Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Disparitions de sportifs en série aux Jeux de la Francophonie


Par France24.com | Jeudi 12 Septembre 2013 | Lu 1530 fois | 5 Commentaires



Vingt-six sportifs et athlètes africains ont disparu à Nice à l’occasion de la 7e édition des Jeux de la Francophonie. Treize sportifs congolais, sept artistes djiboutiens et six Ivoiriens et Ivoiriennes sont dans la nature.

Les jours se suivent et se ressemblent à Nice où l'on compte plus les athlètes africains disparus que les médailles aux 7e Jeux de la Francophonie. Après la RDC, c’est au tour de la Côte d’Ivoire de tristement se signaler avec la disparation de six membres de la délégation.

Après la fuite d’un danseur de hip-hop, vendredi, de deux lutteurs Kouadio Brou Arnaud (-74kg) et Aladji Abass (-64kg) lundi soir après leur pesée, ce sont trois basketteuses ivoiriennes qui ont disparu mercredi matin.

"Cela a été très difficile de constater au réveil qu’il nous manquait trois joueuses importantes dans notre équipe, trois "soeurs". Elles nous ont lâchés, a déploré la jeune Salimata Berté (24 ans) au micro de FRANCE 24. Ce n’est vraiment pas facile. On était dans la déprime."

D’autant plus que parmi les trois joueuses disparues figurait la capitaine Assetou Kolga, championne de Côte d’Ivoire avec le Club Sportif Abidjanais, qui préparait également le prochain AfroBasket organisé à Madagascar. "Je ne comprends pas, sincèrement je ne comprends pas…", a continué Salimata Berté. Une incompréhension partagée par la meilleure marqueuse ivoirienne Kani Kouyaté, coéquipière d’Assetou Kolga à Abidjan. "Le ministre des Sports a clairement indiqué que nous étions venus ensemble et qu’il fallait revenir ensemble. C’est vraiment dommage. Ça m’attriste, mais c’est leur choix."

Treize athlètes de RDC dans la nature

Ces 7e Jeux de la Francophonie avaient déjà commencé par la disparition massive d’athlètes congolais. Treize d’entre-eux ont disparu dans la nature : les footballeurs Enoch Ekangamene, Vivien Mayele, Bukasa Bakangila, les cyclistes Salomon Kongolo Mpunga et Enoch Manzambi Kalunga, la sprinteuse Julie Kasongo Pitali et enfin toute l’équipe féminine de basket-ball.

"On a tendu un piège à nos athlètes, a assuré sur RFI Barthélémy Okito, chef de la délégation de la RDC. On leur a fait miroiter des histoires, des bobards."

"Personne ne peut te donner des idées de fuite, a nuancé de son côté la basketteusse Salimata Berté. Elles ont dû planifier ça dès le départ."

L’entraîneur de l’équipe de football, Baudouin Lofombo, a fait part de son incompréhension : "En restant en France, qu’est-ce qu’ils [les sportifs en fuite, NDLR] vont faire ? Ils vont être sans-papiers, ils vont devenir des poubelliers. Moi, je préfère qu’ils rentrent au pays avec nous. Ils ont l’avenir devant eux. Donc, pourquoi rester ici ?"

"Il y a un côté mirage avec ce qu’il pense trouver ici"

Bernard Maccario, directeur général du Comité national des Jeux de la Francophonie, s’est montré fataliste au micro de FRANCE 24, avouant de la "tristesse et de l’incompréhension."

"On assiste à un phénomène de banalisation. On a connu ce même type de problème en 2001 à Ottawa lors de précédents Jeux de la Francophonie. Une centaine d’athlètes avait demandé à rester. À chaque grand événement sportif, c’est la même chose."

Des mesures ont toutefois été prises par l’organisation, comme le "contrôle des accès aux lieux d’hébergements des délégations" pour éviter que des individus mal intentionnés viennent tenter certains athlètes.

