Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Football des jeunes. Sur la piste de Baobab Congo


Par Guy-Saturnin MAHOUNGOU | Dimanche 9 Août 2009 | Lu 954 fois | 0 Commentaire



Une partie de foot-tennis.
Une partie de foot-tennis.
A l’occasion de la célébration, dimanche 26 juillet 2009, de la Journée nationale des sports, des jeunes, pétris de talent, ont animé plusieurs plateaux de football, à l’annexe du Stade Massamba-Débat, à Brazzaville. Sous les yeux admirateurs du ministre des sports et de la jeunesse, Serge-Michel Odzoki. C’est le fruit de l’association ‘’Baobab Congo’’, une association à but sportif et éducatif. Une énigme et un exemple sur lesquels il est peut-être intéressant de se pencher.

Au commencement est Até Nzeté, un éducateur de football congolais, basé à Sarcelles (France). Il est épris de football et veut faire partager aux jeunes sa passion du ballon rond. Le 12 août 2005, il fonde l’association Baobab, pour favoriser la coopération nord-sud entre Sarcelles et Brazzaville. Et mobiliser les jeunes autour des actions festives, surtout le football. Une antenne est créée au Congo. Elle est présidée par Mme Eléna Noumazalaye. Commence, alors, la patiente route vers la formation et l’éducation des jeunes. «Pour nous, la formation, c’est la plus-value donnée aux enfants. Toutes les fondations de Baobab tiennent dans le credo: priorité à la promotion des valeurs humaines à travers le football», dit Bob Améa Oniangué, coordonnateur de l’antenne Baobab Congo.
Une véritable organisation humaine et matérielle est mise en place comme nulle part ailleurs, sauf au C.n.f.f (Centre national de formation de football). La détection, dans les arrondissements, est la première phase. Le repérage nécessite des gens compétents. Ce sont, souvent, des éducateurs parfaitement au fait du projet de l’association, qui ont en charge ce travail de prospection.

Les jeunes engagés sont formés dans les équipes des arrondissements, qui permettent un regroupement annuel au cours duquel les meilleurs, et, surtout, les plus fair-play sont retenus pour disputer un match de gala, en lever de rideau de la finale de la Coupe du Congo. A long terme, ils pourraient être dirigés vers les grands centres de formation de football, en Europe.

Les jeunes de Baobab Congo ont donné un caractère spécial à la journée nationale des sports, avec le jeu de rôle, le free-style, le «3 contre 3 » avec des petits poteaux, le net goal, les tirs au but, le foot-tennis. Le jeu de rôle est un exercice qui consiste à responsabiliser l'enfant en lui faisant jouer à la fois le rôle d'arbitre, d'entraîneur et de joueur. Le free-style, autrement dit le jonglage, est un mouvement permettant de développer le sens de l'équilibre de l'enfant. Le «3 contre 3» favorise le sens du déplacement, l'esprit collectif et la maîtrise du ballon. Et le football-tennis favorise le développement de l'enfant et l'esprit d'initiative. Des exercices, et bien d’autres, qui forgent le futur grand footballeur…

LA SEMAINE AFRICAINE
Lu 954 fois


Nouveau commentaire :

Publions des commentaires constructifs pour avancer

RD Congo | Actualités | Football | Beauté et Mode | RD Sport | RD Economie | Handball | RD Société | Les arts | Gouvernement | RD Album | Arts martiaux | Monde | High Tech | Basket-ball | Indiscretions | Athlétisme | Sports | Portraits | Autres Sports | Interviews | Tennis | Afrique | Interviews Sports | Maghreb | Dans les bacs | Festivals | Rétrospective | Paroles de chansons | Livres | Divertissement | Cuisine congolaise | Vitrine | Ambassades | Actualité RDC | Sante | Economie | RD Politique | RD Tribune | Ils ont dit | Polémique | Live | Concert | Société | Zoom | Anecdotes