Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Festival «Feux de Brazza» (Congo) et Festival national de Gungu (RDC) : Les deux institutions ont noué un partenariat qui fera date


Par La Semaine africaine | Samedi 5 Avril 2014 | Lu 772 fois | 0 Commentaire

Un partenariat qui fera date. Celui noué entre le festival populaire et international des musiques traditionnelles «Feux de Brazza» (Congo), et le Fesnag (Festival national de Gungu), une A.s.b.l (Association sans but lucratif), apolitique, fondée en 1925, de la République Démocratique du Congo. La signature officielle de ce contrat a eu lieu, samedi 29 mars 2014, au siège social du Fesnag, à Kinshasa.



Mme Anne Gizenga Mbuba, présidente du Fesnag, et Gervais Hugues Ondaye, directeur général de Feux de Brazza, ont paraphé cet accord. Ph: Feux de Brazza
Mme Anne Gizenga Mbuba, présidente du Fesnag, et Gervais Hugues Ondaye, directeur général de Feux de Brazza, ont paraphé cet accord. Ph: Feux de Brazza
C’est Gervais Hugues Ondaye, directeur général de Feux de Brazza, et Mme Anne Gizenga Mbuba (épouse d’Antoine Gizenga, premier ministre honoraire de la RDC), présidente du Fesnag, qui ont paraphé cet accord.

Au cours d’une cérémonie qui s’est déroulée en présence des députés Célestin Faso Mushigo (Coordonnateur du Fesnag) et José Cyr Ebina (directeur chargé des relations publiques et du circuit touristique de Feux de Brazza), du directeur chef de service de la promotion culturelle, Mukendi Badibanga, représentant le secrétaire général de la culture et des arts de la RDC; du représentant du Fonds de promotion culturelle et des autorités traditionnelles de la RDC.

C’est sous les sons distillés par le ballet Mansia, du Bas-Congo (RDC), le groupe Bademaya (composé de Maliens et Guinéens) et le célèbre griot Albert Ebara, dit Nâ Mbon (Congo), qu’a eu lieu la signature de ce contrat. D’une durée de trois ans, renouvelable, par tacite reconduction. Lequel stipule que les deux festivals s’engagent dans un partenariat socio-culturel. Les deux parties conviennent d’assurer la promotion mutuelle de la culture traditionnelle par l’échange d’expériences et de groupes de musiques traditionnelles, lors de leurs productions et par la formation commune des experts de leurs organisations respectives. Les deux festivals consentent les charges suivantes: pour la partie invitée, d’assumer la sélection et les frais de déplacements des groupes de musiques traditionnelles et des experts, jusqu’au lieu d’accueil, d’une part. Pour la partie organisatrice, d’assumer la sécurité, la prise en charge en logement, la restauration, en déplacement interne, en soins de santé, durant leur séjour au pays d’accueil, d’autre part.
Les deux parties s’accordent, annuellement, à dresser un calendrier susceptible de favoriser la participation et la cohabitation mutuelle de leurs artistes et experts aux événements socio-culturels programmés par les deux organisations. Et s’accordent à mutualiser leurs efforts dans la recherche des fonds.
«Le Congo-Brazzaville et le Congo-Kinshasa sont un même village, par la culture, et surtout, par la culture traditionnelle, dont nous avons le plaisir d’assurer la promotion mutuelle, par la signature de ce contrat…Par ce contrat, nous voulons apporter notre contribution à la cohabitation de nos peuples respectifs pour un développement global de nos deux Congo, en particulier, et de l’Afrique, en général, par notre tradition. Nous nous engageons à assumer nos responsabilités respectives pour le devenir culturel traditionnel de nos peuples», a dit, dans son mot de circonstance, Mme Gizenga Mbuba. Et Hugues Ondaye d’affirmer que la signature de cet accord est un acte de haute portée symbolique qui doit servir d’exemple, désormais, pour permettre la circulation des artistes et même des créateurs dans la sous-région Afrique centrale et pourquoi pas entre les deux Congo. «Il s’agit, pour nous, de mutualiser les efforts, d’accompagner la dynamique de paix, par la culture. La culture, on ne le dira jamais assez, est au début et à la fin de tout développement. La culture peut ouvrir des portes qu’un politicien ou quiconque ne pourra pas…Ce protocole est un instrument important de coopération, pour nous, parce qu’au lendemain de cette signature, va se développer une coopération enrichissante entre nos deux festivals, à travers les différents réseaux de diffusion des informations culturelles», a-t-il poursuivi. Avant d’annoncer la participation des experts du Fesnag à une formation d’un mois, à Brazzaville, sur le développement d’un secteur musical en Afrique, à l’attention des directeurs des festivals et des managers. Un programme financé par l’Union européenne et les A.C.P et dont le festival Feux de Brazza ( festival bisannuel, fondé en 2005) est partenaire.
«C’est un sentiment de satisfaction, parce que, dans les perspectives d’avenir du Fesnag, s’inscrit le cadre de son ouverture au monde. Feux de Brazza, c’est une grande institution traditionnelle poursuivant les mêmes objectifs que le Fesnag, nous ne pouvons que nous réjouir, sincèrement, de ce contrat que nous venons de signer», a commenté Célestin Faso Mushigo.

Festival annuel, le Fesnag a pour objectifs la promotion de la culture traditionnelle ancestrale et du tourisme, le renforcement de la cohabitation des peuples par la culture ancestrale, et le développement communautaire.

Véran Carrhol YANGA
Lu 772 fois


Nouveau commentaire :

Publions des commentaires constructifs pour avancer

RD Congo | Actualités | Football | Beauté et Mode | RD Sport | RD Economie | Handball | RD Société | Les arts | Gouvernement | RD Album | Arts martiaux | Monde | High Tech | Basket-ball | Indiscretions | Athlétisme | Sports | Portraits | Autres Sports | Interviews | Tennis | Afrique | Interviews Sports | Maghreb | Dans les bacs | Festivals | Rétrospective | Paroles de chansons | Livres | Divertissement | Cuisine congolaise | Vitrine | Ambassades | Actualité RDC | Sante | Economie | RD Politique | RD Tribune | Ils ont dit | Polémique | Live | Concert | Société | Zoom | Anecdotes