Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Débat sur la constitution : Pour Denis Sassou N’Guesso, seul le peuple congolais décidera en toute souveraineté


Par | Samedi 6 Décembre 2014 | Lu 1901 fois | 7 Commentaires

Brazzaville, (Starducongo.com) - Peu avant et pendant le XVe Sommet de la Francophonie à Dakar, le président français, François Hollande a cru se donner le rôle de demander aux dirigeants africains de ne pas changer ou modifier les constitutions de leur pays. Denis Sassou N’Guesso que l’on peu écouter après ces propos, a simplement rappelé, à ce sujet que cette question est de la seule responsabilité du peuple congolais qui « décidera en toute souveraineté ».



Denis Sassou N’Guesso
Denis Sassou N’Guesso
Rentrant de Cuba où il a effectué une visite d‘Etat, dans le cadre de la célébration du cinquantenaire des relations entre le Congo et Cuba, le chef de l’Etat congolais a répondu aux questions de la presse, entre autres sur certains propos du président français en rapport avec le débat sur le changement ou non des constitution dans les pays africains.

Ces propos qui ont suscité indignation et désapprobation chez bon nombre d’Africains, le président congolais a très clairement déclaré que l’Organisation Internationale de la Francophonie et l’Organisation (OIF) « ne peut en aucun cas se substituer aux pays ». Se référant à la charte de cette organisation et à celle de l’Onu, Denis Sassou N’Guesso a rappelé que « dans l’espace de la Francophonie, les Etats se valent le respect mutuel ».

Evoquant effectivement le sujet relatif au changement ou non de la constitution, le président réitéré sa position, à savoir que « seul le peuple congolais décidera en toute souveraineté ». Et d’ailleurs, il a en toujours été ainsi, dans tous les pays du monde, a –t-il soutenu, en s’appuyant sur l’exemple même de la France, dont le Général de Gaulle a modifié la constitution à deux reprises, en consultant le peuple : la première fois lors de l’avènement de la 5ème République et la seconde fois, pour permettre l’élection du président de la République au suffrage universel direct.

Et cela est valable dans tous les Etats, à martelé Denis Sassou N’Guesso qui a affirmé qu’il n’en sera pas autrement au Congo. Ce principe universel ne sera pas remis en cause au Congo. C’est donc le peuple souverain et trancheras le moment venu, dixit le chef de l’Etat congolais.

En fait Denis Sassou N’Guesso qui n’a jamais dis qu’il est pour ou contre le changement ou la modification de la constitution congolaise en vigueur, a rappelé à qui veut l’entendre que ce débat doit avoir lieu. Et, sa conclusion relève de la souveraineté du peuple congolais et non de la volonté d’un Etat tiers.

Cette position médiane incarnée par le président congolais laisse la voie libre au dialogue entre acteurs politiques congolais, pour un échange et une issue consensuelle du débat. Dans cette optique, des voix, même des opposants dits radicaux, comme Mathias Dzon se sont fait entendre pour appeler à l’apaisement et dialogue.

C’et dire combien les Africains sont assez mûrs pour ne plus être soumis aux injonctions politiques extérieurs dans des questions relevant strictement de leur souveraineté.

Huguette Mboma
Lu 1901 fois


Vos commentaires:

1.Posté par le fils du pays le 07/12/2014 13:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le beninois Denis Sassou est un homme qui s'entête de façon très maladroite.Il vient de demander aux Cubains de le soutenir dans sa folie de vouloir mourir au pouvoir.A malin malin et demi

