Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Enfin, de retour à Paris le duo fantastique Lo Benel & Dino Vangu


Par | Mercredi 22 Février 2012 | Lu 1171 fois | 0 Commentaire



Dino Vangu et Lo-Benel à l'Olympic Palace
Dino Vangu et Lo-Benel à l'Olympic Palace
La présence de DINO VANGU et LO BENEL à la Fondation des Lions Club du Congo de Janvier à Février 2012 est un immense évènement. Manifestement, Janvier et Février (jusqu’à la Saint Valentin) ont été les mois du couple, et Brazzaville, Kinshasa, Pointe-Noire, lui ont réservé un accueil de fête.

DINO VANGU et LO BENEL, accompagnés par différents groupes des villes visitées, ont mis en place un dispositif de combat. Une façon originale de gérer l’espace avec leurs rythmiques et leurs choix de répertoires intéressants.
DINO VANGU et LO BENEL se sont révélés être la plus brillante carte de visite du moment grâce à leur live, sorte de concentré énergétique, dont le public brazzavillois, kinois et ponténégrin raffolent au point que, chaque après-midi, des inconditionnels sont « montés » au Saphir Hôtel, à Brazzaville, au Grand Hôtel, à Kinshasa et au Victory Hôtel à Pointe-Noire pour le seul plaisir de contempler, à l’heure de sortie, la nouvelle égérie de la musique congolaise ; LO BENEL.

Plus qu’un pèlerinage, le séjour de LO BENEL à Brazzaville a été un grand hommage à la parcelle du plateau des « 15 ans » dans laquelle la diva a passé son enfance avant de gagner la France à l’âge de six ans. C’est dire que LO-BENEL a passé son enfance à Brazzaville. Quant à Kinshasa et Pointe-Noire c’était pour la première fois d’y mettre pied. On comprend que la chanteuse ait été fascinée par ce voyage.
Une belle reconnaissance, qui a permis au couple surtout de se voir programmer à toutes les manifestations de la Fondation des Lions clubs du Congo, sous la houlette de Maître Vincent GOMES qui fait partie de ces promoteurs artistiques connus et appréciés d’un public qui s’étend au-delà du cercle des Lions Clubs. Toute la famille congolaise de musique (Congo-RDC) connait le mélomane éclairé.

A Kinshasa, LO BENEL a eu son baptême de feu dans un concert animé par le ZAIKO Langa Langa. Aussi, armée de ses airs mémorables la chanteuse s’est rapidement adaptée. Tout était gagné pour la chanteuse. De quoi rassurer le difficile public kinois qui a ovationné et adopté l’interprète de la meilleure version « Marie Louise ».
Avouons-le, DINO VANGU & LO BENEL est le meilleur duo de la diaspora de l’année 2011. Et ce n’est pas uniquement parce qu’il a eu à bénéficier de l’encadrement d’un orchestre de valeur, mais surtout parce que le guitariste DINO VANGU est sans conteste le musicien qui représente le mieux le métissage, l’hybridation si caractéristique de la nouvelle scène de la diaspora.
Pour revenir à la Fondation Lions Clubs du Congo et à son assemblée générale à laquelle DINO VANGU ET LO BENEL étaient conviés, ces derniers ont offert à la Fondation un aperçu « grandeur nature » de leur emblématique répertoire, sous forme d’illustrations rythmiques enrichies des textes anthologiques des années 50 et 60. Notamment à :

1°- BRAZZAVILLE, pour le Conseil des Gouverneurs du district 403 B des Lions Club des 27 Etats francophones de l’Afrique de l’ouest du centre et de l’océan indien le 1° Février 2012
2°-KINSHASA, pour la 17ème Conférence Africaine (AAC) Lions Club International district 409 le 02 Février 2012
3°- POINTE-NOIRE, pour les activités de la Fondation des Lions Club du Congo, du 05 au 13 Février 2012

En marge des activités des Lions Club, se sont des séances musicales, et un programme de visite, qui a permis au couple d’aller partout. Naturellement, au centre de tout l’inamovible Vincent GOMES, aujourd’hui considéré comme le promoteur artistique qui innove, faisant rimer activités associatives avec professionnalisme…A son intention, un immense bravo pour la formidable réussite de toutes les activités.
Parmi les nombreuses productions réalisées par DINO VANGU et LO BENEL, retenons pour l’essentiel : trois rencontres admirables au cours desquelles ils se sont exprimés comme des inépuisables « swingmans », avec l’orchestre « Bana Poto-Poto » et ROGA ROGA, (Extra-Musica) à Brazzaville, Zaïko Langa-Langa à Kinshasa, dans un style qui fait référence à chaque groupe respectif.

Enfin, à Pointe-Noire, incontestablement le plus intime, a été l’anniversaire dans la famille de Vincent GOMES, au cours duquel le duo DINO VANGU ET LO BENEL ont présenté une musique du monde et très préméditée, ancrée dans les traditions africaines et débordant largement le cadre de la rumba. Une musique, en plus, réalisée avec un immense sérieux.

Clément OSSINONDE
Clement.ossinonde@sfr.fr
Lu 1171 fois


Nouveau commentaire :

Publions des commentaires constructifs pour avancer

RD Congo | Actualités | Football | Beauté et Mode | RD Sport | RD Economie | Handball | RD Société | Les arts | Gouvernement | RD Album | Arts martiaux | Monde | High Tech | Basket-ball | Indiscretions | Athlétisme | Sports | Portraits | Autres Sports | Interviews | Tennis | Afrique | Interviews Sports | Maghreb | Dans les bacs | Festivals | Rétrospective | Paroles de chansons | Livres | Divertissement | Cuisine congolaise | Vitrine | Ambassades | Actualité RDC | Sante | Economie | RD Politique | RD Tribune | Ils ont dit | Polémique | Live | Concert | Société | Zoom | Anecdotes