Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Delavallet Bidiefono et la Compagnie Baninga présentent ce mardi 23 avril 2013 à l’IFC (ex-ccf) un spectacle de danse intitulé « Au-delà « work in progress ».


Par | Mardi 23 Avril 2013 | Lu 268 fois | 0 Commentaire



Delavallet Bidiefono et la Compagnie Baninga présentent ce mardi 23 avril 2013 à l’IFC (ex-ccf) un  spectacle de danse intitulé «  Au-delà « work in progress ».
Amorcé en 2011 à la 7ème édition du festival Mantsina sur scène, ce chantier (work in progress) met en avant la proximité et le caractère permanent de « l’au-delà » dans le quotidien des brazzavillois. C’est en quelque sorte la mise en scène du rapport particulier qu’entretient le chorégraphe avec la mort.
Après Empruntes en 2009, Hamlet en 2010, 33 Tours et Où vers ? en 2011, la troupe revient à l’IFC, pour une danse contemporaine aux influences métissées d’Afrique, d’Europe et d’Amérique. La place accordée à la musique, le jeu des danseurs et la gestion de l’espace scénique laissent transparaître l’intérêt que DeLaVallet porte à la théâtralité de ses chorégraphies.

Né à Pointe-Noire, Congo, au début des années 80, DeLaVallet Bidiefono est aujourd’hui une figure de la danse contemporaine au Congo, et plus généralement sur le continent africain.

Rien ne prédestinait DeLaVallet à la danse, si ce n’est qu’il est né dans un pays où danser est un acquis de naissance, et qu’il a cette ténacité hors norme qui fait de lui un acharné au travail, un aventurier du mouvement, un chercheur.

DeLaVallet est né dans un quartier où le mot "art contemporain" n’existe pas. C’est à 15 ans qu’il entend ce mot pour la première fois.
En 2001, il s’installe à Brazzaville et entame sa carrière de danseur en participant notamment aux Ateliers de Recherches Chorégraphiques, organisés par le Centre Culturel Français de Brazzaville. Il y travaille avec de nombreux danseurs et chorégraphes et nourrit son travail des influences métissées d’Afrique, d’Europe et d’Amérique.
En décembre 2005, DeLaVallet Bidiefono fonde, la Compagnie Baninga pour laquelle il signe sa première pièce Liberté d’Expression en juillet de la même année, suivie par Pollution (octobre 2006) puis Ndjila na Ndjila - D’une route à l’autre (septembre 2007).

La compagnie s’impose peu à peu dans le paysage chorégraphique congolais. En décembre 2006, DeLaVallet participe au stage organisé au Centre de Développement Chorégraphique de La Termitière à Ouagadougou où il fait la connaissance de Salia Sanou. Lors de ces différents séjours à Brazzaville, Salia Sanou apportera son regard et ses conseils artistiques sur Pollution et plus tard sur N’Djila na N’Djila – d’une route à l’autre.

En mai 2008, la compagnie obtient le 2nd prix du concours Danse l'Afrique Danse des 7ième Rencontres Chorégraphiques de l'Afrique et de l'Océan Indien, organisé par CulturesFrance et Ness El Fen, à Tunis. N’Djila na N’Djila – d’une route à l’autre part alors en tournée sur les scènes des centres nationaux de danse et des festivals de France et d’Europe, notamment le festival Montpellier Danse et les rencontres de La Villette.

Source/ http://www.baninga.org/
Lu 268 fois


Nouveau commentaire :

Publions des commentaires constructifs pour avancer

RD Congo | Actualités | Football | Beauté et Mode | RD Sport | RD Economie | Handball | RD Société | Les arts | Gouvernement | RD Album | Arts martiaux | Monde | High Tech | Basket-ball | Indiscretions | Athlétisme | Sports | Portraits | Autres Sports | Interviews | Tennis | Afrique | Interviews Sports | Maghreb | Dans les bacs | Festivals | Rétrospective | Paroles de chansons | Livres | Divertissement | Cuisine congolaise | Vitrine | Ambassades | Actualité RDC | Sante | Economie | RD Politique | RD Tribune | Ils ont dit | Polémique | Live | Concert | Société | Zoom | Anecdotes