Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Demande de libération des détenus politiques


Par ACI | Dimanche 7 Février 2016 | Lu 542 fois | 0 Commentaire

L’Avocat défenseur des intérêts des leaders et cadres de l’opposition, Me Yvon Eric Ibouanga, a démontré le 3 février à Brazzaville, que les dossiers de Paulin Makaya et autres étaient vides et nécessitent leur libération ou une mise en liberté provisoire, en attendant le procès.



L'opposant Paulin Makaya
L'opposant Paulin Makaya
En effet, au cours d’une conférence de presse, Me Ibouanga, a livré aux médias le niveau d’évolution des dossiers des détenus politiques suite à la marche pacifique du 20 octobre 2015, tout en dénonçant «l’arbitraire des procédures sans fondements juridiques, avec des arrestations et détentions illégales des opposants Paulin Makaya, Ngoya Kessi, Mboussa Guy Rodrigue, Kiakouama, Mantsouémé et autres».
S
elon la défense, «les chefs d’accusation contre les opposants détenus, à savoir poursuite pour incitation à l’atteinte à l’ordre, la détention illégale d’armes et munitions de guerre, ainsi que la destruction des édifices publics n’ont apporté aucune preuve tangible pour établir les faits qui leur sont reprochés. Car, ils ont exercé un droit constitutionnel reconnu».

L’instruction du dossier Paulin Makaya, président du parti «Unis pour le Congo» (UPC), est close. Aussi, aucune charge n’a été retenue contre lui et autres cadres de l’opposition congolaise détenus. A ce titre, si toutes les actions judicaires menées, à savoir les détentions préventives et gardes à vue sont en violation avec la loi en vigueur dans le pays, la défense demande la liberté conditionnelle de ces justiciables spéciaux qui sont des personnages publics, a insisté l’Avocat défenseur.

De même, Me Ibouanga a déploré la procédure d’exécution des ordonnances de mise en liberté provisoire rendues par le juge d’instruction pour les détenus Inko, Kissita, Mboussa et Kidzié de la CADD du président André Okombi-Salissa. Car à ce jour l’ordre de libération du Parquet n’a pas encore été obtenu par l’instruction, même avec les ordres de sortie du 5ème Cabinet.
Lu 542 fois


Nouveau commentaire :

Publions des commentaires constructifs pour avancer

Politique