Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Coopération France-Congo. Aider le C.f.r.a.d à retrouver ses lettres de noblesse


Par Régis Guénolé ASSOULA | Dimanche 17 Mai 2009 | Lu 1178 fois | 1 Commentaire



Nicolas Normand (au milieu) pendant la visite.
Nicolas Normand (au milieu) pendant la visite.
L’ambassadeur de France au Congo, M. Nicolas Normand, a effectué, mercredi 6 juin 2009, une visite au C.f.r.a.d (Centre de formation et de recherche en art dramatique), situé au Plateau, centre-ville, à Brazzaville. But: évaluer les besoins dudit centre, pour un éventuel apport au projet du gouvernement de rénover ce haut lieu culturel et historique. Le diplomate français était reçu par le directeur des lieux, le Dr et poète Jean Blaise Bilombo-Samba. Sous le regard de M. Antoine Ernest Olessongo, directeur de cabinet du ministre de la culture et des arts, et de Mme Emma Mireille Opa-Elion, directrice de la coopération

Cette visite éclair a permis à l’ambassadeur de France et toute la délégation qui l’accompagnait, de se rendre compte de l’état dans lequel se trouve le C.f.r.a.d. En effet, construit dans les années trente et donnant le dos au majestueux fleuve Congo, cet ancien cercle civil et militaire, espace de rencontre de la société européenne, à l’époque coloniale, présente, de nos jours, l’image d’une bâtisse qui ne demande qu’à être rénovée. Ainsi, de la cour à la salle de spectacles, l’ambassadeur de France, guidé par le Dr Jean Blaise Bilombo-Samba, a noté que cet espace, à la fois culturel et historique, nécessite un réel toilettage.

Espace culturel, car comme son nom l’indique, le C.f.r.a.d est un espace de création et de représentation théâtrale voué au Ballet national. Espace historique, car c’est dans cet endroit, précisément du 30 janvier au 8 février 1944, que se tint la «Conférence africaine de Brazzaville», avec la participation de vingt gouverneurs, sous la direction du général De Gaulle. Et que dire de la célèbre conférence de presse d’Ernesto Che Guevara, dit le «Che»?
Par ailleurs, pour lier la théorie à la pratique, un spectacle d’une dizaine de minutes sur la tragédie de Sophocle et des pas de danse illustrant les rites de la forêt ont été donnés par les artistes du C.f.r.a.d.

A la fin de sa visite, Nicolas Normand à laissé entendre que la France ne se substituera pas au gouvernement congolais, mais, elle apportera sa contribution dans la mesure du possible, afin que le C.f.r.a.d retrouve ses lettres de noblesse, à l’instar du Centre culturel Français.

LA SEMAINE AFRICAINE

Lu 1178 fois


Vos commentaires:

1.Posté par EMONGO le 23/11/2015 13:07 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour! parler moi de historique du cfrad

Nouveau commentaire :

Publions des commentaires constructifs pour avancer

RD Congo | Actualités | Football | Beauté et Mode | RD Sport | RD Economie | Handball | RD Société | Les arts | Gouvernement | RD Album | Arts martiaux | Monde | High Tech | Basket-ball | Indiscretions | Athlétisme | Sports | Portraits | Autres Sports | Interviews | Tennis | Afrique | Interviews Sports | Maghreb | Dans les bacs | Festivals | Rétrospective | Paroles de chansons | Livres | Divertissement | Cuisine congolaise | Vitrine | Ambassades | Actualité RDC | Sante | Economie | RD Politique | RD Tribune | Ils ont dit | Polémique | Live | Concert | Société | Zoom | Anecdotes