Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Football. Dans le sillage des Aiglons


Par Guy-Saturnin MAHOUNGOU | Mardi 4 Novembre 2008 | Lu 2820 fois | 2 Commentaires

Le championnat national de football du Congo 2008 est entré dans l’histoire. Les Aiglons s’étant hissés sur la plus haute marche du podium, cette performance sportive constitue un gros événement pour eux. Pour une raison évidente: ils n’avaient plus engrangé ce titre, depuis plus de deux décennies. La génération actuelle vient donc de rééditer l’exploit réalisé par sa devancière la plus proche, celle de 1984.



Football. Dans le sillage des Aiglons
Le titre national de 1984 était conquis sous la présidence générale de celui qui se considère comme «Président à vie» du CARA, le général Benoît Moundélé Ngollo. La section football roulait sous les ordres de François Maniongui, actuellement vice-président de la ligue de football de Brazzaville. Il était encore tout fringant. Un homme à la tête du staff technique: Marie-Joseph Madienguéla «Madis». Il avait pour adjoint, feu Bakékolo «Baker», ancien arrière latéral droit de l’équipe.

L’ossature était formée par d’anciens juniors arrivés au club en 1982, notamment Guy-Armand Nkéoua, Simplice Owomat, Stanislas Kouvouama «Nis», Ngakosso «Tout Bouge» et Ange Ngapi.
Justement, Ange Ngapi «Kappelman», talentueux gaucher et avant centre de l’équipe, fut l’artilleur n°1 de la compétition, avec 17 réalisations. Comme Wamba «La José» (Diables-Noirs), en 1979, mais moins que Daniel Ebomoua «Vieux Ebom» (Patronage Sainte-Anne, 21 buts, en 1982) et Didier Bonazébi (V. Club Mokanda de Pointe-Noire, 24 buts, en 1981), ses prédécesseurs les plus performants au critérium des meilleurs buteurs du championnat national direct de cette époque.

Dix équipes, au départ dudit championnat. CARA engrange 29 points. Son attaque est la plus bavarde (47 buts), sa défense, la plus hermétique (15 buts encaissés, seulement).
Arrive 1985. Le club connaît une grosse désillusion, parce qu’éliminé en huitièmes de finale retour de la Coupe d’Afrique des clubs champions, à Brazzaville, par l’A.S Bilima (aujourd’hui Dragon) de Kinshasa. Un aigle, merveilleusement sculpté, est abandonné sur le terrain de handball du Stade de la Révolution (Massamba-Débat, aujourd’hui), par son porteur. Qui sait si l’âme du CARA ne s’était pas volatilisée à cause de cela?

Le club tombe au creux de la vague. Pour la série noire la plus longue jamais traversée par les trois plus grands et plus vieux clubs de la capitale. Au début de la décennie 2000, le club poursuit sa descente aux enfers. Trop, c’est trop, la colère des sympathisants gronde. Des plaisantins, amusant la galerie, lancent un slogan de choc: «CARA est à vendre…». Mais, des dirigeants refusent de voir le club mourir. Des hommes disponibles, pour relancer la machine grippée, il en faut. Ils existent, pourtant. Mais, il leur faudra un leader. On le trouve en Blaise Elenga, qui prend les commandes de l’équipe, en 2006.

Un vent de renouveau souffle, en 2007. Bien que la Coupe du Congo leur glisse entre les doigts, les supporters qui vacillaient se relèvent. L’équipe étant sur la bonne voie, ils envisagent l’avenir sous des couleurs plus gaies. Cela se confirme au début de cette année. Car c’est bien à la première phase du championnat de Brazzaville que CARA a caressé l’espoir de renouer avec les succès d’antan. Ses poursuivants au classement du groupe A, essoufflés, traînent les pas. Même sa défaite historique devant les enfants terribles de Kondzo ne réussit pas à ébranler son enthousiasme. De même que la peu flatteuse quatrième place au play-off, qualificatif au championnat national.

