Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Débat sur la Constitution : Marion Michel Madzimba Ehouango déclare avoir reçu des menaces de mort


Par | Mardi 12 Août 2014 | Lu 663 fois | 2 Commentaires

Brazzaville, (Starducongo.com) - Le débat sur le changement ou la modification de la Constitution du 20 janvier 2002 peut-il donner lieu à des menaces de toutes sortes ?



Marion Michel Madzimba Ehouango
Marion Michel Madzimba Ehouango
C’est ce que craint le professeur Marion Michel Madzimba Ehouango qui déclare avoir reçu des menaces de mort dans un message sans ambiguïté publié récemment dans sa page Facebook.

Selon ce farouche opposant au changement de la Constitution, « je suis victime de menaces de toutes sortes de la part de fanatiques au pouvoir (y compris de la part d'officiers de notre "force publique") ».
Sans donner plus de détails sur ces "compatriotes" qui n’auraient pas visiblement apprécié son intervention au meeting citoyen du 03 août, l’intellectuel congolais a rappelé à ces derniers que « le Président de la République, lui-même, a autorisé un débat citoyen (donc contradictoire) sur cette question constitutionnelle.»

« Menacer de mort un acteur politique parce qu'il a défendu publiquement un point de vue contraire à celui du Chef de l'Etat ne constitue en aucune façon "un crime passible d'assassinat" (car je suis menacé de mort), ni un motif de bannissement (car on m'incite à quitter le pays) », a ajouté l’universitaire.

Prenant à témoin tous ceux qui lisent son message, Marion Michel Madzimba Ehouango écrit que « Le Congo a besoin de l'expertise de tous ses enfants.... », espérant que son message ne passera pas inaperçu auprès « des patriotes qui entourent le Président Sassou (car je sais qu'il y en a!).... »
S’adressant directement à ceux qui lui en veulent, il prévient : « il est bien facile de prétendre ôter la vie d'un homme dont la posture pourrait menacer quelques intérêts mesquins, mais rien ne garantie les conséquences qui pourraient résulter de l'assassinat crapuleux d'un leader politique ».
Dans un ton plus apaisé, il conclut : « Le Congo est semble-t-il en "paix".... Nous sommes tous comptables de cette situation que, tous nous devons veiller à entretenir ».

Adrien Thyg
Lu 663 fois


Vos commentaires:

1.Posté par consultation voyance gratuite le 12/08/2014 15:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Agréablement surprise par la découverte de votre site si joli et tellement original

2.Posté par XXL le 12/08/2014 17:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il est vague dans ses paroles.... quand vous etes "attaque" de la sorte, vous devez etre plus clair, precis, en indiquant le jour/date le temps et quelle sorte de paroles etaient prononcees contre vous. Bien entendu cila, a eu lieu, alors c'est absolument inacceptable, car il y;a aucune raison que certains se positionnent comme seuls maitres, our proprietaires du Congo, en pratiquant des methodes d'intimidation contre ceux qui osent les opposer. Au contraire eux qui sont au pouvoir devaient plutot se rejouir des critiques qui leurs parviennent pour rehausser leurs performances...
Par contre je me demande pourquoi cette menace dirigee seulement contre Mr Ehouango, que je presume d'etre nordiste/du cote des eaux.... pendant que d'autres opposants osent meme insulter le President sans pour autant recevoir de telles menaces...
Le President a jusqu'ici demontre une grande abilite d'un Homme integre et democrate, avec une patience, sagesse enorme comparable a aucun homme politique au Congo actuel, alors s'il y'a des cafards qui se cachent deriere lui pour proceeder a de telles actions, il/le President devrait les reprocher, ou se debarasser d'eux urgemment. Sassou n'a besoin de ce genre de reactions...

Nouveau commentaire :

Publions des commentaires constructifs pour avancer

Politique