le faire, elle le fait si bien. Ça fend les carapaces et ça donne envie d’en savoir davantage. Lors d’un entretien pour le journal le Monde, recueillie par la journaliste Annick Cojean, Christiane Taubira a dit ceci : « Je ne serais pas arrivée là si… s’il n’y avait eu ce rire tonitruant de ma maman. Ce rire qui révélait une joie invincible. Oui, invincible ! Elle était pourtant passée par des moments difficiles, cette mère de onze enfants, sans mari… Elle avait même fait une dépression nerveuse lorsque j’avais 8 ans, avait été prise en charge par les médecins, avait accepté d’avaler des décoctions et autres produits de la médecine créole. Et une bonne sœur, à l’école, m’avait demandé si c’était vrai que ma maman était devenue folle. Vous imaginez la violence de tout cela. Mais elle était revenue. Elle avait décidé, un jour, de mettre sa dépression au placard, de l’enfermer à double tour, et de revenir s’occuper de ses enfants. Et j’ai alors retrouvé son rire. Intact. Indissociable de ma maman avec son visage doux. »

Par Michel Tagne Foko
Lu 906 fois


Vos commentaires:

1.Posté par claudine munari ex amante de pascal lissouba le 20/09/2016 23:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
ne nous parlez plus jamais de ce negre d'alain mabanckou. ce qui il avait fait, denoncer le noir (sassou ng) aupres du blanc(fr hollande) seul un negre pouvait le faire.

Nouveau commentaire :

Publions des commentaires constructifs pour avancer

RD Congo | Actualités | Football | Beauté et Mode | RD Sport | RD Economie | Handball | RD Société | Les arts | Gouvernement | RD Album | Arts martiaux | Monde | High Tech | Basket-ball | Indiscretions | Athlétisme | Sports | Portraits | Autres Sports | Interviews | Tennis | Afrique | Interviews Sports | Maghreb | Dans les bacs | Festivals | Rétrospective | Paroles de chansons | Livres | Divertissement | Cuisine congolaise | Vitrine | Ambassades | Actualité RDC | Sante | Economie | RD Politique | RD Tribune | Ils ont dit | Polémique | Live | Concert | Société | Zoom | Anecdotes