Connectez-vous S'inscrire



 

 

 





Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Décès à Paris du poète Jean-Baptiste Tati Loutard


Par SDC, Starducongo | Lundi 6 Juillet 2009 | Lu 2611 fois



Décès à Paris du poète Jean-Baptiste Tati Loutard
L’écrivain congolais, par ailleurs ministre des Hydrocarbures du Congo, Jean-Baptiste Tati Loutard, 70 ans, est décédé samedi à l'Hôpital américain de Paris, selon un communiqué du gouvernement diffusé dimanche.

Jean-Baptiste Tati Loutard est un écrivain et homme politique congolais, né le 15 décembre 1938 à Ngoyo dans la commune de Pointe-Noire et décédé le 4 juillet 2009 à Paris. Considéré comme l’une des voix majeures de l’Afrique francophone, il a publié une dizaine de recueils de poésie et obtenu divers prix.

Le poète

Son activité poétique, déployée sur une trentaine d’années, a donné forme à une réflexion profonde sur l’art et la vie, la nécessaire réconciliation des contraires, la facticité de l’existence et le douloureux passage du temps.
Éminemment lyrique, la poésie loutardienne convoque les éléments de la nature dans un double mouvement contemplatif et réflexif. Parmi les éléments, la mer occupe une place privilégiée, aux côtés de l’élément féminin, abondamment célébré. La petite somme philosophique que constituent les maximes de La Vie poétique trouve des prolongements épars dans l’œuvre en prose.

Biographie

Après des études de baccalauréat au lycée Chaminade, à Brazzaville, Jean-Baptiste Tati-Loutard amorce une première carrière de professeur. De 1961 à 1966, il fait des études de lettres en France (Bordeaux), obtient une licence de lettres modernes (en 1963) et d'italien (en 1964), puis enseigne la littérature et la poésie au Centre d´études supérieures de Brazzaville.

Devenu leader du mouvement culturel congolais, Tati-Loutard occupe divers postes de gestion supérieure, notamment directeur de l’Ecole supérieure des lettres, directeur du Centre d’enseignement supérieur de Brazzaville, puis doyen de l'Université des sciences humaines. A partir de 1975, il conjugue la vie littéraire et la vie politique et devient tour à tour ministre de l’Enseignement supérieur, de la Culture, des arts et du Tourisme. Après être retourné à l’enseignement pendant quelques années, il devient ministre des Hydrocarbures en 1997.

Tant dans sa vie d’écrivain et d’homme politique, Jean-Baptiste Tati Loutard travaille à fournir des réponses africaines aux défis de la condition humaine.

Bibliographie

Poésie

* 1968 - Poèmes de la Mer, Yaoundé, CLE
* 1968 - Les Racines congolaises, Paris, Pierre-Jean Oswald
* 1970 - L’Envers du Soleil, Paris, PJO
* 1974 - Les Normes du Temps, Lubumbashi, Mont noir
* 1977 - Les Feux de la Planète, Dakar, NEA
* 1982 - Le Dialogue des Plateaux, Paris, Présence africaine
* 1985 - La Tradition du Songe, Paris, Présence Africaine
* 1992 - Le Serpent austral, Paris, Présence Africaine
* 1996 - L’Ordre des Phénomènes, Paris, Présence Africaine
* 1998 - Le Palmier-lyre, Paris, Présence Africaine
* 2007 - Oeuvres poétiques, Présence Africaine

Autres écrits

* 1976 - Anthologie de la littérature congolaise, Paris, C.L.É.
* 1977 - Les Feux de la planète, Nouvelles Editions Africaines
* 1980 - Nouvelles chroniques Congolaises, Paris, Présence Africaine
* 1987 - Le Récit de la mort, Paris, Présence Africaine
* 1998 - Fantasmagories, Paris, Présence Africaine
* 2003 - Nouvelle Anthologie de la littérature congolaise, Paris, coll. « Monde noir », Hatier International

Bibliographie critique

* Nkashama, Pius Ngandu. Enseigner les littératures africaines. Collections études africaines 1 (2000).
* Planque, Joël. Jean-Baptiste Tati-Loutard, Paris Éditions Moreux, coll. Archipels littéraires, 2001, 189 p.
* Thompson, Peter S. « Negritude and a New Africa. » Research in African Literatures 33.4 (hiver 1992) : 58-61.
* Wylie, Hal. « World Literature in Review: Congan. » World Literature Today. 66.1 (hiver 1992) : 35 37.

