Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Fredy Massamba, la force du léopard. Nouvel album, Makasi


Par Rfi.fr | Jeudi 7 Novembre 2013 | Lu 1042 fois | 3 Commentaires



Fredy Massamba
Fredy Massamba
Trois ans après Ethnophony, son premier album solo qui ouvrait une voie, tout en groove, le chanteur congolais Fredy Massamba revient avec Makasi, un second album, mixé par Russell Elevado, dont les sillons chantent une force tranquille, aux accents soul et hip hop, posés sur quelques gimmick de rumba congolaise… Entretien avec un artiste engagé, dans le son comme dans le fond.

RFI Musique : Que signifie le titre de votre album, Makasi ?

Fredy Massamba
: Ce mot, en lingala, langue bantoue, désigne la force : pas la violence, mais la puissance tranquille, celle du "Ngo", le léopard, l’emblème du Congo (Congo, Co-Ngo, signifie "Chez le Léopard", ndlr). "Makasi", c’est l’énergie ancestrale, une force de culture, de mots, de paroles… Ce vocable recouvre tant l’épopée des peuples que des anecdotes du quotidien. Par exemple, un gamin ramène de bons résultats scolaires à la maison ; son père lui dit "Makasi !", ce qui signifie "c’est bien mon fils, reste fort !". "Makasi", c’est l’intensité du lien qui nous unit, mon équipe (le producteur Fred Hirschy, le label Skinfama, etc.) et moi… Ou encore toutes ces vibrations positives que je reçois par mails, sur Facebook, en provenance d’internautes du Sénégal, du Congo, etc. qui me disent : "on est avec toi !" Ces trois syllabes renferment tout un arsenal de notions : l’espoir, la force de se lever, de continuer la route, le combat…

Au-delà du seul Congo et du territoire bantou, cette "force tranquille" caractérise-t-elle l’Afrique en général ?

"Makasi" circule partout dans le monde. Mais en Afrique en particulier, cette "puissance du léopard" permet aux hommes de tenir debout. Quand vous êtes soumis à toutes les humiliations, brimés par les diktats de l’occident, quand un homme politique français prononce cette triste phrase à Dakar, "l’homme africain n’est pas assez rentré dans l’histoire"*, vous avez besoin d’une sacrée dose, salvatrice, de "Makasi". Par ce nouvel album, j’affirme encore une fois l’orientation de ma démarche : panafricaine.

Makasi est un album de guerrier, d’homme engagé ?

Je ne dirai pas non. J’ai vécu la guerre, j’ai connu l’humiliation, j’ai côtoyé des expériences atroces… Du coup, j’ai toujours considéré la vie comme un bonus, et cela m’a donné le "Makasi". En même temps, je ressens ce besoin, cette responsabilité d’être conscient, conscientisé, de prendre la parole, en toute liberté.

Il y a près de trois ans, vous sortiez Ethnophony, votre premier album solo, qui ouvrait la voie de votre son, entre côté "ethnique" et "phonique"… Peut-on, à propos de ce deuxième opus, inscrit dans la même veine, parler de maturité ?

Je ne parlerais pas d’album de la maturité, même s’il y a une nette évolution depuis Ethnophony. Le premier disque, c’était Fredy, "open mind", l’esprit aux aguets, qui sort de sa jungle, des Tambours de Brazza, de Zap Mama, de Didier Awadi, et qui balance toutes ces expériences musicales en free-style. J’ai ramené le village sur une mouvance soul… et bim ! Ça a donné Ethnophony ! C’était aussi une rencontre-choc quasi improvisée, non calculée avec mon partenaire, mon collègue d’énergie et de groove, Fred Hirschy : il m’a présenté ses sons ; sur sa musique, j’ai posé mon chant. Depuis, trois ans se sont écoulés. Nous nous sommes posés. On a discuté sur ce qu’on voulait partager. On a écrit les parties des instruments. Surtout, je désirais rester dans la ligne étroite du premier, tout en ramenant de nouveaux éléments, comme les guitares "seben", c’est à dire jouées selon ces gimmicks mélodiques de la rumba congolaise, qui firent danser toute l’Afrique. Je voulais inscrire mon disque dans mes origines, mais habillées façon soul avec pour voisins de gros beats hip hop !

Pour garantir le meilleur son à ce disque, vous avez fait appel au mythique ingénieur du son et producteur Russell "Dragon" Elevado, qui a travaillé aux côtés des plus grands, D’Angelo, Jay Z, Roy Hargrove, etc. Qu’a-t-il apporté à votre disque ?

Quand Fred Hirschy lui a proposé de bosser sur mon disque, après lui avoir envoyé trois titres, il a de suite accepté. Quelle fierté ! Pour moi, il a apporté le son parfait, le genre de mix’ dont tu rêves avec des caisses claires et profondes, un groove de basse excellemment mis en valeur, et aussi des effets sur le côté pygmée des flûtes… Il a accompli un travail magnifique : je suis fan !

Comme sur votre premier album, vous chantez en kikongo, en lingala, en swahili, en téké, des langues minoritaires que vous perpétuez…Que racontez-vous dans vos textes ?

