Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Fally Ipupa : « Je marche dans le droit chemin »


Par Adiac-congo.com | Mardi 7 Janvier 2014 | Lu 2112 fois | 1 Commentaire

S’il y a des artistes-musiciens qui font actuellement la fierté de la musique africaine en général et de la RD-Congo en particulier, Fally Ipupa en fait partie. Cet artiste talentueux, toujours entre deux vols pour aller rafler des trophées ou répondre à ses contrats, était de passage à Brazzaville pour un concert organisé par la maison Eye Mysterious que manage Romi Oyo. Dans un entretien exclusif avec Les Dépêches de Brazzaville, Fally Ipupa a parlé du concert de Brazzaville, de son prochain album et de sa fondation



Fally Ipupa
Fally Ipupa
Les Dépêches de Brazzaville : Comment se porte votre groupe ainsi que votre album Power ?
Fally Ipupa :
Le groupe se porte très bien ainsi que notre album sur le marché du disque.

Vous êtiez en tournée musicale qui s’est achevé fin 2013 à Brazzaville, et vous avez livré votre premier concert de 2014 à Brazzaville. Quel répertoire avez-vous présenté ?
Nous avons fait un peu de tout. Mais l’ossature était basée sur les chansons contenues dans l’album Power. On a fait également des anciens titres pour faire plaisir à tout le monde.

Quelle est la prochaine étape de votre tournée ?
Notre prochaine destination est Mbuji-Mayi, ensuite nous irons à Kananga, en RDC. Nous reviendrons à Kinshasa, juste pour nous reposer avant d’attaquer une autre tournée.

Parlons de repos… Combien de temps y consacrerez-vous ? Un mois ?
On ne peut pas s’amuser à se reposer pendant un mois. Le monde appartient aux plus rapides et aux plus courageux. Le repos viendra un jour.

Vos deux précédents albums ont été produits par David Monsoh, ce qui n’est pas le cas du dernier. Quels rapports entretenez-vous désormais avec votre ancien producteur ?
Il n’y a pas de souci dans nos rapports. David Monsoh n’est plus mon producteur exécutif, mais la famille reste. Certes, contractuellement on n’a plus rien, mais on peut toujours collaborer s’il y a des projets à réaliser. Cela peut paraître trop savant pour certains, puisque souvent la fin d’un contrat crée des problèmes. Personnellement, je ne fonctionne pas de la sorte. La vérité est que nous, Congolais des deux rives, n’avons pas l’habitude de nous séparer en bons termes.

N’est-il pas possible de renouveller ce contrat ?
Pourquoi pas ? On verra ! Mais pour le moment j’ai un contrat de trois albums avec Universal.

Qu’en est-il de l’album Power, version internationale ?
Mon album en version internationale ne s’appellera plus Power, il a changé de dénomination et va s’appeler Neti na film. Nous balancerons d’ici-là son deuxième single dont la sortie est prévue pour juin ou juillet 2014. Je suis en train d’enregistrer l’album avec Universal. Avec la fin de la tournée 2013, j’enregistrerai encore de nouveaux titres. C’est un album de 12 à 13 titres. On y trouvera des chansons comme Mama ya bana oza kitoko, Angèle Moanga… Nous sommes quasiment à 50% de la réalisation. Il y aura également des featurings.

Où en êtes-vous avec votre fondation ?
La fondation Fally Ipupa se porte bien. Il y a quelques jours j’ai été invité par la première dame du Cameroun, Chantal Biya. Nous avons visité des orphelinats, des hôpitaux et autres… Concernant les activités de ma fondation, étant donné que nous n’avons pas pu venir en aide aux enfants pendant la période festive parce que nous étions trop pris, nous serons obligés de le faire en janvier à Kinshasa. Nous irons voir les enfants, leur donner du sourire, leur donner un peu de cadeaux. Et, nous allons expédier de Kinshasa une ambulance à Goma.

Qui est Fally Ipupa ?
Fally Ipupa est un garçon qui essai de marcher dans le droit chemin. C’est un artiste africain d’origine congolaise en particulier, et des deux Congo en général.

Quelle est la valeur que vous développez le plus ?
Rester dans le droit chemin.

Il y a dix ans, vous n’étiez pas ce que vous êtes devenu aujourd’hui. Avec le succès, avez-vous changé au point de devenir indifférent ?
Non, je reste toujours dans le droit chemin. Déjà, vous voyez que je vous ai reçu dans ma chambre en short avec ma nourriture à côté. Bref, je reste toujours le même Fally Ipupa, avec la même femme, le même numéro de téléphone, les mêmes amis. Je souhaite à vous qui êtes venus m’interviewer une bonne et heureuse année, ainsi qu’à tous mes parents congolais d’ici.

Propos recueillis par L.-J. Mianzoukouta et B. Okokana
Lu 2112 fois


Vos commentaires:

1.Posté par tresordoarubu le 08/01/2014 22:15 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
thx husler husler!

Nouveau commentaire :

Publions des commentaires constructifs pour avancer

RD Congo | Actualités | Football | Beauté et Mode | RD Sport | RD Economie | Handball | RD Société | Les arts | Gouvernement | RD Album | Arts martiaux | Monde | High Tech | Basket-ball | Indiscretions | Athlétisme | Sports | Portraits | Autres Sports | Interviews | Tennis | Afrique | Interviews Sports | Maghreb | Dans les bacs | Festivals | Rétrospective | Paroles de chansons | Livres | Divertissement | Cuisine congolaise | Vitrine | Ambassades | Actualité RDC | Sante | Economie | RD Politique | RD Tribune | Ils ont dit | Polémique | Live | Concert | Société | Zoom | Anecdotes