Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Francis Willy Bobathe Bossia déclaré premier ingénieur en génie civile formé à l'Académie des Beaux Arts de Brazzaville


Par Jean Dany Ebouélé | Mardi 30 Juin 2009 | Lu 1265 fois | 0 Commentaire



Francis Willy Bobathe Bossia déclaré premier ingénieur en génie civile formé à l'Académie des Beaux Arts de Brazzaville
L'étudiant Francis Willy Bobathe Bossia a soutenu publiquement le 27 juin à l'Académie des Beaux Arts de Brazzaville, son mémoire portant sur le thème « Etude générale comparée d'une toiture en tôle et d'une toiture en tuile ». Au terme de la délibération des travaux, une moyenne de quinze sur vingt, avec la mention bien, a été accordée à l'impétrant par le jury.

Francis Willy Bobathe Bossia devient ainsi le premier ingénieur formé à l'Académie des Beaux Arts de Brazzaville option génie civile, spécialité bâtiment travaux publics. « L'étudiant peut se considérer à compter de cette date, intégré dans le monde des cadres formés à l'Académie des Beaux Arts. Etant donné quelques observations formulées par la commission du jury, pour être possesseur de son diplôme d'ingénieur, celui-ci a l'obligation de revoir la taille et l'ordre des choses du document présenté, réinsérer le tableau comparatif tout comme les résultats ou les questionnaires, et présenter l'échantillon du travail », a indiqué Raymond-Nicaise Likibi, président du jury.

Après son exposé technique, jugé satisfaisant dans l'ensemble, Francis Willy Bobathe Bossia, lieutenant de gendarmerie, s'est soumis à l'épreuve des questions des membres du jury. Certaines de ces questions ont porté sur le type de fuseau granulaire du sable qui convient pour la fabrication de la tuile. De même qu'il lui a été demandé, les éléments qu'il faut afin de parvenir à une étude de comparaison fiable entre la toiture en tôle et celle en tuile, ainsi que les hypothèses qui ont été à la base de son étude.

L'impétrant s'est évertué à fournir des éléments de réponse selon le travail qu'il a mené sur deux méthodes analytiques au cours de ses recherches pendant trois ans. Au plan environnemental, évoquant l'impact des différentes toitures, Francis Willy Bobathe Bossia a souligné : « Si j'ai choisi de faire une étude comparée entre les deux types de toiture, c'est parce que nous vivons dans une société moderne, différente de la société traditionnelle. Dans le monde moderne, cela dépend de nos moyens, alors que les tôles nous posent beaucoup de problèmes de santé dès l'instant où nous vivons dans une région tropicale. »

Selon l'intéressé, les tuiles se prêteraient mieux à une toiture de construction durable que les tôles. Celles-ci seraient à l'origine des violents maux de tête dont souffrent les Congolais. Les pouvoirs publics devraient financer ce secteur pour permettre au Congo de vendre ses tuiles à l'extérieur. Aussi doivent-ils construire des ouvrages adaptés pour recueillir les eaux de pluie, celles-ci tombant au sol et provoquant des érosions. Ce qui réduira le risque d'érosion souvent constaté dans les cités urbaines congolaises.

Comme pour corroborer l'idée émise par l'étudiant en soutenance, Dr. David Bilembi, deuxième lecteur dans la commission de jury et directeur de mémoire de l'impétrant, pense que « les tuiles et les tôles agissent comme les fleuves aériens. Parce que les eaux de pluie qui tombent de ces toits, tombent brutalement et entraînent la rupture, les fissures au sol. Le sol étant composé de granite de sable, se trouve griffé au point de provoquer des érosions ». En définitive, la toiture en tuile absorbant une partie d'eau de pluie, réduit les effets slaches d'une toiture en tôle.

Une expérience enrichissante selon Raymond-Nicaise Likibi qui pense que l'étudiant a présenté un travail basé sur un problème fondamental et pertinent pour la population congolaise. Pour sa part, Francis Willy Bobathe Bossia s'est estimé heureux du travail qu'il a accompli.

A noter : l'Académie des Beaux Arts de Brazzaville est un établissement privé d'enseignement technique et professionnel créé le 3 février 2003, qui dispose de trois départements : l'Institut supérieur des arts visuels et de la musique ; l'Institut supérieur d'architecture, du bâtiment et des travaux publics ; l'Institut supérieur d'organisation et de gestion d'entreprises culturelles et commerciales.

BRAZZAVILLE-ADIAC
Lu 1265 fois


Nouveau commentaire :

Publions des commentaires constructifs pour avancer

RD Congo | Actualités | Football | Beauté et Mode | RD Sport | RD Economie | Handball | RD Société | Les arts | Gouvernement | RD Album | Arts martiaux | Monde | High Tech | Basket-ball | Indiscretions | Athlétisme | Sports | Portraits | Autres Sports | Interviews | Tennis | Afrique | Interviews Sports | Maghreb | Dans les bacs | Festivals | Rétrospective | Paroles de chansons | Livres | Divertissement | Cuisine congolaise | Vitrine | Ambassades | Actualité RDC | Sante | Economie | RD Politique | RD Tribune | Ils ont dit | Polémique | Live | Concert | Société | Zoom | Anecdotes