Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Humeur. La folie inexplicable des supporters brazzavillois


Par SDC, Starducongo.com | Samedi 9 Avril 2011 | Lu 624 fois | 0 Commentaire



Humeur. La folie inexplicable des supporters brazzavillois
Battus de belle manière le 27 mars 2011 (3-0) par les Black Stars du Ghana, les Diables rouges du Congo ont été vengés de manière sauvage par leurs supporters à la fin de la rencontre. Des établissements commerciaux et des véhicules ont été endommagés. Particulièrement le long des avenues Trois Martyrs, de la Paix et de la Tsiémé. Assommés par un score qui aurait pu être multiplié par deux, les vandales ont mis une croix sur l’improvisation et l’inorganisation qui collent aux jambes des Diables rouges comme la chair à l’os. Certes, perdre un match aussi important à domicile est une pilule difficile à avaler, mais pouvait-il en être autrement face à une équipe ghanéenne homogène, bien organisée et qui draine un palmarès élogieux au plan continental et mondial ?

Une victoire méritée

Quoiqu’on dise, les Etoiles noires ghanéennes ont mérité leur victoire. Ils l’ont d’ailleurs obtenue sans appuyer sur l’accélérateur, marquant des buts comme à l’entraînement. Surchauffé, le public congolais a trépigné d’impatience sur les gradins, pendant que le coach Ngakosso et les onze acteurs sur le terrain s’échinaient en vain à trouver la recette miracle pour rever-ser la vapeur.

Courroucés de voir leur équipe recevoir une véritable leçon de football sans réagir, les supporters congolais ont d’abord commencé par déverser leur colère sur les joueurs qu’ils ont conspués sans ménagement. Dans leur élan, ils ont ensuite abreuver, dans un vacarme assourdissant, les officiels de reproches divers, au point où certains, à l’instar du ministre des sports, ont du quitter le stade avant la fin du match, par crainte des représailles. Une attitude blâmable, car, la désertion de la tribune par les officiels peut, dans certaines circonstances démotiver les joueurs. En fin de compte, après le départ du ministre des sports, les Black stars aggravent le score et la goutte d’eau tant redoutée déborde du vase. Chauffés à blanc par ce score humiliant, les supporters sortent du stade avec des idées noires. Ils s’en prennent aux établissements commerciaux et aux véhicules des particuliers qu’ils pillent et endommagent de manière violente.

Des innocents ont payé

Le paradoxe est que les propriétaires de ces établissements et engins n’ont aucun lien avec le score du match en question. La proximité de leurs structures et de leurs biens avec les principales artères empruntées par les vandales est la seule explication des actes de vandalisme pour lesquels certains acteurs ont été arrêtés par la police.

La forte concentration des forces de l’ordre dans le stade et en dehors doit se prolonger le long des artères fréquentées par les supporters dont on connaît les débordements à l’issue de certaines rencontres sportives remportées ou perdues. Le 27 mars 2011, à cause du comportement repréhensible de quelques fanatiques, des innocentes gens ont payé. Le long de l’avenue des Trois Martyrs, l’immeuble Bouka, situé non loin du Centre de santé Intégré Jane Vialle à Ouenzé, la pâtisserie Ali Nafoura à Moungali et plusieurs véhicules ont été endommagés. Une folie inexplicable, alors que les Congolais étaient toujours appréciés pour leur fair play. Plusieurs fois, le public congolais a chaleureusement applaudi les footballeurs d’autres pays pour leurs prestations sans placer dans son collimateur les citoyens innocents des quartiers de Brazzaville. Comme partout ailleurs, quelques voix se sont élevées contre les joueurs responsables d’une défaite des Diables rouges, sans pour autant susciter des représailles généralisées dans les quartiers contre des personnes étrangères au déroulement du match. C’est autant dire que la métamorphose qui s’est opérée actuellement parmi les supporters n’est pas de nature à permettre demain à notre pays d’organiser des compétitions continentales.

Talangaï, mauvais exemple

Les supporters en provenance du 6ème arrondissement s’affichent comme des leaders dans ces actes de démolition publique. Ils se croient tout permis. Qu’il s’agisse des évènements sportifs ou politiques, ils sont prompts à la casse, à des actes de pillage et de vandalisme. Pendant la campagne électorale en 2009, les riverains de l’Avenue des Trois martyrs redoutaient leur retour du Boulevard Alfred Raoul où se déroulaient les meetings politiques. Arborant les tee-shirts de leurs candidats, ils s’illustraient par des chansons obscènes et des actes de vandalis-me contraires aux mots d’ordre des candidats qu’ils soutenaient. Dans les deux cas, ils se sont toujours pré-sentés comme de militants et sup-porters ambigus, mais qui profitent des échecs et suc-cès de leurs idoles pour se livrer à des pillages.

Les débordements de ce genre sont devenus répétitifs sur l’avenue des Trois Martyrs. A 2 - 0, le 27 mars 2009, le Ministre des sports Jacques Yvon Ndo-lou, certainement conseillé par ses propres services qui avaient déjà flairé la rage du public, a quitté le stade Alphonse Massamba Débat sur la pointe des pieds.

A 3-0, les forces de l’ordre auraient dû prendre des dispositions pour canaliser le retour des supporters dans les quartiers. Elles disposent d’engins flambant neufs qui ont émerveillé le public lors du défilé militaire et civil le 15 août 2010. Or, leurs conducteurs préfèrent la parade en temps normal à leur usage à bon escient.

Tant que les supporters brazzavillois n’auront pas compris que les Diables rouges ont eu à faire avec plus coriaces qu’eux, ils s’arracheront les cheveux inutilement. Durant toute la rencontre, ils n’ont fait que courir derrière le ballon, parfois plus vite que le ballon, multipliant des passes à l’adversaire et se télescopant honteusement …Les journalistes de l’audiovisuel public ont rejeté la responsabilité de l’échec sur les arbitres, mais tout observateur averti sait que les raisons de la défaite sont endogènes. Les Ghanéens ont joué très décontractés, marquant facilement des buts qui semblaient programmés. Quarante huit heures plus tard, ils ont arraché un match nul (1-1) face à l’équipe nationale anglaise au stade Wembley.

En faisant échec aux coéquipiers de Franck Lampard, les Black Stars ont prouvé que leur victoire à Brazzaville le 27 mars dernier était méritée. Face au même adversaire européen, les Diables rouges auraient-ils pu faire mieux ? Eux qui ont été incapables d’inscrire le moindre but chez eux, au stade Massamba-Débat face aux Ghanéens?

Mwana Mboyo (Le Patriote)
Lu 624 fois


Nouveau commentaire :

Publions des commentaires constructifs pour avancer

RD Congo | Actualités | Football | Beauté et Mode | RD Sport | RD Economie | Handball | RD Société | Les arts | Gouvernement | RD Album | Arts martiaux | Monde | High Tech | Basket-ball | Indiscretions | Athlétisme | Sports | Portraits | Autres Sports | Interviews | Tennis | Afrique | Interviews Sports | Maghreb | Dans les bacs | Festivals | Rétrospective | Paroles de chansons | Livres | Divertissement | Cuisine congolaise | Vitrine | Ambassades | Actualité RDC | Sante | Economie | RD Politique | RD Tribune | Ils ont dit | Polémique | Live | Concert | Société | Zoom | Anecdotes