Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Coupe de la CAF. Remy Ikounga-Ayayos: « Je ne suis pas euphorique après cette victoire à Sfax, je mesure la responsabilité qui est la mienne »


Par Lepatriote-congo.com | Mardi 24 Avril 2012 | Lu 915 fois | 0 Commentaire



Coupe de la CAF. Remy Ikounga-Ayayos: « Je ne suis pas euphorique après cette victoire à Sfax, je mesure la responsabilité qui est la mienne »
Après son " hold up " en terre tunisienne, l'Athletic club Léopards de Dolisie s'apprête a défier, le week-end prochain, un autre géant d'Afrique en l'occurrence Heartland d'Oweri (Nigeria). Remy Ikounga-Ayayos, le président des " Fauves du Niari ", sans verser dans une confiance excessive semble avoir pris goût. C'est ce qui ressort de cette interview au " Patriote ".

Le Patriote : Président, vous rentrez de Tunisie avec une qualification en poche, êtes-vous un homme comblé ?

Remy Ayayos :
En Tunisie, nous étions à la hauteur de nos espérances. J'avais dit depuis ici que nos infimes chances, nous allions les jouer à fond. Mais d'aucuns m'avaient pris pour un prétentieux naïf voire un plaisantin. Mais j'ai coutume de dire que je peux être battu mais rarement abattu. Chaque fois que je me retrouve dos au mur, cela me donne du courage. Je n'ai jamais cédé au pessimisme ambiant qui devient d'ailleurs un mal congolais. Je suis persuadé qu'avec le courage, la volonté et avec les talents que nous avons, on peut aller loin.

L. P. : Après avoir vaincu le signe indien en accédant pour la première fois au troisième tour, quelles sont désormais vos ambitions ?

R. A. :
On peut aller le plus loin possible. Je ne suis pas euphorique après cette victoire, je mesure la responsabilité qui est la mienne, je pense aussi que le groupe mesure la sienne, donc on ira de concert dans la préparation. Le travail nous revient maintenant. Dès notre retour, l'équipe est aussitôt repartie sur Dolisie pour se remettre au travail et continuer les compétitions nationales qui sont programmées. Je ne suis pas un dirigeant complexé, je crois plutôt aux talents congolais. Je suis persuadé qu'avec la volonté et le courage, on peut réussir de grandes choses.

L. P. : Avez-vous une idée de votre prochain adversaire ?

R. A. :
Les équipes africaines n'ont pas le même type de jeu, il y a certaines contingences qui entrent en ligne de compte. Je sais seulement que, par rapport à l'année dernière, certains joueurs et techniciens ont quitté le club. Mais nous envisageons faire déplacer un technicien pour le Nigeria afin de recueillir certaines informations types sur ce club et le staff technique verra comment les exploiter.

L. P. : N'envisagez-vous pas une mise au vert à l'étranger ?

R. A.
: Il y a la difficulté d'être aligné sur plusieurs compétitions. Nous ne pouvons pas faire injure à notre championnat national pour dire que nous nous consacrons seulement à la coupe d'Afrique. Car les matches de championnat, même s'ils ne sont pas à la hauteur du championnat d'Afrique, mais l'engagement y est. Nous ne prévoyons pas une mise au vert dans un pays étranger parce que nous n'avons plus de temps. Nous pensons que l'engagement de nos adversaires locaux à vouloir remporter à tout prix une victoire contre A.C. Léopards permettra à nos joueurs d'être conséquemment mis en jambes, de garder la motivation et la soif de gagner.

L. P. : C'est l'AC Léopards qui est engagé mais c'est maintenant l'affaire de tous les Congolais car si jamais Ac Léopards va loin, c'est le Congo qui pourra bénéficier d'un plus grand nombre de représentants en compétitions africaines. Votre message en direction des autres opérateurs sportifs congolais ?

R. A. :
D'abord, je remercie tous les dirigeants, le monde sportif congolais pour l'accompagnement parce que avant de partir en Tunisie j'avais sollicité les prières des uns et des autres. Je reconnais aussi que certains dirigeants m'ont prodigué des conseils très utiles. Je reste disponible pour recueillir les avis des uns et des autres. Je suis, en tout cas, ravi de constater la liesse populaire qui a suivi notre qualification. Ce qui montre que ce n'est plus l'affaire de l'Ac Léopards seulement mais du Congo tout entier. Tout le monde a dû voir les images, ce n'est pas le drapeau de l'Ac Léopards qui était hissé en Tunisie mais bel et bien celui du Congo. Aujourd'hui, c'est une affaire nationale, j'espère que chacun à la place qui est la sienne va mettre la main à la pâte.

Je félicite le ministère des sports et de l'éducation physique et la fédération congolaise de football qui m'accompagnent dans cette bataille. Il est dommage que les entreprises de la place soient dans l'indifférence la plus totale. Les amis Tunisiens m'ont montré qu'en la matière les sponsors apportent une contribution à hauteur de trois milliards de francs Cfa. Voyez-vous, on ne peut pas viser loin si on n'est pas soutenu.

Propos recueillis par Georges Engouma
Lu 915 fois


Nouveau commentaire :

Publions des commentaires constructifs pour avancer

RD Congo | Actualités | Football | Beauté et Mode | RD Sport | RD Economie | Handball | RD Société | Les arts | Gouvernement | RD Album | Arts martiaux | Monde | High Tech | Basket-ball | Indiscretions | Athlétisme | Sports | Portraits | Autres Sports | Interviews | Tennis | Afrique | Interviews Sports | Maghreb | Dans les bacs | Festivals | Rétrospective | Paroles de chansons | Livres | Divertissement | Cuisine congolaise | Vitrine | Ambassades | Actualité RDC | Sante | Economie | RD Politique | RD Tribune | Ils ont dit | Polémique | Live | Concert | Société | Zoom | Anecdotes