Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Football national. Scepticisme autour de l'atteinte des objectifs fixés


Par Lepatriote-congo | Mercredi 22 Février 2012 | Lu 583 fois | 0 Commentaire



Football national. Scepticisme autour de l'atteinte des objectifs fixés
Ceux qui le voulaient ont pu voir et revoir les images en provenance du Gabon et de Guinée Equatoriale, relatant les péripéties de la phase finale de la 28ème coupe d'Afrique des nations de football. Tout le monde a pu se rendre à l'évidence, le niveau de l'élite continentale a atteint une dimension très appréciable. Mais le Congo, qui a ouvertement proclamé son ambition de se mêler très prochainement à la lutte pour les premiers rôles, saura t-il se montrer à la hauteur ?

Le grand malheur des Congolais est qu'il existe des exemples à foison prouvant que le fossé est souvent énorme entre ce qui se dit et ce qui se fait concrètement sur le terrain. A titre d'illustration, le président de la fédération congolaise de handball a osé déclarer, avant le départ pour la CAN 2012 au Maroc, que ses équipes visaient deux podiums. Sur quoi se basait-il ? La finalité est que l'équipe féminine a occupé la sixième place et l'équipe masculine la neuvième. D'autres Diables-Rouges, ceux du football, s'apprêtent à affronter le 29 février prochain à Pointe-Noire " Uganda Craners " dans le cadre du premier tour des éliminatoires de la Can 2013. A ce sujet, le docteur Léon Alfred Opimbat ne cesse de dire et redire que l'ambition clairement affichée par le gouvernement est de faire que les " Diables-rouges " se qualifient pour la phase finale de la 29ème CAN qui aura lieu en janvier 2013 en Afrique du sud. Mais à bien voir les choses, il s'agit là d'une mission plutôt délicate du moment où presque tous les indicateurs sont au rouge.

La fédération congolaise de football, restructurée depuis le 25 novembre 2010, a passé toute la première année de son mandat à gérer plutôt des querelles internes et les voyages d'agrément. Les membres de cette structure viennent à peine même de faire la paix des braves. Mais bon nombre d'observateurs croient plutôt à un maquillage où l'hypocrisie est de mise. Il continuerait de régner dans ce milieu la haine et la méfiance. C'est à croire que, dans la " maison foot ", on s'obstine d'une certaine manière à se montrer du doigt, à s'indexer, à se marcher sur les pieds sans que l'abcès ne soit totalement percé. Et, dans ces conditions, le football apparait comme la principale victime. Surtout que les virus de la suspicion et de la rancœur ont pratiquement atteint l'ensemble de la famille du football de notre pays. C'est pour cela d'ailleurs que le championnat national démarre tardivement en plus dans le flou le plus total. Ce qui fait penser que pour le match du 29 février prochain, il va falloir miser essentiellement sur les joueurs de la diaspora. Il est vrai que Jean Guy Walleme a pleinement vécu la CAN 2012. Il a pu " espionner " le Gabon, le Niger et le Burkina Faso dans la perspective des éliminatoires de la coupe du monde 2014. Mais l'Ouganda, lui, n'y était pas. On va tout simplement le découvrir dans quelques jours à Pointe-Noire. Ce qui peut être un handicap de taille supplémentaire. En plus, la société congolaise pour la promotion des sports semble faire de l'équipe nationale de football sa propriété. Le ministère de tutelle et la fédération congolaise de football n'ont pas la mainmise sur les Diables-Rouges. L'idéal voudrait pourtant que les trois têtes pensent ensemble sur un même thème. La politique imaginée par le ministère des sports et de la l'éducation physique est mise en pratique par la fédération congolaise de football qui s'adresse au "sponsor " pour faire aboutir les projets. Cela s'appelle travailler en symbiose. Les trois parties sont donc condamnées à former un tout cohérent. Mais le fait qu'il y ait beaucoup d'argent mis à la disposition de la société congolaise de la promotion des sports, cela a "grippé" les relations entre les trois institutions. Aujour-d'hui, même à la fédération congolaise de football, on ne sait pas pourquoi Congo-Ouganda a été programmé à Pointe-Noire. Et pourtant, c'est la fédération congolaise de football qui est l'interlocutrice attitrée de la CAF. L'expérience a souvent montré que lorsqu'on va en chasse en rang dispersé le succès n'est jamais garanti. Le match- retour contre la modeste formation de Sao Tomé et Principé (1-1) à Pointe-Noire devrait interpeller tout le monde. Et puis, il y a le cas des joueurs de la diaspora qui refusent toujours de répondre aux convocations.

Soit ils sont en conflit avec certains dirigeants, soit ils ont entendu parler de la gestion artisanale de l'équipe nationale. Il appartient donc aux trois parties concernées d'activer la diplomatie souterraine pour réunir tout ce que nous avons de meilleur au Congo et à l'étranger. Car un seul doigt ne peut laver la figure. C'est donc le fait de nager dans ce flou qui pousse au scepticisme. Car il n'y a qu'une organisation parfaite qui donne du fruit. Or, au point où en sont les choses, il y a plutôt lieu de s'inquiéter car chaque partie concernée a tendance à vouloir démontrer son savoir-faire. Mais le football est un sport éminemment collectif où le talent individuel doit être mis au service du groupe. L'avons-nous seulement compris ?

Georges Engouma
Lu 583 fois


Nouveau commentaire :

Publions des commentaires constructifs pour avancer

RD Congo | Actualités | Football | Beauté et Mode | RD Sport | RD Economie | Handball | RD Société | Les arts | Gouvernement | RD Album | Arts martiaux | Monde | High Tech | Basket-ball | Indiscretions | Athlétisme | Sports | Portraits | Autres Sports | Interviews | Tennis | Afrique | Interviews Sports | Maghreb | Dans les bacs | Festivals | Rétrospective | Paroles de chansons | Livres | Divertissement | Cuisine congolaise | Vitrine | Ambassades | Actualité RDC | Sante | Economie | RD Politique | RD Tribune | Ils ont dit | Polémique | Live | Concert | Société | Zoom | Anecdotes