2.Posté par COCO le 08/12/2014 15:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Un adage dit :RESPECTE TOI ET ON TE RESPECTERA...
Mme Huguette MBoma combien êtes-vous payée pour écrire et mettre sur la toile toutes ces idioties? Quels sont ces bons nombres d'Africains( en dehors bien sûr des courtisans et autre prédateurs...)qui ont étés indignés ,et ont désapprouvés les propos de Mr HOLLANDE (qui n'a été que la caisse de résonnance de la majorité des ''sans voix'' Africains victimes des potentats de l'espace Francophone)? L'O.I.F. ne se substitue en rien du tout à aucun état .Si les Africains étaient assez mûrs politiquement (comme vous le dites)les débats sur le changement des constitutions ne serait plus à l'ordre du jour ,et les régimes autocratiques et monolithiques n'existeraient plus sur notre continent ! le président HOLLANDE s'est permis ce petit rappel à la tribune de l'O.I.F. parcequ 'il est conscient que des dictateurs se passants pour des démocrates sont encore aux ''affaires'' dans l'espace Francophone qui il faut le rappeler bat le record de dictatures et autres guerres civiles et arriération des états dans le progrès pour le développement !
Le général DE GAULLE dont le dictateur Congolais aime bien rendre en exemple ,avait à son époque modifié la constitution suite à la pagaille qui régnait sous la quatrième république (crises INDOCHINOISE,ALGERIENNE, autres préparatifs à l'accession à l'indépendance des états AFRICAINS !) et cela s'était effectuer en début de mandat!!! NE CHANGER PAS L'HISTOIRE MADAME.Le grand général DE GAULLE n'avait jamais truquer les listes électorales ,ni pratiquer le bourrage des urnes à son profit et lors du référendum de 1969 suite aux évènements de MAI 68,DE GAULLE en bon perdant avait tiré sa révérence laissant la place à eux qui étaient aptes pour la continuité de la cinquième république !!! Chose que les potentats AFRICAINS surtout FRANCOPHONES sont souvent incapables de faire !!!!

3.Posté par Eric Church Nawamonawo le 09/12/2014 13:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
La constitution congolaise est à changer. Nous la changerons, mais sans sasou nguesso et ses 4à voleurs. LUI, doit partir comme son compère compaore

4.Posté par Mbelolo le 09/12/2014 21:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il est une chose que l'on ne devrait pas oublier, malgré l'opposition au pouvoir. C'est que le peuple congolais ne vote pas en France et vice-versa. Donc, le président Français qui devrait le savoir a plutôt fait montre à Dakar d'un manque de connaissance des babas de la diplomatie. Même le secrétaire général de l'ONU ne parle pas ainsi au Chefs d'Etats, quelque soit ce qu'il peut leur reprocher. Autant, la France n'est pas l'ONU, autant elle ne peut pas se substituer à nos Etats. En intervenant au Mali ou en RCA, le président français ne dirige pas pour autant ces pays. Si s'opposer à un pouvoir national correspond à saluer des actes étrangers qui n'honorent pas son pays, alors, il ne sert à rien de s'opposer.

5.Posté par Laurine le 25/12/2014 15:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Merci pour ces conseils forts intéressants, cela fait vraiment plaisir de tomber sur des articles aussi intéressants que les votre ! Je vous souhaite santé, longévité, succès, bonheur et la paix du cœur .

