Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Election présidentielle anticipée : Gilda Rosemonde Moutsara-Gambou, première femme candidate


Par Lasemaineafricaine.net | Dimanche 14 Février 2016 | Lu 730 fois | 0 Commentaire

Porte-parole du Mouvement pour le respect de l’ordre constitutionnel, secrétaire générale du parti Conscience libre, membre du Frocad (Front républicain pour le respect de l’ordre constitutionnel et l’alternance démocratique), Gilda Rosemonde Moutsara-Gambou a annoncé, publiquement, sa candidature à l’élection présidentielle anticipée du 20 mars 2016, au cours d’une conférence de presse qu’elle a animée, lundi 8 février 2016, à la préfecture de Brazzaville.



Gilda Rosemonde Moutsara-Gambou.
Gilda Rosemonde Moutsara-Gambou.
C’était en présence de quelques responsables de l’opposition, comme Clément Miérassa, René Serge Blanchard Oba et Paul Ndouna.

Du coup, elle est devenue la première femme à faire acte de candidature à cette élection présidentielle, en tant qu’indépendante.

A 42 ans, Gilda Rosemonde Moutsara-Gambou, qui était jusque-là connue comme écrivaine depuis qu’elle avait gagné le 4e prix du concours de la meilleure nouvelle organisé en 1998 par l’A.c.c.t, en France, s’est engagée dans la politique et elle se lance dans la conquête du fauteuil présidentiel. «Je m’en suis aperçu très tôt, pourtant ce constat n’a pas suffi à éteindre ma flamme d’engagement qui s’est allumée en moi à la faveur du débat sur le changement de la Constitution du 20 janvier 2002. En effet, dès l’annonce du projet de changement de Constitution par la majorité présidentielle, j’ai été envahie par une vague d’indignation que je ne peux décrire», a-t-elle dit.

Consciente que le Congo est rentré dans un nouvel ordre constitutionnel et en perspective de l’élection présidentielle anticipée du 20 mars prochain, Gilda Rosemonde Moutsara-Gambou a pris la résolution de faire acte de candidature. «Ma candidature est avant tout un acte de conviction. En effet, je suis convaincue que le temps est arrivé pour qu’une nouvelle génération montre aux yeux de toute la Nation congolaise et du monde entier qu’elle est prête à prendre le relais. Ma candidature est un acte de vision. J’ai compris que la Nation congolaise a plus que jamais besoin que ses filles et ses fils la pensent autrement et l’imaginent juste, solidaire et prospère», a-t-elle expliqué. Dans cet élan, elle a estimé que sa candidature est aussi un acte de responsabilité et de devoir envers le Congo qui lui a tout donné.

Par cette candidature, Gilda Rosemonde Moutsara-Gambou entend prendre date avec l’histoire de son pays. «Je viens redonner l’espoir à une Nation qui attend d’être délivrée d’une pauvreté, d’une souffrance et d’une misère qui n’ont que trop duré. Voilà pourquoi je refuse de considérer les 25 millions de francs Cfa de caution fixée par la nouvelle loi électorale comme une barrière infranchissable. Je m’indigne devant une somme aussi colossale imposée à une jeunesse et notamment aux femmes de ce pays que l’on souhaite voir briguer la magistrature suprême, selon les dispositions de la nouvelle Constitution», a-t-elle laissé entendre.

Partant de ce fait, elle pense que c’est ensemble avec le peuple qu’elle va franchir cette barrière, en organisant, sur l’ensemble du territoire national, une levée de fonds patriotique et solidaire au nom de l’alternance démocratique. «Nous mettrons aussi la diaspora à contribution, car l’avenir du Congo nous concerne tous».

Afin de bâtir une société juste qui prend en compte, selon elle, chaque Congolais dans le partage des richesses nationales, Gilda Rosemonde Moutsara-Gambou a lancé un vibrant appel à ses compatriotes de s’inscrire massivement sur les listes électorales, afin de maximiser les chances de sa «victoire certaine», le 20 mars prochain.

Cyr Armel YABBAT-NGO
Lu 730 fois


Nouveau commentaire :

Publions des commentaires constructifs pour avancer

Politique