Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Cinéma: 22ème Université d’été de La Fémis, à Paris. Jean Marc Poaty Loemba, le premier à porter l’étendard du Congo


Par SDC, Starducongo.com | Dimanche 10 Octobre 2010 | Lu 1765 fois | 0 Commentaire



Légende jml devant la fémis
Légende jml devant la fémis
Du 1er juin au 30 juillet 2010, a eu lieu, à Paris, en France, la 22ème session de l’Université d’été de La Fémis (Ecole nationale supérieure des métiers de cinéma), l’une des plus réputées du monde. Sur le thème: «Atelier cinématographique sur le documentaire de création». Bénéficiaire d’une bourse du gouvernement français, par l’intermédiaire d’Egide, l’artiste comédien et metteur en scène Jean Marc Poaty Loemba, alias Mue Mpuati Luemba, a eu l’insigne honneur de porter, pour la première fois, l’étendard du Congo à cet atelier de formation sur le 7ème art. Aux côtés de 14 autres artistes, venus de tous les continents, en dehors de l’Océanie.

La 22ème Université d’été de La Fémis a connu la participation des artistes de l’Algérie (deux), de l’Afghanistan, du Cameroun, du Chili, du Congo, de la RDC, du Gabon, d’Israël, du Maroc (deux), de la Russie, de l’Inde, de la Tunisie et d’Haïti. Qui ont suivi une formation en deux parties.
La première, théorique, intitulée «Découverte du cinéma», a duré quatre semaines. Elle a permis aux étudiants de suivre des cours assurés par les intervenants de La Fémis: Catherine Rascon, Jacqueline Sigaar, Sophie Bredier, Jean-Luc Daniel, Guy Mousset, Emmanuel Finkiel, Alain Bergala,
Malek Bensmaïl, Philippe Avril, Olivier Horn, Raoul Peck, Claire Simon, etc. Ces cours concernaient les mises en scène du réel, le scénario, la réalisation et le découpage en documentaire, la diffusion des films étrangers en France, le soutien français aux coproductions étrangères, le contexte économique et institutionnel du cinéma français.

Les participants ont, également, eu droit à des projections et analyses de nombreux films.
Lors de la partie pratique, qui a duré cinq semaines, les participants à cette formation ont travaillé sur les différentes phases de l’élaboration d’un sujet: écriture, repérage, tournage, montage, mixage. Et chacun a réalisé un documentaire de création de dix minutes, en vidéo DV. Les quinze créations, dont celui de Jean-Marc Poaty, qui s’intitule: «Ntomu-Ntonu» (Du goût, au commencement), ont été projetés, publiquement, le 29 juillet 2010, à La Fémis.
Dans le cadre de leur formation, les quinze participants à cet atelier de cinéma ont, également, pris part au festival «Sunny Side of the Doc».
Pour Jean-Marc Poaty, la 22ème Université d’été de La Fémis a été une expérience très enrichissante. «La formation s’est bien passée. Cela a été une belle expérience dans l’apprentissage cinématographique.
Cette formation m’a, à jamais, ouvert les portes de la réalisation de ce métier de cinéma, tant dans mon pays que sur le plan international. Elle m’a donné envie de continuer à faire des films et me permet, aussi, d’avoir un regard neuf sur ma profession première en art dramatique (le théâtre, le conte). Tout en me permettant de m’engager, de plus en plus, professionnellement, avec la connaissance de certains rouages, notamment les financements des projets, les organisations qui peuvent nous accompagner dans la conception, la préparation et la postproduction.

Aujourd’hui, j’ai une invitation à une formation en «Administration et Montage de Projets», dans le département de Maine-et-Loire, qui aboutira à la mise en place d’un projet de film documentaire de création: «Nzadi, de la Loire au Kongo», avec la participation éventuelle des musiciens comme Denis Péan, des Lo’Jo, Passi, des Biso na Biso...Projet grâce auquel je vais pouvoir côtoyer les festivals «Cinémas d’Afrique» et «Premier Plan» d’Angers...J’ai appris, pendant la soirée des projections, la nomination d’un directeur de la cinématographie et des arts en République du Congo. Un poste qui n’existait pas, il y a plus de dix ans. Ce nouveau directeur m’a fait la proposition de travailler avec lui...Enfin, mon film de fin d’études «Ntomu, ntonu», sous-titré en français et en anglais, est sollicité, déjà, pour des événements culturels, en France et dans mon pays d’origine, le Congo…», soutient l’artiste. Lui qui espère, vivement, que le Congo participe aux prochaines éditions de l’atelier.
«Ntomu, ntonu», ainsi que cinq autres films auxquels Jean-Marc Poaty a participé seront projetés, le 5 octobre 2010, au C.c.f (Centre culturel français) de Brazzaville.

Véran Carrhol YANGA (La Semaine Africaine)
Lu 1765 fois


Nouveau commentaire :

Publions des commentaires constructifs pour avancer

RD Congo | Actualités | Football | Beauté et Mode | RD Sport | RD Economie | Handball | RD Société | Les arts | Gouvernement | RD Album | Arts martiaux | Monde | High Tech | Basket-ball | Indiscretions | Athlétisme | Sports | Portraits | Autres Sports | Interviews | Tennis | Afrique | Interviews Sports | Maghreb | Dans les bacs | Festivals | Rétrospective | Paroles de chansons | Livres | Divertissement | Cuisine congolaise | Vitrine | Ambassades | Actualité RDC | Sante | Economie | RD Politique | RD Tribune | Ils ont dit | Polémique | Live | Concert | Société | Zoom | Anecdotes