voyance gratuitement
voyance gratuite mail

6.Posté par Leo le 07/01/2015 17:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Sassou Nguesso compte au nombre des pires dictateurs au monde. Le journal Zenga Mambu fait une révélation sur " un nouveau complot diabolique du pouvoir contre OKOMBI et KOLELAS. En récitant comme un idiot, pendant son allocution prononcée à l’occasion des vœux à la nation : « travaillons d’abord en 2015, les élections présidentielles en 2016 et législatives en 2017 nous avons le temps de les voir venir … », Sassou Nguesso veut prendre du temps pour mener des actions abominable et s’imposer pour un troisième mandat ». En évoquant avec insistance sur la mobilisation des congolais sur les jeux africains, Sassou Nguesso cherche sciemment à gagner du temps. Les onzièmes Jeux africains sont prévus de se tenir du 4 au 19 septembre 2015 à Brazzaville en République du Congo. Ce qui en somme marquerait » un retour aux origines de cette compétition ».Et l’Association des comités nationaux olympiques d’Afrique (ACNOA) organisatrice de cette compétition multisports qui se tient tous les quatre ans, a voulu certes,juste rendre homage à la république du Congo. Mais il faut de grâce rapporter cette compétition.En ces temps qui courent, il est de grâce vivement recommandé, par solidarité au peuple congolais que celles soit rapportée à une date ultérieure ou qu'elle se tienne avant tout ailleurs. Cela serait hautement symbolique, car Sassou Nguesso, le psycho-sociopathe en mal de gloire veut profiter de cette onzième édition des Jeux africains pour un succès personnel tel qu'hittler pour les jeux Olympique et veut les transformer pour une sorte boué de sauvetage, une opération de marketing afin de calmer les esprits pour continuer allégrement son pouvoir illégitime."En rejetant la proposition de boycott des Jeux Olympiques de 1936, les Etats-Unis et d'autres démocraties occidentales manquèrent l'occasion d'adopter une position qui (certains observateurs l'ont affirmé à l'époque) aurait pu faire réfléchir Hitler et renforcer la résistance internationale à la tyrannie nazie"(http://www.ushmm.org/wlc/fr/article.php?ModuleId=284). Soyons fermes et déterminés à chasser le cancre Sassou Nguesso et sa clique. l’urgence de la lutte du peuple congolais est avant tout le départ du dictateur sanguinaie et son clan pour les congolais. Que chaque congolais conscient de ses devoirs et responsabilités ainsi que la communauté africaine et internationale s’y inspirent. Cela va de la paix,du developpement, de l’instauration d’un état de droit au Congo. Il faut être absolument vigilants et conséquents. Le dictateur génocidaire, l’instigateur des guerres, troubles, meurtres, génocides du Congo,Sassou Nguesso devra quitter le pouvoir avant mars 2015. Tout son entourage, tous ces complices doivent partir avec lui. Il faut prendre le temps de démanteler le système tyrannique et de corruption construit par lui. L’élection présidentielle de 2016 devrait etre repoussée à 2019, car après le départ de Sassou Nguesso et sa clique, un dialogue ( conférence nationale souveraine 2 ) devrait avoir lieu » pour une transition politique et démocratique. Le gouvernement de transition, qui sera uniquement composé de technocrates n' ayant eu de liens avec la classe politique du régime Sassou, aura entre autre le devoir d’installer les institutions, restructurer une armée réellement Républicaine, de régler le « problème du fichier électoral, oeuvrer par la suite à la création d’une commission électorale indépendante pour l’organisation du scrutin présidentiel. ". Les hommes politiques qui ont déjà brillé par les qualités qui abaissent, telles, la haine, l’orgueil, l’intolérance, corruption, enrichissement illicite,crimes de sang, doivent être interdites à la tête des institutions de la république et de tous les secteurs d'activités publiques" « Pour vivre en paix au Congo, il faut qu’il y est l’unité nationale. Il faut avant tout régler le problème de l’ armée Congolaise, de la justice sociale. Il faut s’attaquer à combattre le tribalisme. »Le tribalisme n’est donc ni un sentiment, ni un fantasme, c’est une réalité ayant cours dans la sphère socio-économique et politique au Congo.Tous les régimes au Congo, particulièrement les derniers de l’après Conférence Nationale Souveraine en ont usé à des degrés différents.Lissouba