Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Etoile du Congo : une locomotive en détresse


Par | Mercredi 15 Juin 2011 | Lu 803 fois | 0 Commentaire



Etoile du Congo : une locomotive en détresse
Décidemment, rien ne va à l’Etoile du Congo. L’équipe patine. Alternant matchs nuls et défaites, elle n’arrive pas à décoller. Elle court après un succès, depuis sept journées. Sa dernière victoire remonte à la quatrième journée, précisément le 20 mars, à Owando, aux dépens du F.C Cuvette (1-0). Tout cela parce qu’elle n’est toujours pas, semble-t-il, à bout des traditionnels démons qui la rongent et la tourmentent.

Le bilan d’Etoile du Congo, à la fin de la phase aller du championnat national, Pôle A, est comme une plaie frontale: 1 victoire, 5 nuls et 4 défaites. Et, il faut descendre jusqu’à la onzième place du classement, pour trouver le nom d’Etoile du Congo, pourtant une des locomotives du football congolais, avec ses douze titres de champion du Congo et ses quatre victoires de Coupe nationale.

Qu’on ne s’y trompe pas: ce ne sont pas seulement les poils qui brûlent, mais le rat, lui-même, pour paraphraser un vieux confrère. En attendant de pleurer, demain, sur son cadavre calciné. Ce sera trop tard. Car, la situation actuelle est jugée pourrie et très grave. Naturellement, elle requiert des remèdes. Aujourd’hui, tous les regards convergent vers un même point: les dirigeants de l’équipe et les supporters, dont les luttes auraient des répercussions néfastes sur le rendement des joueurs. On a beau le nier, le masquer ou le démentir, chaque week-end interpelle: les dirigeants et les supporters sont divisés. D’où une certaine incapacité à tenir, par exemple, une assemblée générale statutaire. Les retrouvailles des sages, une semaine avant la fin de la phase aller, se sont révélées comme cautère sur une jambe de bois. Il faut, peut-être, les élargir.

Les querelles minent, dangereusement, la vie d’un club sportif. Car toute maison divisée de l’intérieur est une proie facile pour l’ennemi, a écrit, dans ces mêmes colonnes, notre doyen Fulbert Kimina-Makumbu. Les Diables-Noirs, par exemple, se souviendront de leurs tribulations, en 1983. Des barrages faillirent les chasser du giron national, avant de se maintenir parmi l’élite. L’Etoile du Congo le sait, elle-même. Et se souvient que l’équipe connut pareilles turbulences, en 2005, sous Firmin Ayessa, alors président général du club. Avec l’arrivée de Serge René Blanchard Oba et le rappel, surtout, du colonel Grébert Ngampika, ce dernier en sapeur pompier, on évita le pire. Tout cela pour dire qu’il n’y a pire ennemi que celui qui fossoie l’édifice de l’intérieur. Pour de maigres intérêts. N’est ce pas, tristement, dilapider l’héritage des pionniers?

J.Z. (La Semaine Africaine)
Lu 803 fois


Nouveau commentaire :

Publions des commentaires constructifs pour avancer

RD Congo | Actualités | Football | Beauté et Mode | RD Sport | RD Economie | Handball | RD Société | Les arts | Gouvernement | RD Album | Arts martiaux | Monde | High Tech | Basket-ball | Indiscretions | Athlétisme | Sports | Portraits | Autres Sports | Interviews | Tennis | Afrique | Interviews Sports | Maghreb | Dans les bacs | Festivals | Rétrospective | Paroles de chansons | Livres | Divertissement | Cuisine congolaise | Vitrine | Ambassades | Actualité RDC | Sante | Economie | RD Politique | RD Tribune | Ils ont dit | Polémique | Live | Concert | Société | Zoom | Anecdotes