Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Confidence d’un jeune homme de 26 ans : « Depuis 2009, je vis sans mon pénis... »


Par Seneweb.com | Dimanche 10 Juin 2012 | Lu 2870 fois | 0 Commentaire



Confidence d’un jeune homme de 26 ans : « Depuis 2009, je vis sans mon pénis... »
Sénégal. Agé de 26 ans, ue jeune homme vit un calvaire depuis le 1er février 2009. En effet, explique le journal Walf Grand Place, le jeune homme, qui a requis l’anonymat, a perdu ses parties intimes le soir du lundi 1er février 2009. « Je suis âgé de 26 ans. Je suis célibataire sans enfant et je suis apprenti tailleur. J’ai perdu mon pénis, mes parties intimes depuis le lundi 1er février 2009. Et, jusqu’à présent, je vis sans … », raconte la victime dans les colonnes de Walf Grand Place. « Ce jour-là, je me trouvais à la gare routière de Nioro vers les coups de 19 heures, quand un homme pas trop grand, la cinquantaine, m’a abordé en peulh pour me demander de l’argent. Il m’a dit être natif de Médina Gounass dans le département de Nioro, qu’il était à Kaolack pour des affaires et qu’il voulait de l’argent pour manger. Je n’avais qu’une pièce de 100 francs comme monnaie dans ma poche et je la lui ai donnée. Ensuite, il m’a retenu par le bras en disant que je devais encore lui acheter du lait et des bougies. Et je lui ai répondu que je n’avais plus de monnaie pour ça. Il a beaucoup insisté. Mais je lui ai dit : « Amouma » (N.d.r. : " Je n'ai pas ", en wolof). C’est à peine cinq minutes après son départ que je me suis rendu compte que mes parties intimes n’avaient plus leur forme normale. Il n’y avait presque plus rien. Sur le coup, j’ai commencé à paniquer. Aidé par des gens du garage, nous avons cherché le monsieur, en vain », explique le jeune homme qui a perdu ses parties intimes. La victime, qui bénéficie du soutien et de l’assistance de ses parents, sollicite l’aide de bonnes volontés : « Mes parents sont au courant. Mon père et ma mère, malgré leurs maigres ressources, ne ménagent aucun effort pour me soutenir. (…) mais aujourd’hui ils sont très fatigués. Je tends la main à toutes les personnes qui liront cette histoire et qui pensent pouvoir m’aider pour recouvrir mes parties intimes ». Nos collègues de Walf Grand Place n'ont pas jugé bon de lui poser la question de savoir s'il parvenait toujours à avoir une érection, malgré la taille lilliputienne de sa verge. Parce qu'il lui reste quand même un petit moignon, même si " c'est comme le pénis d'un bébé ", comme il dit.
Lu 2870 fois


Nouveau commentaire :

Publions des commentaires constructifs pour avancer

RD Congo | Actualités | Football | Beauté et Mode | RD Sport | RD Economie | Handball | RD Société | Les arts | Gouvernement | RD Album | Arts martiaux | Monde | High Tech | Basket-ball | Indiscretions | Athlétisme | Sports | Portraits | Autres Sports | Interviews | Tennis | Afrique | Interviews Sports | Maghreb | Dans les bacs | Festivals | Rétrospective | Paroles de chansons | Livres | Divertissement | Cuisine congolaise | Vitrine | Ambassades | Actualité RDC | Sante | Economie | RD Politique | RD Tribune | Ils ont dit | Polémique | Live | Concert | Société | Zoom | Anecdotes