Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Conseil international de la musique : Grevais Hugues Ondaye sollicite l'aide du gouvernement congolais


Par | Dimanche 28 Août 2011 | Lu 866 fois | 0 Commentaire



Conseil international de la musique : Grevais Hugues Ondaye sollicite l'aide du gouvernement congolais
Tallinn, capitale de l'Estonie, abritera simultanément, les assises de la trente-quatrième assemblée générale du Conseil international de la musique (CIM) et du quatrième Forum mondial de la musique du 26 septembre au 1er octobre 2011

L'opérateur culturel congolais, en sa qualité de vice-président du Conseil africain de la musique, Gervais Hugues Ondaye, candidat potentiel de l'Afrique au prochain bureau exécutif du CIM l'a évoqué au cours de la conférence de presse qu'il a animée le 27 août à Brazzaville.

« Je profite de votre présence pour solliciter le soutien du gouvernement congolais, a-t-il déclaré. Car le CIM ne pourra prendre en charge les Congolais qui souhaiteraient participer au forum pour que le Congo soit véritablement représenté. Je crains de me retrouver seul, et cela ne pourra nullement honorer notre pays. Nous souhaitons que ce cri du cœur soit entendu pour que nous soyons pris en charge par le gouvernement au même titre que les sportifs. »

Décidée par les participants à l'occasion des assises de la 6e session annuelle du comité exécutif du Conseil africain de la musique qui a eu lieu à Cotonou au Bénin en juin 2011, la candidature de Gravais Hugues Ondaye, deux fois ajournée en 2007 et 2009, nécessite le soutien d'une forte délégation congolaise qui traduirait l'intérêt du Congo, capitale de la musique africaine. Loin d'être taxé de mendicité, Gervais Hugues Ondaye pense qu'un tel soutien est nécessaire, comme n'a cessé d'ailleurs de le dire Jean-Marie Adoua, ambassadeur du Congo auprès de l'Unesco.



Le candidat de l'Afrique au bureau exécutif du CIM a passé en revue les grandes lignes de cette structure créée en 1949 par l'Unesco pour le conseiller dans le domaine de la musique : « L'institution est chargée d'élaborer la formulation de la politique musicale, la formation, le développement des infrastructures au tour de cinq axes liés aux droits musicaux qui sont entre autres le droit de s'exprimer librement à travers la musique, ou celui d'étudier le langage et le savoir musicaux. »

Quant au 4e Forum mondial de la musique co-organisé avec le Conseil estonien de la musique et le groupe régional du CIM en Europe, il constitue une plate-forme conçue sur le partage de connaissances et de savoirs portant sur la musique et la société en ce troisième millénaire. Cet espace milite en faveur de l'exploration de sujets variés dans les domaines culturel, politique et économique.

Considéré comme l'une des contributions majeures du CIM en vue de baliser le terrain pour une célébration libre de la musique à travers le monde, ce forum tablera à cette occasion sur cinq sujets d'une importance notoire dans le domaine de la musique. Il s'agira de la musique comme outil du changement social ; des défis et opportunités actuels pour l'éducation musicale ; de la distribution musicale et l'export ; de la musique, le développement et la jeunesse, des espaces informels.

Si les travaux du forum portent sur le thème « Musique et changements sociaux », Grevais Hugues Ondaye est chargé de présenter un exposé sur le thème « Le potentiel de la musique dans l'identification des industries culturelles au Congo ». Ainsi, « la délégation congolaise, qui doit être composée d'artistes, de journalistes, d'acteurs et opérateurs culturels divers, donnera du crédit aux yeux des participants à ces doubles assises », a-t-on appris de l'orateur.

Enfin, Gervais Hugues Ondaye a suggéré en direction des décideurs de la municipalisation accélérée, une initiative qu'il apprécie favorablement, de penser à la construction d'infrastructures d'accueils au profit du secteur culturel. Ainsi les artistes locaux ou étrangers pourront-ils se déployer à travers tout le pays quand il leur faut se produire.

Enfin, une minute de silence a été observée en mémoire des victimes du stade Éboué le 9 juillet à l'ouverture de la 9e édition du Fespam, et de Jeany Ibela-Ibel, opérateur culturel congolais décédé le 24 août à Brazzaville.

Jean-Dany Ébouélé (Brazzaville-Adiac)
Lu 866 fois


Nouveau commentaire :

Publions des commentaires constructifs pour avancer

RD Congo | Actualités | Football | Beauté et Mode | RD Sport | RD Economie | Handball | RD Société | Les arts | Gouvernement | RD Album | Arts martiaux | Monde | High Tech | Basket-ball | Indiscretions | Athlétisme | Sports | Portraits | Autres Sports | Interviews | Tennis | Afrique | Interviews Sports | Maghreb | Dans les bacs | Festivals | Rétrospective | Paroles de chansons | Livres | Divertissement | Cuisine congolaise | Vitrine | Ambassades | Actualité RDC | Sante | Economie | RD Politique | RD Tribune | Ils ont dit | Polémique | Live | Concert | Société | Zoom | Anecdotes