Prenons un exemple, le texte du premier titre, Ngunga. "Ngunga", c’est la cloche, celle qui résonne, retentit, qui signifie que l’on doit se lever : non avec agressivité, mais simplement pour comprendre qui nous sommes et l’affirmer. "Ngunga", c’est le réveil, la prise de conscience de sa culture, le respect qu’on doit lui porter, et la valorisation, la fierté qui doit s’ensuivre. Awadi propage la même idée au Sénégal, Smockey au Burkina Faso, ou encore Tata Pound au Mali…

Comme l’exprime votre titre Unity, ce réveil viendra avec l’unité panafricaine… Une idée que vous défendez de longue date !
Bien sûr ! Et je ne cesserai de la marteler ! Le développement de l’Afrique viendra par l’unité. On a tous des brigands à la tête de nos états, des caciques à la botte de l’ancien occupant. Il faut que la nouvelle génération se réveille, se donne la main, qu’elle reconnaisse ses héros, Patrice Lumumba, Cheikh Anta Diop, ses "présidents d’Afrique"… De là, viendra la force… "Makasi".

Par Anne-Laure Lemancel

Fredy Massamba Makasi (Skinfama) 2013 "RFI Talent"
En concert le 19 décembre au Studio de l’Ermitage à Paris
Site officiel de Fredy Massamba
Page facebook de Fredy Massamba

* Nicolas Sarkozy à l'Université Cheick-Anta-Diop le 26 juillet 2007

Lu 1042 fois


Vos commentaires:

1.Posté par SEBOP le 08/11/2013 00:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Fredy Masamba, oui, un jeune plein de talents qui, avec toutes les expériences musicales dans lesquelles il s'implique avec sérieux et professionnalisme, ne manquera pas de nous surprendre dans l'avenir. En effet, il y a encore de la place dans tout le talent qu'il a, pour que sa progression aille davantage vers les sommets.

Multicarte vocalement, il peut faire une carrière dans laquelle naviguer dans l'éclectisme se fera comme une seconde nature et ne choquerait point le plus buté des congolais.

Il ne m'en voudra pas comme j'ai écrit son nom MASAMBA avec un seul S, ce n'est point une fantaisie car, dans nos langues les sons S et Z ne se confondent pas et l'alphabet kongo ne comporte pas 26 lettres comme en français. Lorsque l'on parle du "ngo", le "K" du KONGO doit obligatoirement être mis en évidence car telle en est la vérité, l'ethnique doit aller de pair avec le phonique.

Le totem kongo étant différent de celui des "ngala", la force du léopard "ngo" ou sa puissance s'exprime intégralement à partir de cette souche ou racine éponyme pour exploser d'une manière physique et spirituelle en "NGOLO" et non en makasi (lingala), provenant d'un univers intime ou spirituel différent, tout en étant bantou.

Nos langues souffrant d'altérations diverses depuis le 15è siècle, il apparaît dangereux et inadéquat de d'expliquer à votre interlocuteur que "CO- NGO" avec un "c" en plus, signifie "chez le léopard" en lieu et place de l'explication exacte "KU-NGO". Notre histoire ayant été écrite par d'autres, il est plus que temps que nous remettions les pendules à l'heure et, les artistes dévoués comme Fredy MASAMBA doivent être aux premières loges.

Actuellement aux côtés de Ray Lema, je suis sûr et certain qu'il sortira grandi de cette expérience sous un aussi grand et remarquable parapluie-protecteur. Les clés de sa réussite est entre ses mains.
Fredy MASAMBA se trouve dans la même foulée qu'Olivier TSHIMANGA, je leur souhaite de ne dévier du chemin qu'ils ont pris.

2.Posté par MIV L''''ANGE NOIR le 08/11/2013 22:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour à tous! la prémière fois que j'ai vu le clip sur Trace TV, j'ai dit voilà ce que j'ai envie de voir et d'entendre, saoulé par le coupé décalé qui ne dit rien et la vilaine Rumba Actuelle, j'étais emu, une émotion positive pénétra tt mes sens. Fredy Massamba, on dirais feu JACQUES LOUBELO dans un autre régistrre parceque plus travaillé. Je m'incline. Bravo, je comblé et le plus : Un Congolais Bravo!

3.Posté par plates excuse le 12/11/2013 10:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
C'est vrai, il est excellent.

Nouveau commentaire :

Publions des commentaires constructifs pour avancer

RD Congo | Actualités | Football | Beauté et Mode | RD Sport | RD Economie | Handball | RD Société | Les arts | Gouvernement | RD Album | Arts martiaux | Monde | High Tech | Basket-ball | Indiscretions | Athlétisme | Sports | Portraits | Autres Sports | Interviews | Tennis | Afrique | Interviews Sports | Maghreb | Dans les bacs | Festivals | Rétrospective | Paroles de chansons | Livres | Divertissement | Cuisine congolaise | Vitrine | Ambassades | Actualité RDC | Sante | Economie | RD Politique | RD Tribune | Ils ont dit | Polémique | Live | Concert | Société | Zoom | Anecdotes