avec sa bande NIBOLEK, Sassou Nguesso II et III. le régime illégitime de SASSOU est sans aucun doute le pire de tous et le plus dangereux car c’est un tribalisme théorisé , expérimenté pendant SASSOU I , revu et corrigé actuellement sous SASSOU II pour pérenniser le pouvoir dans un environnement despotique contrairement aux deux autres régimes cités ci-dessus qui étaient sanctionnables par le suffrage universel ou des instruments de la démocratie. Il n’a de compte a rendre à personne d’autant plus que la police politique et les forces armées qui sont les géniteurs de ce régime usent d’appareillages répressifs contre ses opposants. » »( http://congo-liberty.com/?p=53). Sassou Nguesso a fait de la corruption,une pratique courante dans toutes les sphères de l’Etat congolais.« La corruption, le tribalisme font partie de ces nombreux maux qui minent, le continent africain,plus particulièrement le Congo dans la réussite vers la démocratie et le developpement » . »En 1969,Massambat Débat démissionne du pouvoir par coup d’état. La junte qui s’intalle Ngouabi Sassou Nguesso, Yombi Opango n’a qu’un objectif prendre une soit disant revanche: Garder le pouvoir et dominer une large partie du peuple « .La dite radicalisation dans l’armée et l’administration publique ont été menée d’une manière incroyable. Le président Ngouabi arrive enfin à mesurer le danger de la politique menée par lui avec sa clique Sassou Nguesso, Yombi Opango etc et cherche « un rapprochement avec le président Massamba-Débat au nom de l’unité nationale. » Sassou Nguesso, Yombi Opango et complices viennent à assassiner Ngouabi:" Mieux vaut perdre un nordiste que de Perdre le Pouvoir." Les Bakongo sont désignés entant que meurtriers de Ngouabi et soits disants ennemis qui menacent les institutions de la république», avec pour conséquence la séparation graduelle des relations, cohabitation entre nordistes et les habitant du Pool, du sud. Depuis pratiquement, juillet 1968, Sassou Nguesso tue,asssassine,sème la division au Congo Brazzaville par son ethnicisme ». « l’assassinat de Marien Ngouabi le 18 mars 1977, est un crime crapuleux. Qui aura également coûté leurs vies à des nombreux innocents qui ont eu le malheur de se trouver au mauvais endroit, au mauvais moment: l’ex-président Alphonse Massamba Débat, le cardinal Émile Biayenda, le capitaine Barthélemy Kikadidi et tant d’autres ont payé de leur vie par la rage folle sanguinaire de Sassou Nguesso » (http://www.dac-presse.com/actualites/a-la-une/politique/811-marien-ngouabi-les-petits-secrets-dun-odieux-assassinat.htm).la verite sur la mort de ngouabi(http://congo-liberty.com/?p=5805). Le 5 février 1979 Joachim Yhombi-Opango est déposé par Sassou Nguesso qui le laisse enfermer sans autre forme de procés à des années de prison.Sassou " qualifie son coup d'État de « riposte résolue de l'ensemble des forces de gauche de notre pays contre le courant droitier », visant à rompre avec « la politique d'irresponsabilité, de démission nationale, d'obscurantisme et d'aplatissement devant l'impérialisme des éléments de la bourgeoisie bureaucratique ». La guerre de tipoye provoquée le 10 mai 1997 à Owando par Sassou-Nguesso qui cause la mort de nombreuses personnes; dont les parents de Joachim Yhombi-Opango et le déplacement des milliers de personnes,vient quelques années plus tard confrontés les deux anciens comploteurs et assassis de Ngouabi. Quant à Pierre Anga; "le soit disant véritable homme qui avait tiré sur Marien Ngouabi et était le chef du « Commando formé par Sassou Nguesso, sera sauvagement massacré dans la foret d'Ikogono, près d'Owando, en 1988 avec toute sa famille et membres de son village entier par "des parachutistes envoyé par Sassou venus quadrillé cette région de la Cuvette". " Sassou Nguesso a un mal récurrent qui consiste à éliminer par empoisonnement ou physiquement toute personne, tous les proches, sans distinction de leur appartenance régionale qui osent faire des révélations ou qui connaissent les dossiers sensibles ou les affres commises par le grand "Kani". Les cas anciens et récents sont très nombreux: "En promettant de livrer aux juges français les informations qu'il détenait sur l'affaire des "disparus du Beach" de Brazzaville, Marcel Ntsourou a fait signé son arrêt de mort ou sa descente aux enfers.L’arrestation du colonel Ntsourou s’est faite dans un bain de sang