Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Danse : quatre compagnies congolaises sont sélectionnées pour la phase finale de la biennale de la danse


Par Brazzaville-adiac.com | Mercredi 19 Septembre 2012 | Lu 376 fois | 0 Commentaire



La chorégraphe danseuse Fanny Mabondzo après son entretien avec Les Dépêches de Brazzaville (© Philippe Guionie).
La chorégraphe danseuse Fanny Mabondzo après son entretien avec Les Dépêches de Brazzaville (© Philippe Guionie).
La capitale sud-africaine, Johannesburg, abritera du 28 septembre au 7 octobre les neuvièmes rencontres chorégraphiques de l'Afrique et de l'océan Indien dénommée Biennale Danse l'Afrique danse. Au nombre des artistes congolais attendus à l'événement figure la chorégraphe et danseuse Fanny Mabondzo de la compagnie Mabtogo

La jeune artiste est parmi les rares femmes congolaises qui avouent son affection pour la danse. Elle pense que rien ne pourra plus jamais la détourner de l'expression chorégraphique qui l'habite. « D'hier à aujourd'hui », telle est la thématique de sa pièce sélectionnée par le jury de ces rencontres chorégraphiques édition 2012.

« Cette chorégraphie relate les réalités environnementales au Congo, lesquelles sont les mêmes un peu partout en Afrique, pour ne parler que de la pollution. Pour le cas de nos grandes villes, il ya de la saleté un peu partout. Ce qui provoque autant de maladies. Hier l'environnement était mieux assaini qu'aujourd'hui », explique Fanny Mabondzo.

Il s'agit d'une représentation scénique de trente minutes que Fanny Mabondzo présentera en duo avec Loïck Ngoko, un autre danseur interprète. Parmi d'autres chorégraphes congolais attendus à Johannesburg, le chorégraphe et danseur DeLaVallet Bidiefono avec sa compagnie Baninga, lauréate du second prix en 2008, lors des septièmes rencontres chorégraphiques de la même biennale. On note également la participation de Boris Nganga Bouetoumoussa, en solo, et de Franck Bakekolo.

Franck Bakekolo commence sa carrière artistique en 1996 dans le groupe Danseurs dans le vent de Magogo. Il s'est formé en danses traditionnelles et contemporaines avant de créer sa compagnie, Trio, en 2007. Il est l'auteur de plusieurs créations chorégraphiques, dont 250 kilomètres à pied en deux jours sélectionnée pour les rencontres chorégraphiques de Johannesburg.

Quant à Fanny Mabondzo, elle a commencé à fréquenter les lieux de danse en 1996, alors qu'elle était en classe de quatrième. Elle a travaillé avec des danseurs chorégraphes tels que Boris Nganga. L'épreuve l'a déjà conduite au Bénin, à Ouagadougou, au Sénégal, en République démocratique du Congo avant qu'elle ne décide finalement de créer sa propre compagnie, Mabtogo.

« Après l'Afrique du Sud, je ferai un tour au Bénin pour travailler avec une jeune chorégraphe de ce pays. Ensemble nous allons procéder à la création de nouvelles pièces. Là-bas je vais présenter deux de mes pièces déjà créées », a poursuivi Fanny, qui par ailleurs croit que la femme congolaise a du talent pour donner le meilleur d'elle-même. « Pourvu qu'elle se fixe des objectifs clairs. Car, il y a bien des danseuses qui peuvent aller loin », conclut-elle.

Jean-Dany Ébouélé et Josiane Mambou-Loukoula
Lu 376 fois


Nouveau commentaire :

Publions des commentaires constructifs pour avancer

RD Congo | Actualités | Football | Beauté et Mode | RD Sport | RD Economie | Handball | RD Société | Les arts | Gouvernement | RD Album | Arts martiaux | Monde | High Tech | Basket-ball | Indiscretions | Athlétisme | Sports | Portraits | Autres Sports | Interviews | Tennis | Afrique | Interviews Sports | Maghreb | Dans les bacs | Festivals | Rétrospective | Paroles de chansons | Livres | Divertissement | Cuisine congolaise | Vitrine | Ambassades | Actualité RDC | Sante | Economie | RD Politique | RD Tribune | Ils ont dit | Polémique | Live | Concert | Société | Zoom | Anecdotes