Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Concert au palais de la culture : Olomidé confirme son talent


Par Abidjan.net | Samedi 3 Novembre 2012 | Lu 965 fois | 0 Commentaire



© Abidjan.net par Serges T Concert : Koffi Olomidé éblouit le palais de la culture. Le grand Mopao a donné un concert fort apprécié par les abidjannais le samedi 20 octobre 2012 au palais de la culture.
© Abidjan.net par Serges T Concert : Koffi Olomidé éblouit le palais de la culture. Le grand Mopao a donné un concert fort apprécié par les abidjannais le samedi 20 octobre 2012 au palais de la culture.
Trusté par la structure Boss Playa, Koffi Olomidé a donné, samedi, un concert de grande qualité au palais de la culture de Treichville.

L’affiche était alléchante. Et l’attente perceptible. Surtout que les stars de la soirée – Koffi Olomidé et son orchestre le Quartier latin au grand complet – ne s’étaient pas produites en Côte d’Ivoire depuis quatre ans. La salle Anoumabo du palais de la culture, où s’est déroulée la grand’messe, a accueilli un grand nombre de fanatiques venus communier avec l’un des monstres sacrés de la rumba congolaise. Ce dernier, épaulé sur la scène par la sublime Cindy Le-cœur, a fait vibrer la salle Anoumabo. Que dire des danseuses du grand Mopao ? Avec des déhanchements provocateurs – à la limite de l’indécence – elles ont suscité des applaudissements nourris. Parfaites chorégraphies exécutées par des danseurs qui voulaient démontrer leur savoir faire, avec un Quartier latin en verve, le concert de samedi a confirmer que Koffi Olomidé, a encore du jus. Et du talent à revendre. Ce n’est pas le ministre Ahmed Bakayoko qui dira le contraire, lui qui a été maintes fois chahuté par le chanteur avec lequel il partage une amitié vieille de plusieurs années. Après plusieurs heures d’attentes, le public, chauffé à blanc par les partenaires de l’événement, accueille les danseurs et danseuses sur la scène. Ils laissent ensuite la place à Cindy Le-cœur. Moulée dans une robe près du corps, qui met en valeur ses charmes, elle exécute des pas de danse et reprend un titre du grand Mopao. Très applaudie, elle annonce, dans la foulée, l’artiste tant attendu. C’est par un standing ovation qu’il est accueilli. «Je ne sais pas si je vous ai manqué. Mais Abidjan m’a beaucoup manqué. Nous ne sommes pas venus depuis à cause des complots», lance l’artiste, sans plus de détails, à la salle débout. Les cris de joie fusent. Les applaudissements s’intensifient. Il continue : «J’ai découvert des jeunes talents tels que Arafat, Bebi Philippe, Serges Beynaud. Culturellement, la Côte d’Ivoire, ça va». Le patron du Quartier latin, visiblement heureux d’être en terre ivoirienne, s’adresse au ministre Ahmed Bakayoko, accompagné de son épouse. A ses côtés, plusieurs personnalités au nombre desquelles le ministre Gnénéma Coulibaly et son épouse, Adama Bictogo, Lala Diakité, l’épouse de Didier Drogba,…Sur ce, le grand Mopao, qui dédie la soirée à Ahmed Bakayoko et à Guillaume Soro, ouvre le bal. Dans un dialogue interactif avec son public, le chanteur congolais alterne anciennes chansons et nouvelles créations. En compagnie de ses danseurs, il donne du bonheur au public. Tantôt assis, tantôt debout, les spectateurs donnent de la voix. Ils chantent avec leur idole. L’instant est magique. Ahmed Bakayoko monte sur la scène et étreint son ami. Durant tout le spectacle, ce dernier, ce dernier tentera de faire danser le ministre qui ne donnera pas droit à cette requête. Après plus d’une heure de show, le Olomidé et Cindy Le-cœur sa retirent. Un quart d’heure plus tard, ils reviennent pour la dernière articulation du spectacle. «Y a-t-il une chanson particulière que vous voulez-entendre ?», lance le chanteur a son public. Dans un brouhaha indescriptible, chacun veut donner son titre. En l’absence de consensus, il entonne le titre «Loi», qui réconcilie tous les spectateurs. Chacun y va de son pas de danse. Cette seconde partie du concert est marquée par des mots forts du chanteur en faveur de la paix et de la réconciliation en Côte d’Ivoire. «Réconcilions-nous parce que rien de très important ne nous sépare. J’appelle les uns et les autres à mettre au devant de tout le bien-être des Ivoiriens», a-t-il indiqué. Souhaité que «ce pays reste ce havre de paix que nous avons toujours connu et aimé». Le spectacle continue. Une danseuse, emportée par la fièvre du show, tombe du haut du podium. Elle s’en sortira sans grand bobo. Le concert prend fin à 00h30 mn.

M’Bah Aboubakar (L'expression)
Lu 965 fois


Nouveau commentaire :

Publions des commentaires constructifs pour avancer

RD Congo | Actualités | Football | Beauté et Mode | RD Sport | RD Economie | Handball | RD Société | Les arts | Gouvernement | RD Album | Arts martiaux | Monde | High Tech | Basket-ball | Indiscretions | Athlétisme | Sports | Portraits | Autres Sports | Interviews | Tennis | Afrique | Interviews Sports | Maghreb | Dans les bacs | Festivals | Rétrospective | Paroles de chansons | Livres | Divertissement | Cuisine congolaise | Vitrine | Ambassades | Actualité RDC | Sante | Economie | RD Politique | RD Tribune | Ils ont dit | Polémique | Live | Concert | Société | Zoom | Anecdotes