Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Congo/UA : lutte contre le braconnage : Tous pour une stratégie commune contre ce fléau


Par | Jeudi 30 Avril 2015 | Lu 263 fois | 0 Commentaire

Brazzaville, (Starducongo.com) - La Conférence internationale sur l’exploitation illégale et le commerce illicite des produits de la faune et de la flore sauvages d’Afrique, s’est ouverte ce 29 avril 2015, dans son segment haut niveau en présence du président Idriss Deby du Tchad, du premier ministre Gabonais, représentant le président Ali Bongo Ondimba ainsi Denis Sassou N’Guesso qui a ouvert les travaux. Sans oublier les membres de l’Union Africaine, de la Banque mondiale et de l’Union Européenne.



La tenue de cette conférence est la résultante observation faite sur la perte constante des ressources de la diversité biologique car celle-ci constitue une menace pour les Etats Africains dont les implications se font ressentir sur le bien être social, le développement économique et la durabilité environnementale.
Dans les différentes interventions qui ont fait l’objet de la cérémonie d’ouverture. Toutes ont plaidé pour l’élaboration d’une feuille commune pour combattre le commerce illégal des espèces sauvages, telles que les Rhinocéros et d’éléphants d’Afrique anis d’autres espèces halieutiques ainsi que les produits issues de la faune et de la flore.
Pour le ministre congolais de l’économie forestière et du développement durable, Henri Djombo, « depuis quelques années, l’exploitation illégale de la faune et de la flore a pris des proportions alarmantes. Bon nombre d’espèces animales et végétales sont de plus en plus victimes d’une pression effrénée qui menace dangereusement les équilibres écologiques mondiaux… » Face aux conséquences de ces phénomènes qui érodent et appauvrissent les ressources biologiques du continent, sur les plans social, économique et écologique, la République du Congo a proposé, lors des réunions internationales, régionales et sous régionales, l’organisation d’une conférence qui rassemblerait tous les acteurs concerné par la conservation… »
Toujours dans cette optique, la Top-modèle africaine basée au canada, est une ambassadrice de bonne volonté pour la lutte le braconnage a interpellé des décideurs de mettre les moyens afin d’éradiquer ce fléau qui gangrène la richesse africaine et qui dévaste les espèces animales, faunique et floristiques du continent. Elle a appelée aux les acteurs de s’unir pour une même cause.
Quant à la Commissaire a l’Agriculture de l’Union Africaine, Mme Rhoda Peace Tumusime, Représentant la présidente de la Commissaire, elle a salué l’initiative prise par le Congo avec la volonté d’un homme fidèle à ses idéaux et à son combat sur la protection des écosystèmes et de la lutte contre la déforestation, d’organiser avec le concours de l’Union Africaine, cette conférence sur l’exploitation illégale et le commerce illicite des produits de la faune et de la flore sauvages d’Afrique. Elle invité d’autres chefs d’Etat Africains de suivre l’exemple du président du Congo, Denis Sassou N’Guesso dans son combat sur l’environnement. Au nom de la Présidente de la Commission, elle a loué les efforts consentis par le gouvernement congolais. La fonctionnaire de l’Union Africaine a invité les conférenciers de se mettre à l’œuvre afin qu’au sortir de ces assises, soit arrêté un plan d’action et une feuille de route qui seront soumis à la prochaine session de l’UA qui se tiendra en juin de l’année en cours.
Pour Mme Saskia Lang, Ambassadeur, représentante de la Délégation de l’Union Européenne au Congo, elle a réitéré la volonté de l’Union Européenne de continuer à soutenir les pays africains dans cette lutte. Depuis 30 ans, a-t-elle indiqué, l’UE a financé au haute de 500 millions d’euros. « L’Union européenne va continuer a financé l’Afrique pour lutter contre le braconnage et le commerce illicite des produits de la faune et de la flore », a-t-elle déclaré.
D’autres intervenants ont abondé dans le même sens. Cette conférence internationale, la première en la matière, fait fond sur les résultats obtenus par les Conférences de haut niveau sur le commerce illégal d’espèces sauvages tenues à Londres et à Kasane. Elle succède au 23ème Sommet de l’Union Africaine, qui a exhorté les nations africaines à appliquer des approches fondées sur la tolérance zéro, à prendre des mesures visant à renforcer les lois et les politiques et à faire participer les communautés à la lutte contre le commerce illégal des espèces sauvages et les activités criminelles connexe.
La conférence de Brazzaville devrait arrêter la stratégie commune de lutte contre l’exploitation illégale et le commerce illicite de la faune et de la flore sauvages d’Afrique, laquelle stratégie sera soumise à l’approbation des Chefs d’Etat et de gouvernements de l’Union Africaine, lors du prochain Sommet qui se tiendra en juin 2015.
Notons que plusieurs tonnes d’ivoire ont été brulés par les chefs d’Etat, Denis Sassou N’Guesso du Congo et Idriss Deby Itno du Tchad, assistés par le premier ministre gabonais, la Commissaire ‘ l’Agriculture de l’UA et autres personnalités présentes à la cérémonie.

Huguette Mboma
Lu 263 fois


Nouveau commentaire :

Publions des commentaires constructifs pour avancer

RD Congo | Actualités | Football | Beauté et Mode | RD Sport | RD Economie | Handball | RD Société | Les arts | Gouvernement | RD Album | Arts martiaux | Monde | High Tech | Basket-ball | Indiscretions | Athlétisme | Sports | Portraits | Autres Sports | Interviews | Tennis | Afrique | Interviews Sports | Maghreb | Dans les bacs | Festivals | Rétrospective | Paroles de chansons | Livres | Divertissement | Cuisine congolaise | Vitrine | Ambassades | Actualité RDC | Sante | Economie | RD Politique | RD Tribune | Ils ont dit | Polémique | Live | Concert | Société | Zoom | Anecdotes