"Je pense que certains athlètes et artistes ne se représentent pas l’honneur qu’ils ont de venir défendre les couleurs de leur pays à l’occasion de ces Jeux, souligne Bernard Maccario. Mais il y a un côté mirage avec ce qu’il pense trouver ici."

Retrouvez cet article sur France24.com
Lu 1530 fois


Vos commentaires:

1.Posté par chadey le 12/09/2013 10:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
mais les europennes doit savoir de fixe nos pays et pour cella les africains il va arreter de fuire en europe

2.Posté par plates excuse le 12/09/2013 11:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Tant que vous soutiendrez ou toléraient des dictatures et des régimes qui ruinent leurs pays, vous aurez tous les jours des centaines voire des milliers d'africains prêt à prendre tous les risques pour s'installer chez vous.

Nombreux parmi eux le font malgré eux: parce qu'ils appartiennent à la mauvaise "ethnie" ou "région", ils ne bénéficient pas de la même chance que ceux de l'ethnie ou de la région au pouvoir.
Diplomé ou pas, quand vous êtes persuadé de trouver une place quelque part juste parce que vous êtes capables de produire quelque chose, il a fort à parier que vous pourriez rester chez vous. Mais quand, tous ceux qui ont fréquenté avec vous et ont les mêmes dilplomes que vous sont dans les hautes fonctions, roulent dans de belles voitures, partent à l'étranger comme ils veulent ou encore monte une petite boite et sont soutenus par une batterie de ministre. Et que vous n’êtes pas considéré parce que hors région, religion ou groupe mystique, parti. ça décourage!

Comment expliquer que seuls un groupe d'anciens camarades de classe appartenant à une même région ou ethnies aient trouvé en un laps temps du travail et occupent de bons poste. Ce n'est pas un hasard. Alors que d'autres d'une autre région du sud ou du nord (selon les pays) sont à la traîné en dépit de diplôme. Dites moi comment peut-on être tenté de rester là.

3.Posté par YAMOUWONDA le 12/09/2013 23:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Si ces jeunes qui ont déserté appartenaient au mauvais groupe ethnique ou a la mauvaise région ils n auraient pas été sélectionnés et n auraient pas eu le privilège de voyager et voir la France, ce que d autres , appartenant a la bonne région ou ethnie au pouvoir n ont pas eu ou n auront jamais comme chance ou privilège.

Si des jeunes capables d aller représenter le Congo a ces jeux n étaient que ceux qui appartiennent a la mauvaise ethnie ou région, prochainement on fera avec ceux qui appartiennent a la bonne région ou ethnie au pouvoir . Attendant d avoir la liste des noms de ces athlètes en fuite pour que nous soyons tentés de répondre a votre question.

4.Posté par plates excuse le 13/09/2013 11:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je parlais de manière générale, pas vraiment des joueuers qui effectivement ont eu la chance d'être sélectionné.s Mais de tous les autres et pas seulement au Congo, bien d'autres pays africains. C'est un problème africain et le Congo malheureusement contribue à sa manière à renforcer ce phénomène, à certyains dégrés.

5.Posté par YAMOUWONDA le 14/09/2013 03:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
De l Afrique en général mais du Congo en particulier .

Nouveau commentaire :

Publions des commentaires constructifs pour avancer

RD Congo | Actualités | Football | Beauté et Mode | RD Sport | RD Economie | Handball | RD Société | Les arts | Gouvernement | RD Album | Arts martiaux | Monde | High Tech | Basket-ball | Indiscretions | Athlétisme | Sports | Portraits | Autres Sports | Interviews | Tennis | Afrique | Interviews Sports | Maghreb | Dans les bacs | Festivals | Rétrospective | Paroles de chansons | Livres | Divertissement | Cuisine congolaise | Vitrine | Ambassades | Actualité RDC | Sante | Economie | RD Politique | RD Tribune | Ils ont dit | Polémique | Live | Concert | Société | Zoom | Anecdotes