Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Festival de danse «Akini-a-Loubou», à Libreville. Brice Mingouolo a fait forte impression


Par SDC, Starducongo | Mardi 19 Mai 2009 | Lu 868 fois | 0 Commentaire



Brice Mingouolo.
Brice Mingouolo.
Du 4 au 11 mai 2009, le Centre culturel français de Libreville, au Gabon, a vibré au rythme du festival de danse solo «Akini-a-Loubou». Parmi les artistes qui ont marqué d’une pierre blanche ce grand rendez-vous culturel figure un Congolais, en l’occurrence le danseur et chorégraphe Brice Mingouolo, de la compagnie Luzolo. Qui s’est mis en exergue à travers la pièce «Qui est derrière toi?», créée en 2008.

Qui est derrière toi? est une pièce de 28 minutes, qui pose le sempiternel problème de la responsabilité humaine, face à lui-même, avant de se tourner vers Autrui, puis vers autrui. Il s’appuie sur la thèse selon laquelle les hommes ne viennent pas, en réalité, créer des lois sur la terre, ils les rencontrent, car ces dernières sont inscrites même dans la nature. Des lois créées par une puissance divine, sur laquelle l’homme devra s’appuyer, d’abord, dans cette perspective vers l’autre, avant de compter sur l’apport de ses contemporains.

Seulement à une condition, comme stipulé au départ : l’homme doit compter sur lui-même, être soi-même responsable. A ce stade, on dira même qu’il ne faut pas qu’il compte sur Nzambi ou Dieu. Comment est né ce projet? «Ce projet est né, pas seulement d’un simple constat, mais d’une réalité vécue, sinon des réalités que nous vivons, au jour le jour, dans notre pays.

Un pays où la prévision est difficile à faire, parce que, tout simplement, il manque beaucoup de choses qui ne devaient pas manquer, au 21ème siècle, en plein essor technologique: ce qui devrait être quelque part bénéfique pour les pays en voie de développement dans lesquels se range le nôtre: la République du Congo.

La constance est difficile, ici, surtout en matière d’énergie électrique et hydraulique, pour ne citer que ça. Et la gestion des affaires, surtout publiques, est catastrophique, pour ne pas parler de la gestion du patrimoine qui nous est commun, nous tous enfants du Congo, de cette partie de terre… Regardez dans les bureaux, dans les administrations, en général, les employés passent plus du temps à papoter ou à faire autre chose que travailler, assurer leur responsabilité de leur poste à pourvoir.
Et tout cela se répercute au niveau microéconomique, dans des cellules de gestion comme des organisations culturelles (qui déjà, en dépit d’une politique culturelle, des lois et décrets sur la culture, des conventions, donc des règles qui peuvent permettre une bonne déontologie du travail de chacun et de l’application des responsabilités individuelles… pour une meilleure visibilité et performance de la culture congolaise).

Et, par analogie, on retrouve les mêmes problèmes, à quelques différences près, dans la vie congolaise, ses villes, ses campagnes, bref ses ménages. Ce spectacle de danse «Qui est derrière toi» est un cri de révolte pour une harmonisation de nos relations humaines menacées par la corrosion et la rouille de nos personnalités égoïstes à contraindre, pour laisser manifester la véritable nature humaine : véritable empreinte de la responsabilité humaine et de son expression la plus sacrée», explique l’auteur.

LA SEMAINE AFRICAINE
Lu 868 fois


Nouveau commentaire :

Publions des commentaires constructifs pour avancer

RD Congo | Actualités | Football | Beauté et Mode | RD Sport | RD Economie | Handball | RD Société | Les arts | Gouvernement | RD Album | Arts martiaux | Monde | High Tech | Basket-ball | Indiscretions | Athlétisme | Sports | Portraits | Autres Sports | Interviews | Tennis | Afrique | Interviews Sports | Maghreb | Dans les bacs | Festivals | Rétrospective | Paroles de chansons | Livres | Divertissement | Cuisine congolaise | Vitrine | Ambassades | Actualité RDC | Sante | Economie | RD Politique | RD Tribune | Ils ont dit | Polémique | Live | Concert | Société | Zoom | Anecdotes