Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Humeur : L’alcool ruine le footballeur congolais


Par La Semaine Africaine | Dimanche 6 Mai 2012 | Lu 412 fois | 0 Commentaire



La baisse du football congolais, on en parle. Elle ne serait pas seulement imputable aux seuls dirigeants, techniciens et arbitres. Les footballeurs, eux-mêmes, n’en sont pas moins responsables. Il faut savoir ce qu’on veut. Sport et alcoolisme ne font pas bon ménage. Hélas, l’alcoolisme est en train de bousculer le footballeur congolais, de prendre le dessus sur le sport. C’est une réalité gênante.

Des vedettes passent pour des attaquants intraitables d’un autre genre. L’alcool n’a pas plus de secret pour eux. Ils arrosent chaque fin de séance d’entraînement d’alcools de toutes sortes. De même qu’ils sont abonnés à la drogue. L’histoire des vedettes faisant le tour des bistrots n’est pas imaginaire. C’est une réalité. Certains ne sont satisfaits et ne se lèvent de leurs tabourets qu’après avoir maltraité des dizaines de Guinness. Il n’y a point d’adversité. Cela a fait dire à quelqu’un que les joueurs se reconnaissent comme des descendants authentiques d’un même dieu nommé Bacchus. On voit bien ces joueurs déferler, joyeusement, dans les bistrots populaires de Moungali, Poto-Poto, Ouenzé, Talangaï, Bacongo, Makélékélé. L’amour fraternel les invite, tous, à boire autant que le permet leur bourse propre et, parfois, aussi, malheureusement, celle de leurs supporters.
Tout cela se ressent sur le terrain. Le spectacle est insipide. Conséquence: les matchs se disputent, de plus en plus, devant des banquettes vides. Même certains clubs célèbres n’arrivent plus à mobiliser leurs cargaisons de supporters. Les gens préfèrent aller à la pêche, au lieu d’être dans les gradins des stades.
Que faut-il faire? Plutôt que de se contenter de leurs prestations sur le terrain, les dirigeants devraient, peut-être, jeter un coup d’œil sur la vie de tous les jours de leurs joueurs, dont certains, en marge de ce qui précède, sont, également, tombés dans le travers de la pourriture que constitue la prostitution. La célébrité de certaines vedettes tient, actuellement, non seulement à leur talent, mais aussi à leurs exploits dans ce domaine. La conséquence directe est une dégénérescence morale et physique des joueurs.
On concevrait très mal que le joueur livré, mains et pieds liés, à l’alcoolisme, à la corruption et à la prostitution reste longtemps en activité et contribue, honnêtement, aux succès de son équipe. En réalité, cette intense activité est, plutôt, nuisible et à sa santé physique et morale et à sa forme technique.
Alors, il est urgent d’installer des garde-fous contre ce phénomène, dans les clubs. Qui fera le premier pas?

Salomon BABOTE
Lu 412 fois


Nouveau commentaire :

Publions des commentaires constructifs pour avancer

RD Congo | Actualités | Football | Beauté et Mode | RD Sport | RD Economie | Handball | RD Société | Les arts | Gouvernement | RD Album | Arts martiaux | Monde | High Tech | Basket-ball | Indiscretions | Athlétisme | Sports | Portraits | Autres Sports | Interviews | Tennis | Afrique | Interviews Sports | Maghreb | Dans les bacs | Festivals | Rétrospective | Paroles de chansons | Livres | Divertissement | Cuisine congolaise | Vitrine | Ambassades | Actualité RDC | Sante | Economie | RD Politique | RD Tribune | Ils ont dit | Polémique | Live | Concert | Société | Zoom | Anecdotes