ayant entraîné plusieurs morts parmi les jeunes dont il s’est servi comme bouclier humain au mépris des procédures de sécurité qui recommandent la reddition par la négociation avec des psychologues, des parents ou des amis. Le spectacle choquant des cadavres jonchant le sol de sa résidence témoigne de sa témérité dépressive.L'usage disproportionné de la force pour procéder à l'arrestation d'un groupe d'individus civils ou armés est une expression de la barbarie, une fois de plus, du pouvoir d'Oyo. L'assaut militaire à la résidence du Colonel Marcel Ntsourou s'est fait avec l'usage d'un armement lourd, grenades offensives, lance-roquettes, chars et hélicoptères de combat militaire."(http://www.dac-presse.com/actualites/a-la-une/politique/1479-2014-01-04-13-51-57.html). Revenu au pouvoir en 1997 après un horrible coup d’état sanglant qui a couté la vie des nombreuses personnes, fait des destructions matérielles incroyables, causé un traumatisme au sein de la population, Sassou Nguesso ne s’est attelé à ses crimes contre l’humanité. Il est venu torpiller les acquis de la Conférence Nationale Souveraine (CNS) de 1991. Il est venu semer la terreur, initier des guerres, massacres, génocides et diviser les congolais. Les genocides des quartiers du sud de Brazzville, des régions du Pool,des disparus du Beach, des massacrés des exploision de Mpila, des massacrés au domicile de Ntsourou sont là pour le prouver. Sassou Nguesso est le créateur et l'homme qui arme, finance de la milice Ntoumi. Des informations de bonnes sources attestent aussi qu’ il est celui qui tirait les ficelles pendant les conflits de1993. Et il est celui qui avait initié et financé,armé la milice de Koléla. Sassou Nguesso, ses enfants, cousins, famille et clan sont venus s’enrichir d’une manière astronomique, scandaleuse. Ils sont venus s’acharner au détournement des recettes pétrolière et des autres matières premières ainsi que des taxes douanières pour satisfaire les besoins et plaisirs personnels. Le peuple est en tout cela laissé pour compte. On meurt au Congo de faim,de la malnutuction,des maladies dues souvent par manque d’hygiène et soins. Sassou Nguesso, ses enfants, cousins, clique volent systèmatiquemen, l'état congolais.Ils sont venus appauvrir d’une manière incroyable le peuple congolais.Les crimes économiques ainsi que les crimes de sang sont des crimes contre l’humanité. Les enquêteurs la justice française chargés du dossier des "Biens mal acquis par exemple,, vont dans une note de juin 2013,une simple révélation que " depuis 2007, plus de 60 millions ont été transférés par la DGT sur des comptes bancaires détenus par des sociétés planquées dans des paradis fiscaux, dont les bénéficiaires sont des membres ou des proches du clan Sassou. Entre 2005 et 2011, le Président lui-même a dépensé pour des chemises et costumes sur-mesure 1,18 million d’euros. Des sommes payées via des virements depuis des comptes en Suisse. Sur la même période, Denis Christel Sassou-Nguesso; le soit disant fils du président né et grandit en république du Congo démocratique, d'une mère de ce pays, a investi 473 796 euros dans son accoutrement. «Il change de chemises trois ou quatre fois par jour, et se vante de ne jamais les laver et de les utiliser comme des Kleenex»(http://www.liberation.fr/societe/2013/12/15/biens-mal-acquis-au-tour-du-congo_966787 ). Comment peut on encore tolérer que de tels individus dont le crime et les détournements sont les seuls motivations,restent encore des dirigeants d'un pays? Pour un pays producteur du pétrole et pourvu de nombreuses matiéres premières, le developpement économique du Congo dont les villes comptent parmi les villes les plus sales du monde, laisse à désirer. Sassou Nguesso et sa cliques sont des cancres qui empêchent le peuple le peuple d’avoir droit à l’emploi, l’eau potable, à l’électricité, aux soins de santé, aux services d’éducation, au transport, à l’autosuffisance alimentaire. (http://www.congo-internet.com/pdf/congo_vu_par_thiery_hayes.pdf )Sassou Nguesso « s’est arrogé tous les pouvoirs : il est à la fois chef de l’exécutif (il n’existe ni de vice-président ni de premier ministre), le chef du parlement (il n’est responsable ni devant l’Assemblée nationale ni devant le Sénat), et le chef du système judiciaire (le procès bâclé des 353 du Beach en est une illustration, tout comme les enquêtes