Prix et distinctions

* 1999 - Prix Tchicaya U’Tamsi, pour l'ensemble de son oeuvre poétique
* 1992 - Médaille de Vermeil du rayonnement de la langue française, Académie française, pour l'ensemble de l'oeuvre et sa contributiion au rayonnement de la langue française
* 1989 - Palmes violettes, pour sa carrière d'enseignant
* 1987 - Prix pour la poésie Toute l'Afrique Okigbo, pour La Tradition du Songe
* 1987 - Grand Prix littéraire de l'Afrique Noire, pour Le Récit de la Mort
* 1982 - Prix des Lettres Africaines Alioune Diop, pour Nouvelles Chroniques Congolaises
* [1982] - Prix Simba, pour l'ensemble de son oeuvre


* Médaille d'officier des Arts et Lettres de la République française
* Membre de l'Académie mondiale de poésie
* Membre du Haut-Conseil de la Francophonie

Source (biographie): Wikipedia.org

Lu 2611 fois


Vos commentaires:

1.Posté par Bintou Aminata le 06/07/2009 15:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Article idiot. Donc il est mort comme ça! On annonce le décès en 5-6 mots puis, sans la moindre indication ne serait-ce que sur la maladie, la cause du décès..., on passe directement sur la biographie et sur presque deux pages, -biographie que beaucoup de gens connaissent- et qui n´est pas l´essentiel aujourd´hui. Alors que l´intelligentsia congolaise et africaine est en deuil avec cette grande perte ce genre d´article sans professioinalisme est pour le moins décevant, d´autant plus que les radios, la TV, les autres journaux développent le sujet. Apprenez à informer correctement les gens, si tel est votre métier.

2.Posté par Kam Martin le Webmaster du site le 06/07/2009 16:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Voici un article de Brazzaville-adiac qui devait vous éclairer:

Le Congo en deuil - Le grand poète Jean-Baptiste Tati-Loutard est mort samedi à Paris (publié par Brazzaville-adiac)

Le plus grand poète congolais vivant, par ailleurs ministre d'Etat, ministre des Hydrocarbures, est décédé samedi après-midi à l'Hôpital américain de Paris, en France, où il était hospitalisé depuis plusieurs semaines.

Agé de soixante-dix ans Jean-baptiste Tati-Loutard était un homme de grande culture. Auteur de nombreux poèmes il était reconnu dans le monde des lettres, au Congo et partout dans le monde, comme une personnalité littéraire de premier plan.

Invité récemment des « Rencontres littéraires » organisées par Télé-Congo et Les Dépêches de Brazzaville il avait longuement évoqué son parcours littéraire et politique. Proche du chef de l'Etat, Denis Sassou N'Guesso, auquel le liait une longue et fidèle amitié, il ne manquait jamais une occasion de rappeler que la fidélité est une vertu fondamentale dans le monde des hommes.

Les Dépêches de Brazzaville s'inclinent respectueusement devant la mémoire de ce grand poète qui mit toute son intelligence et sa sensibilité au service de son pays.


3.Posté par Kam Martin le Webmaster du site le 06/07/2009 16:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Voici M./Mme Bintou Aminata le second article de notre confrère Afriquecentrale qui vous aidera certainement:

Décès de Jean-Baptiste Tati Loutard

Le ministre des Hydrocarbures du Congo, Jean-Baptiste Tati Loutard, 70 ans, est décédé samedi à Paris, des suites d'une maladie non précisée, selon un communiqué du gouvernement diffusé dimanche. "Le gouvernement de la République a la profonde douleur d'annoncer au peuple congolais le décès de son excellence Jean-Baptiste Tati Loutard, ministre d'Etat, ministre des Hydrocarbures, décès survenu ce samedi à Paris", a déclaré sur le porte-parole du gouvernement par intérim, Hellot Mampouya Matson, dans un communiqué lu sur les médias publics.

