Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Cinéma : La société civile congolaise milite pour la diffusion du film sur Chebeya


Par Les Dépêches de Brazzaville | Vendredi 13 Avril 2012 | Lu 557 fois | 0 Commentaire



Des organisations non gouvernementales ont annoncé des discussions avec le ministre de la Justice et droits humains en vue d'obtenir la levée de l'interdiction qui frappe le documentaire.

Le Réseau national des ONG de droits de l'homme en RDC a entamé, 11 avril, des entretiens avec Luzolo Bambi. Le secrétaire exécutif du réseau, Fernandez Murhola, a indiqué que le dialogue amorcé était positif et il ne se poserait qu'un problème d'interprétation du film. « Le ministre ne s'y oppose pas. Il a promis de continuer des pourparlers avec le réalisateur du film et les ONG congolaises de droits de l'homme dont les préoccupations seront réexaminées dans l'optique de trouver un compromis », a-t-il indiqué à radiookapi.net

Le ministre de la Justice aurait, par ailleurs, recommandé au réalisateur du film, le Belge Thierry Michel, d'être en contact avec la Commission nationale de censure. Rappelons que le ministre a interdit, le 27 mars, la diffusion en RDC du film L'Affaire Chebeya, un crime d'État ? Il reproche à ce documentaire de véhiculer des allégations gratuites.

Une réaction prévisible

Une levée de boucliers s'est, en effet, faite au niveau des associations de défense des droits de l'homme réunies le 9 avril au siège de la Voix des sans-voix pour les droits de l'homme. Ces dernières ont condamné et dénoncé cette mesure, estimant que la décision du ministre « violait non seulement la liberté d'expression mais également le droit à l'information garanti à la population par la Constitution de la RDC et les instruments juridiques tant régionaux qu'internationaux ».

Ce film, ont expliqué les organisations de défense des droits de l'homme, n'a fait que reprendre des extraits du procès et les différentes réactions de la population bouleversée et choquée par l'ignoble assassinat de Floribert Chebeya. « Le refus du gouvernement d'autoriser une enquête internationale en 2010 et celui de donner suite à la plainte de la veuve Chebeya contre le général John Numbi, la lenteur concernant l'examen de l'affaire en appel à la Haute cour militaire et l'interdiction de la diffusion du film en RDC prouvent à suffisance la volonté délibérée des autorités congolaises d'étouffer la vérité et leur implication dans cette affaire », ont-elles relevé.

Elles estiment, par ailleurs, que si le contenu de ce film contenait des imputations dommageables contre la personne du chef de l'État et portait atteinte à l'honneur et à la dignité de ce dernier, il lui appartiendrait de s'en plaindre auprès de la justice congolaise.

Lucien Dianzenza
Lu 557 fois


Nouveau commentaire :

Publions des commentaires constructifs pour avancer

RD Congo | Actualités | Football | Beauté et Mode | RD Sport | RD Economie | Handball | RD Société | Les arts | Gouvernement | RD Album | Arts martiaux | Monde | High Tech | Basket-ball | Indiscretions | Athlétisme | Sports | Portraits | Autres Sports | Interviews | Tennis | Afrique | Interviews Sports | Maghreb | Dans les bacs | Festivals | Rétrospective | Paroles de chansons | Livres | Divertissement | Cuisine congolaise | Vitrine | Ambassades | Actualité RDC | Sante | Economie | RD Politique | RD Tribune | Ils ont dit | Polémique | Live | Concert | Société | Zoom | Anecdotes