dans le cadre des explosions du 4 mars 2012). Il fait montre d’un grand savoir-faire en matière de manipulation. » comme l’a dit l’opposant Paulin. En effet,Sassou n'a pas tardé à désigner Ntsourou comme responsable des explosions de Mpila, de la série d’explosions dans le dépôt d’armes de Mpila et qui ont met à nue la défaillance du systéme de secours, de sécurité, d' intervention au Congo. En tout cas,le manque total d'ambulances,de véhicules de secours, le désordre des services de pompiers, de la la police, le sous équipement des centres hospitaliers et l'incompétence du gouvernement, du chef de l'état ont été notoires un vrai deshonneur pour le Congo.Sassou Nguesso et sa clique qui achètent toute sorte d'armes de destruction massive pour rotéger leur pouvoir, ont pourtant été prompts pour "désigner un bouc émissaire sur mesure. Ce qui est une marque de fabrique de Monsieur Sassou NGUESSO qui a toujours brillé dans les démarches trop faciles, beaucoup plus faciles que de rechercher les vraies causes des explosions proclamées en réalité par eux mêmes. Sassou et "les personnes qui ont accusé Ntsourou, sont les mêmes qui, il y a trois décennies, ont conduit à la mort gratuite plusieurs de nos compatriotes innocents après un simulacre de procès qui a suivi la mort du président Marien NGOUABI.(http://www.zenga-mambu.com/fiche.php?id=3054). "Au cours de son Message devant son parlement réuni en congrès, le 12 août 2014 à Brazzaville, le chef de l’Etat du Nord Congo, Denis Sassou N’Guesso reconnaît ses crimes de génocide contre les « autres ». Certes Sassou Nguesso est un très grand tribaliste et n'aime pas réellement les sudistes, très particulièrement les Bacongo-Laris, le plan Mouebara parmi tant d'autres action l'atteste, mais une chose qui est aussi évidente et cet ce que certains compatriotes, ressortissants du nord en géneral ont tendance à vouloir méconnaitre, Sassou Nguesso et entourages immédiat sont des gens trop irrésponsables et trop dangereux pour les laisser de continuer à diriger la république du Congo. Pour le bien de tous, il est impératif de les écarter dès maintenat car sont capables à emporter tout le mone. Sassou Nguesso ne recule devant rien pour défendre ses privilèges, ses intérêts particuliers, sa petite famille et les gens de son cercle restraint. Le peuple congolais du nord ou du sud ne comptent en réalité pas et s'il faut le sacrifier, il est sans état d'âme prèts à le faire. Le cas des explosions de Mpila et parmi tant d'autres dejà cites peuvent bien le démontrer. Le médiateur international autoproclamé dans les crises de la région; la crise en République centrafricaine est un satan qui n'a pas encore fini de faire souffrir, délaisser son peuple et de le sacrifier à un point, qu’un autre dictateur de monde moderne ne l’a jamais fait. Sassou Nguesso est un fou en mal de gloire, de pouvoir qui se met à distribuer l’argent des congolais à chaque coin du monde. Il cherche à corrompre le monde entier pour s’éterniser au pouvoir. Il n’ y a plus aucune raison que le criminel, génocidaire Denis Sassou-Nguesso et sa clique restent encore à la tête de l’Etat du Congo. Mettons-nous debout dès maintenant. Unissons-nous contre le système repressif à corruption. Comme le dit. le Colonel grégoire L. OKHANZÂ, aucune dictature au monde n’a mis indéfiniment un peuple à genoux. Mobilsons nous maintenant pour chasser Sassou Nguesso et toute sa clique et c’est la seule alternative. Il faut que l'impunité cesse.""Les critères d'admission des dirigeants à la tête du Congo sont certaines vertus civiques telles l’honnêteté, le respect des lois, la sobriété, la loyauté, l’effort dans le travail ". Les hommes politiques qui ont déjà brillé par les qualités qui abaissent, telles, la haine, l’orgueil, l’intolérance, corruption, enrichissement illicite,crimes de sang, doivent être interdites à la tête des institutions de la république et de tous les secteurs d'activités publiques"

7.Posté par duhamel baniafouna le 11/04/2015 12:12 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
non au dialogue, au referendum, au changement, et a la modification de constitution au congo brazzaville sassou veut briguer un troisieme mandat pour mourir au pouvoir le peuple congolais de ce tyran mobilisons nous peuple congolais

Nouveau commentaire :

Publions des commentaires constructifs pour avancer

Politique