"La disparition tragique de ce grand homme qui, sa vie durant, a servi sa nation avec abnégation, est une grande perte" pour le Congo, a ajouté M. Mampouya Matson, également ministre de la Recherche scientifique et de l'Innovation technique.

Le communiqué gouvernemental ne fournit aucune précision.

Un responsable officiel a simplement indiqué que M. Tati Loutard avait été évacué il y a trois semaines à Paris pour être admis à l'hôpital, ne souhaitant pas s'exprimer sur la nature de sa maladie.

Homme de lettres, M. Tati Loutard était enseignant de littérature à l'Université Marien Ngouabi de Brazzaville.

Il a été plusieurs fois ministre dans les années 1980 et 1990 et dirigeait le ministère des Hydrocarbures depuis dix ans.

Originaire de la région pétrolifère du Kouilou (sud), il avait fondé le Mouvement pour l'action et le renouveau (MAR), proche de la majorité, qui compte quelques élus à l'Assemblée nationale.

Publié le 5 juillet 2009.

4.Posté par Kam Martin le Webmaster du site le 06/07/2009 17:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Enfin M./Mme Bintou,

Nous n'avons pas la prétention de maîtriser la langue de Molière. Par contre, nous ne comprenons nullement vos propos injurieux. Donner une information en quatre lignes voire moins est une pratique courante dans ce métier (voir AFP, AP et autres agences de presse).

On ne va pas recommencer à livrer des informations qui nous ont déjà valu des blâmes et reproches (notamment sur Bongo, Edith etc).

Pourquoi voulez-vous qu'on invente les raisons du décès de ce grand poète, si le gouvernement -mieux placé pour le faire n'en parle pas?

Voulez-vous polémiquer sur le décès d'un compatriote? Les seules informations crédibles sont celles que nous avons publier ci-dessous; Et ce, à titre de rappel.
Maintenant si vous avez des informations plus explicites, nous restons à votre disposition. Inutile d'injurier des gens qui prennent un peu de leur temps pour informer leurs compatriotes.
Que cherchez-vous? Lorsqu'on vous donne des infos que nous disposons vous criez à la diffamation, quand on ne le fait pas, ce sont des injures.
Arrêtez M/Mme! si vous avez un problème particulier avec notre site, alors on vous écoute. mais arrêter d'injurier les gens.
Et pour votre information, un "parent "du défunt figure parmi les webmaster de ce site. Un peu de respect. Ce n'est pas un site politique. Et vous n'êtes pas obligé de lire ce site. 2000 visiteurs par jour -1 ce n'est pas la fin du monde.

Kambissi Martin.

