Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Congo - Niger ou un festival de ratés


Par Lepatriote-congo.com | Mardi 12 Juin 2012 | Lu 367 fois | 0 Commentaire



Ce n’est pas nouveau. Depuis que les vrais chasseurs de buts comme Jean Michel Mbono « Sorcier », Paul Moukila  « Sayal », Ange Ngapi et autres Lingongo sont partis, il n’y a plus d’héritiers dignes. Il n’y a plus que des pieds tordus capables seulement d’engendrer des crises cardiaques. Néanmoins en toute fin de match Christ Malonga Ntsayi a délivré le public en inscrivant le but victorieux à la 88ème minute.

Jamais, sans doute, les Congolais ne s’étaient procuré autant d’occasions dans un match de football. C’est dire qu’il s’agissait d’une domination à outrance. Un match à sens unique pourrait-on dire. Une opportunité inespérée non seulement de l’emporter mais aussi et surtout de le faire très largement en soignant son capital buts. Mais confondant vitesse et précipitation, les Congolais se sont lancé vers les buts du Mena. Les Nigériens se sont savamment organisés pour briser tous les assauts avec calme et lucidité. On aura senti une équipe du Niger qui a beaucoup appris de sa dernière participation à la phase finale de 28ème CAN en Guinée équatoriale et au Gabon.

Heureusement, il y a eu ce jaillissement de Malonga Ntsayi, à un moment où, tout le monde avait perdu espoir. Un but qui vaut de l’or et qui permet aux Diables Rouges d’envisager l’avenir avec une certaine sérénité. Mais que ce fut nerveusement éprouvant. Ce match là tel qu’il s’est déroulé était véritablement interdit aux cardiaques. Mais, à quelques jours d’une rencontre de très grande importance à Kampala, de telles maladresses inquiètent. Il y a de cela neuf jours à Ouagadougou, les Diables Rouges avaient bénéficié de deux occasions nettes de buts. Toutes les deux avaient été lamentable-ment ratées par Matt Moussilou. Or, dans ce genre de compétition, il est nécessaire de faire l’effort d’exploiter au maximum toutes les opportunités. C’est d’ailleurs en cela que l’on reconnait les grandes équipes.

Toutefois, l’essentiel vient d’être fait car, à domicile, il est impératif de faire le plein de points. Au terme de la deuxième journée, le Congo partage la première place dans le groupe E avec le Gabon, qui a lui aussi gagné 1-0 devant le Burkina Faso, avec quatre points chacun. Mais, le marathon n’est pas fini, il faut dès samedi prochain se replonger dans les éliminatoires de la C.A.N 2013.

Défaite interdite à Kampala

L’entraîneur Jean Guy Wallemme, dans les rares interventions à la presse, ne cesse de rappeler que « depuis l’an 2000 le Congo n’est plus présent dans concert panafricain du football ». Il semble convaincu que depuis son arrivée quelque chose est en train de se faire. Il sera donc loin de ressembler à ses prédécesseurs expatriés qui n’ont rien offert au Congo. Jean Guy Wallemme tient son optimisme du fait que le Congo soit aujourd’hui passé à la 83ème place au classement Fifa alors qu’il était 144ème en septembre 2011. Mais, à vrai dire, le technicien français et la rue congolaise ne sont pas sur la même longueur d’onde. Car si battre Sao Tomé et Principe, l’Ouganda et le Niger marque, pour Jean Guy Wallemme, le début d’un parcours prometteur la rue, elle, attend les qualifications en phases finales de CAN ou de CM et des victoires à répétition. Or ce qui se fait depuis bientôt sept mois est encore loin de convaincre du moment où aucun acte extraordinaire n’a encore été posé.

Et le déplacement, samedi prochain, à Kampala est un excellent test dans la mesure où le Congo va devoir chercher sa qualification à l’extérieur. Ce qui, bien sûr, ne sera pas une mince affaire. Surtout que généralement les « Diables-Rouges » réagissent mal devant l’école anglophone de football. Le Nigeria, le Ghana, l’Afrique du sud, la Zambie, le Soudan et l’Ouganda ont toujours été des adversaires extrêmement difficiles à manipuler pour les « Diables-Rouges ». En 1978 à Kumasi (Ghana) les Uganda Craners avaient infligé une sévère correction (3-1) aux Congolais en phase finale de la 10ème CAN. Leur football, c’était un genre très physique où se mêlent la virilité et la combativité. C’est à ce jeulà que le Congo n’a jamais pu trouver des répliques dissuasives. Sauf, à l’aller à Pointe-Noire, quand les « Diables-Rouges » l’ont emporté, eux aussi, par 3 à 1.

Or samedi prochain les Ou-gandais, obsédés par la qua-lification chercheront à asphyxier les nôtres par leur « fighting spirit » et aussi sûrement en usant de la provocation tout en profitant de la « complaisance » du corps arbitral. Car, il n’y a pas de doute, les « Diables-Rouges » seront seuls contre tous à Kampala. Ils vont devoir jouer contre les Uganda Craners, le public, les arbitres et proba-blement aussi contre le commissaire du match. Ce qui oblige les footballeurs congolais à être psychologiquement, moralement, techniquement, tactiquement et physiquement au point. Kampala, samedi prochain, sera un piège dangereux. Alors, il faudra s’abstenir deb contester les décisions des arbitres et de céder à la provocation en se montrant très disciplinés. C’est là donc que le couple Wallemme-Djabour devra montrer toute son intelli-gence et toute sa compétence. Souhaitons alors « bonne chance » aux « Diables-Rouges »

Georges Engouma
Lu 367 fois


Nouveau commentaire :

Publions des commentaires constructifs pour avancer

RD Congo | Actualités | Football | Beauté et Mode | RD Sport | RD Economie | Handball | RD Société | Les arts | Gouvernement | RD Album | Arts martiaux | Monde | High Tech | Basket-ball | Indiscretions | Athlétisme | Sports | Portraits | Autres Sports | Interviews | Tennis | Afrique | Interviews Sports | Maghreb | Dans les bacs | Festivals | Rétrospective | Paroles de chansons | Livres | Divertissement | Cuisine congolaise | Vitrine | Ambassades | Actualité RDC | Sante | Economie | RD Politique | RD Tribune | Ils ont dit | Polémique | Live | Concert | Société | Zoom | Anecdotes