Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

FIFA : Un nouveau président ne suffit pas


Par | Jeudi 3 Mars 2016 | Lu 628 fois | 0 Commentaire

Europe, (Starducongo.com) - Ce vendredi avait lieu l’élection du nouveau président de la FIFA.



Gianni Infantino
Gianni Infantino
« Nous prenons acte de la nomination de monsieur Infantino. Il serait cependant totalement déplacé de s’en réjouir. Le monde du football et du sport en général attend une nouvelle FIFA. Lorsque les promesses de transparence, de bonne gouvernance et d’éthique seront enfin tenues, nous pourrons applaudir ; le faire dès aujourd’hui, ce serait sombrer dans un politiquement correct qui a longtemps conforté S. Blatter dans son pouvoir » scande Marc Tarabella co-Président de l’Intergroupe du Sport au Parlement européen.

« Le temps du changement est venu, l’image de la FIFA est au plus bas et la confiance en cette institution a totalement disparu. Une profonde remise en question est indispensable » rajoute Santiago Fisas également co-Président.

Rappelons que nos tentatives pour rendre cette campagne électorale plus transparente ont été vaines. L’audition des candidats à la présidence de la FIFA prévue fin janvier au Parlement Européen a été annulée, après le retrait en toute dernière minute des candidats. "Nous avons sévèrement condamné ces retraits. Ils constituent de nouveau un mauvais signal. La FIFA avant même l'élection, était retombée dans ses travers.

« Nous voulons, sous l’égide de son nouveau Président, que la FIFA :

- fasse enfin preuve de bonne gouvernance, en ce compris dans l’attribution de ses évènements sportifs internationaux comme les Coupes du Monde, que la lumière soit faite sur les attributions de Russie 2018 et Qatar 2022 ;

- publie dans son intégralité le rapport Garcia, le Monsieur anti-corruption de la FIFA appelé à quitter ses fonctions peut après avoir remis son rapport ;

- fasse preuve de transparence et d’éthique au niveau décisionnel et financier ;

- mette en place des règles plus saines dans la nomination à la présidence et des postes clefs, comme celle du secrétaire général et de l’équipe qui l’entoure

entre autre chose…”

« La FIFA doit se rappeler qu’elle travaille grâce et pour tous les acteurs du sport, dont le football est le hobby, la passion ou le métier. La sortie dans la honte de Sepp Blatter et l’arrivée de monsieur Infantino doivent être l’occasion de réformer et d’enfin servir le sport dans l’intérêt général et plus l’intérêt de quelques-uns ! » concluent les deux co-Présidents de l’intergroupe sport du Parlement européen.

L’intergroupe Sport du parlement européen se tient bien sûr prêt à travailler avec le nouveau Président FIFA dans le cadre des nouvelles réformes.

Par Emmanuel Foulon
Responsable communication
Sport Intergroup - Parlement Européen
Lu 628 fois


Nouveau commentaire :

Publions des commentaires constructifs pour avancer


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 3 Octobre 2016 - 15:18 Cameroun: Rigobert Song victime d’un AVC

SportMonde