Les Diables-Noirs, eux-mêmes, stupéfaits et agacés, ont dû être, désagréablement, surpris. Battus à l’aller de la première phase du championnat de Brazzaville, ils sont encore expulsés des demi-finales du National par CARA. Ils quittent le paradis sur la pointe des pieds, la mort dans l’âme. Et on affirme qu’ils n’ont pas fini de digérer leur amertume. On les comprend, les pauvres champions en titre. N’est-ce pas un pari perdu? Ils le ressentent comme un déshonneur fait par un voisin. D’autres équipes, comme Bilombé, n’en finissent pas de se gratter la tête, de pleurer sur leurs infortunes.

Pour conquérir le titre 2008, CARA s’est confié à des gars plus que jamais survoltés, dont certains ne sont pas à leur premier titre national, notamment: Ekombé, Sabou-Mbombi, Manima et Ntsimba-Nzomono, champions du Congo avec Diables-Noirs, en 2007. A leurs côtés: Miangounina, Abimala, Saki, Barthel Malonga, Chameli Mabika-Bikouta (capitaine), Benchou Ngoma, Rochel Osseré, Christian Nguimbi, Jules Nzembé, Davy Yanga, Mbatchi, Pascal Kalemba, Guicha Bomaniaye, Issambo-Inanga, Parfait Mahoungou, Edgar Ngoma, Thorez Mbemba, Makoumbou, Mukunku, Moudachirou. Ils ont bénéficié de la cohésion retrouvée d’un comité directeur uni comme les doigts d’une main. Il reste, au sortir de la saison 2007-2008, de préparer l’autre aventure: la Ligue africaine des champions. Plus coriace que le championnat national. Mais, c’est une autre paire de manches.
Lu 2820 fois


Vos commentaires:

1.Posté par mafouta serge le 05/11/2008 11:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
le récit fait par Guy MaHOUNGOU me rappel un souvenir indélebile du Grand Cara. A cette époque , notamment en 1984 j'avais à peine 9 ans et, je fofilais entre les jambes des grands pour aller voir les matchs au stade. Les matchs du cara bien sûr. Nous avons trop pas attendu ( sympatisans de cara) ce moment et , je pense que ce sacre constitue un retour triomphal du Grand cara sur la scène du foot ball national mais aussi continentale.

2.Posté par mafouta serge le 05/11/2008 12:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Dans la même perspective , du fait d'avoir remporté ce titre , je pari que les autres équipes auront vraiment du mal à vaincre le cara. C'est le côté positif pour le foot ball congolais car lorsque cara est en forme c'est toutes les autres équipes qui cherchent à la vaincre. Et par conséquent ,le championnat devient très interessant. Le cara est une équipe très organisée sur tout pour les compétions internationales j'espère qu'on va vivre des bons moments pour la ligue africaine des champions. Bravo au comité directeur du club ; le staff technique mais aussi aux supporters.Bravo aux joueurs et je leur souhaite plus d'ardeur beaucoup de réalisme et surtout beaucoup de discipline pour des lendemains meilleurs.
Serge MAFOUTA supporter de l'équipe depuis Nice en france . Bonne chance les gars

Nouveau commentaire :

Publions des commentaires constructifs pour avancer

RD Congo | Actualités | Football | Beauté et Mode | RD Sport | RD Economie | Handball | RD Société | Les arts | Gouvernement | RD Album | Arts martiaux | Monde | High Tech | Basket-ball | Indiscretions | Athlétisme | Sports | Portraits | Autres Sports | Interviews | Tennis | Afrique | Interviews Sports | Maghreb | Dans les bacs | Festivals | Rétrospective | Paroles de chansons | Livres | Divertissement | Cuisine congolaise | Vitrine | Ambassades | Actualité RDC | Sante | Economie | RD Politique | RD Tribune | Ils ont dit | Polémique | Live | Concert | Société | Zoom | Anecdotes