5.Posté par Mao Brice Bassouka le 06/07/2009 20:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Sans vouloir m'immiscer dans cette discussion que je trouve un peu stupide, voici un article sur l'illustre disparu publié chez vos collègues de congoplus. A vous les webmaster du site, je vous suggère de ne pas répondre à tous les commentaires quand bien même ils vous touchent personnellement. Il n’est pas utile de vous rappeler que vous vous adressez en premier à des lecteurs congolais dont on connaît le goût pour la provocation !!!! faites votre travail et trouvez-nous les causes du décès de ce grand poète.Tout en espérant que ce site ne se transformera pas en un lieu de conflits stériles, comme c'est souvent le cas ailleurs, je souhaite mes condoléances à la famille du défunt dont l'œuvre demeure immense.M2B, l'HommeDécès de l’écrivain et homme politique congolais Jean Baptiste Tati Loutard Lundi, 06 Juillet 2009 15:07 .APA-Brazzaville (Congo) L’écrivain et homme politique congolais Jean Baptiste Tati Loutard est décédé samedi dernier à Paris (France) à l’âge de 71 ans, a annoncé le gouvernement congolais, dans un communiqué publié, lundi à Brazzaville.Tati Loutard avait été évacué en France quelques jours auparavant à la suite d’une crise d’hypertension.Né en 1938 à Ngoyo, dans la commune de Pointe-Noire, la capitale économique située dans le département du Kouilou (sud), Jean Baptiste Tati Loutard a fait ses études primaires à l’école Marianiste à Pointe-Noire et ses études secondaires au lycée Chaminade à Brazzaville.Il part ensuite pour la France et ne rentrera au pays qu’après de longues études de lettres. Au début des années 1970, il commence par enseigner la littérature à l’université de Brazzaville.En 1975, il est appelé au gouvernement pour occuper les fonctions de ministre de l’enseignement supérieur. Il est ensuite nommé ministre de la culture puis ministre des sports. Nommé ministre des hydrocarbures en 1977, il occupera ce poste jusqu’à sa mort le 4 juillet 2009 à Paris (France).Tati Loutard a toujours su concilier ses activités politiques avec celles de poète, nouvelliste et romancier. Il était le président du Mouvement pour l’action et le renouveau (MAR), un parti de la majorité présidentielle, crée à la faveur du vent de la démocratie qui a soufflé au Congo en 1991.Sur le plan littéraire, il laisse des recueils de poésies : « Poèmes de Mer », « Les racines congolaises », l’Envers du soleil (1970), les Normes de Temps. En 1976, il écrit l’Anthologie de la littérature congolaise suivi un an plus tard de « Feux des planètes » (1977).Jean Baptiste Tati Loutard est détenteur de plusieurs prix dont le prix Tchicaya U’Tamsi, qui lui a été décerné en 1999 pour l’ensemble de son oeuvre poétique.LCM/lmm APA 06-07-2009

6.Posté par PRINCE-OSSOUABA le 07/07/2009 10:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
une grande tristesse de ma part pour avoir a appris le decces d'un grand comme tati loutard
c'est le monde litteraire et politique qui est en deuil, cet homme qui a fait la fierte de la litterature congolaise laisse l'image d'un homme integre et non conflictuel.
sa sagesse et son l'intelligence doivent etre l'heritage qu'il a legue aux congolais.
en affirmant lui meme je cite{ la fidelite est une vertu fondamentale dans le monde des hommes.
a dieu le poete

7.Posté par Bintou Aminata le 07/07/2009 22:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Merci chers amis de ces quelques clartés. Et excusez-moi de l´écart de langage. Je voulais juste savoir, car dans mon pays (le Mali) la nouvelle a touché de nombreux lecteurs de Monsieur Taty Loutard, qui n´ont pas compris pourquoi, et comment.... C´est une très mauvaise nouvelle. Je n´ ai lu moi-même que quelques extraits de ses poèmes, qui du reste m´ont beaucoup plu et j´ai été bien surprise et très peinée par cette disparion inattendue pour tout notre continent. Une fois de plus, excusez-moi pour mes propos offensants. Que Dieu/Allah, toujours miséricordieux, pardonne et bénisse l´illustre disparu.

Nouveau commentaire :
Twitter

Publions des commentaires constructifs pour avancer

Dans la même rubrique :
< >

Football | Actualités | Beauté et Mode | RD Congo | Handball | Gouvernement | Les arts | Arts martiaux | Monde | High Tech | Indiscretions | Basket-ball | Sports | Athlétisme | Portraits | Autres Sports | Interviews | Tennis | Afrique | Interviews Sports | Maghreb | Dans les bacs | Festivals | Rétrospective | Paroles de chansons | Livres | Nouveaute | Cuisine congolaise | Vitrine | Ambassades | Organisations Int. | Sante | A l'Affiche | Dans la presse | Polémique | Live | Concert | Société | Zoom | Anecdotes



RADIO STARDUCONGO









Galerie