Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Dernier album de Koffi : «13ème Apôtre» confirmé pour le 13 octobre à 13h13’ !


Par Laprosperiteonline.net | Samedi 26 Septembre 2015 | Lu 3201 fois | 2 Commentaires

Trois excellents featuring avec trois grands chanteurs congolais. Une vingtaine des chansons. Deux génériques percutants. Voilà la sauce qui constitue «13ème Apôtre», le prochain repas de celui qu’on appelle le réparateur des cœurs brisés. Mieux connu sous le nom de Koffi Olomidé, de son vrai nom Antoine MUMBA AGBEPA, cet artiste aux mélodies à succès confirme que sa cuisine est presque prête pour être consommée.



Le menu sera servi à partir du 13 octobre à 13h13’ dans toutes les maisons d’éditions de ventes de CD à Kinshasa et Paris.

« 13ème Apôtre » est un disque produit par lui-même le chanteur sous son label «Koffi Central». Pourquoi, ce mystère sur le choix de la date et du chiffre 13, l’artiste a promu de préciser les choses prochainement au cours d’une interview qu’il va accorder au quotidien kinois La Prospérité. En attendant, Koffi Olomidé convie ses fanatiques à contempler les merveilles design de l’affiche qui annonce déjà les couleurs du 20ème et dernier opus de sa fructueuse carrière musicale.

A l’instar de musiciens de son orchestre Quartier Latin, la nouvelle aubade a connu la participation de trois géants de la scène musicale en RDC. Il s’agit de l’incontestable Ferré Gola qui est intervenu avec sa superbe voix dans la chanson ‘‘Cobetox’’. Un véritable vocal entre le patron et son ancien compère. L’autre grand nom de la musique congolaise qui s’est aussi signalé dans ce nouveau, s’appelle Evoloko Joker Atshwamo. Réputé porte-étendard de la génération Langa Langa, il a apporté du tonus dans un tube intitulé « Muana». Sans nul doute, l’intervention de Lay Lay est venue réaliser le rêve de Koffi Olomidé qui avait toujours souhaité chanter un jour avec celui qu’il considère non seulement comme son idole mais aussi le meilleur chanteur de la 3ème génération des musiciens congolais. Parmi les invités du «13ème Apôtre», il y a également la coqueluche du moment, Fabragas Métis Noir. L’homme de la célèbre danse «Ya Mado» a aussi apporté sa touche jeune dans une des chansons qui ne manquera pas de faire plaisir aux yéyés.

Pour son dernier album de sa carrière, Koffi a donné aussi l’occasion à sa protégée Cindy le Cœur d’y placer une chanson.

‘‘13ème Apôtre’’ s’annonce fracassant !

Le dernier album de Mopao Mokonzi renferme une dimension et valeur artistique de taille. Il est constitué de tube tels que «La Patronne », « Bonanza », « Monde ya love », « Chérie ya moto », « Symposium », « Koffi Conforme » et autres. L’auteur rassure que la qualité sera comme d’habitude, au rendez-vous. A la fois, romantique et érotique, le disque est riche en textes et mélodies séduisants. Certains fans ont déjà eu à gouter à une brochette bien épicée de quelques titres contenus dans ce nouveau récital, notamment « MUTSHIRIBARA ».

Jordache Diala
Lu 3201 fois


Vos commentaires:

1.Posté par MOLANGI'A PEMBE le 30/09/2015 20:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Que musiciens et chroniqueurs musicaux arrêtent donc de nous bassiner le tympan avec leurs fameuses formules d'un français totalement galvaudé. La définition de la musique en terme de "génération" n'existe pas, comme on peut lire et entendre ici et là en République Démocratique du Congo voici un bon laps de temps déjà. La musique se définit en terme d'école, de style, voire de tendance. Musique de première, deuxième, troisième, et je ne sais quantième génération n'existe pas. Il s'agit d'un barbarisme, que les lexicologues de la langue française qualifieraient de "congolisme". Et que je sache, l'école Zaïko est la dernière née (1973 "Eluzam" ) la troisième école de la musique congolaise en date, après l'école African-Jazz, dont Nico et Rochereau n'ont constitué qu'un style, le style "Fiesta" (en référence à l'African-Fiesta") et l'école OK-Jazz. Il n'en est apparue aucune autre à cette date. Wengué Musica, Quartier Latin et leurs excroissances appartiennent à l'école Zaïko, et on devrait s'en tenir là, n'en déplaise à qui voudra. C'est dans ce même esprit que le mot mélopée a été également galvaudé en RDC, tentant à se vulgariser de plus en plus. Mélopée n'est pas synonyme de chanson. Le Larousse de la langue française définit une mélopée comme , je cite: "chant, mélodie, musique ASSEZ MONOTONE ET TRISTE" fin de citation. "Kashama Nkoyi" de Rochereau, "Badibambé" du griot Kapia, "Mwana ntsuka" dont j'oublie l'auteur, par exemple, sont des exemples type de mélopée. "Liputa" de Fally Ipupa, n'est pas une mélopée. Est-ce bien compris? Totika koniokola monoko ya bato soki toyébi yango té, koléka soki tokata bik".
A bon entendeur salut!

2.Posté par MOLANGI'A PEMBE le 30/09/2015 20:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
En chantant dans l'OK-Jazz, à quelle génération Carlito ou Malaje appartenait-il donc? Et Bébé Riko",à quelle génération appartient-il par rapport à Fabrégas ou Héritier, dans la sphère de la musique congolaise? Ridicule, la classification en générations, en musique!

Nouveau commentaire :

Publions des commentaires constructifs pour avancer


Dans la même rubrique :
< >

RD Congo | Actualités | Football | Beauté et Mode | RD Sport | RD Economie | Handball | RD Société | Les arts | Gouvernement | RD Album | Arts martiaux | Monde | High Tech | Basket-ball | Indiscretions | Athlétisme | Sports | Portraits | Autres Sports | Interviews | Tennis | Afrique | Interviews Sports | Maghreb | Dans les bacs | Festivals | Rétrospective | Paroles de chansons | Livres | Divertissement | Cuisine congolaise | Vitrine | Ambassades | Actualité RDC | Sante | Economie | RD Politique | RD Tribune | Ils ont dit | Polémique | Live | Concert | Société | Zoom | Anecdotes