Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Il était une voix... Le crooner SAAK SAKOUL 1er


Par | Lundi 21 Décembre 2015 | Lu 2149 fois | 2 Commentaires

Kinshasa, (Starducongo.com) - L'ancien disciple de l'orchestre Sosoliso du trio Madjesi, connait depuis un bon bout de temps, des sérieux problèmes de santé.



SAAK SAKOUL 1er.
SAAK SAKOUL 1er.
Le virtuose du chant et de la danse

Installé en France depuis plusieurs années, précisément après l'éclatement de l'orchestre Sosoliso, Saak Sakoul 1er s'était toujours magnifiquement entouré de musiciens cosmopolites, dans une synthèse entre individualités et communauté où la rumba filtrait avec les mélodies métissées. Mais, hélas ! pour sa constante mauvaise état de santé , il n'a pu permettre l'émergence d'une oeuvre vivante et belle d'un idiome artistique nouveau.

Il a l'impression d'être abandonné par ses collègues

Dans l'interview qu'il a accordé à notre confrère Robert Kongo correspondant en France copyright le Potentiel, Saak Sakoul de son vrai nom Bonghat Tshekabu, s'est exprimé comme suit : "Il a l'impression d'être abandonné par ses collègues artistes musiciens résidant en France, bien qu'informés de son état de santé ne viennent pas lui rendre visite, à l'exception de Dona Mobéti. Aussi, il affirme avec force que ça lui fait très mal ; = Bomoto pe bolingo kati na biso balanga nzembo ya Congo ezali wapi = ? (où est l'unité et l'amour entre les artistes musiciens congolais ?) C'est vraiment triste. Néanmoins, il croit en sa guérison. Certes, il est un peu fatigué parce qu'il a été très malade, mais il va de mieux en mieux.

A l'attention des Autorités congolaises

A la question de savoir s'il a un message à adresser aux autorités congolaises, il leur demande de protéger et d'encourager notre culture. Le chanteur, le musicien, le dessinateur, le comédien, le sculpteur... sont la vitrine de notre culture. Toucher à la culture, c'est toucher à son âme."

Pour la petite histoire

En 1968 sous l'égide de Verckys Kiamuangana, L’orchestre VEVE va apporter un nouveau souffle à la musique congolaise. Tout Kinshasa sera conquis par les jeunes et talentueux musiciens qui avaient décidés à révolutionner la musique congolaise, avec comme acteurs potentiels, le chef Kiamuangana «l’homme aux poumons d’acier » et une attaque « bazooka » qui fera date dans l’histoire de la musique congolaise moderne : le trio Saak Sakoul, Mario Matadidi et Loko-Massengo « Djeskin ».

1972, l’orchestre VEVE au sommet de sa gloire, après mieux que jamais s’être affirmé comme un inépuisable créateur des talents nouveaux perd l’attaque « bazooka » Saak Sakoul, Mario Matadidi et Loko-Massengo « Djeskin » qui se sont vu léser dans leurs droits en tant qu’employés dans l’orchestre VEVE.

1972, l’avènement du « TRIO MADJESI » est comparé à une révolution rythmique. Sa renommée commence lorsqu’il invente des figures chorégraphiques qui donnent à son spectacle scénique une découverte inédite. Le trio va suivre toute une série de succès dû à la fois à l’engouement provoqué par ce sport et la qualité de ses harmonies vocales. Ses premiers succès s’intitulent « Feza », « Longoma Olive », « Camarade ekufaka », « Butteur »….Pas étonnant qu’on ait baptisé sa musique de « révolutionnaire », un genre unique que l’on a comparé aux Beatles. De 1972 à 1975 c’est le règne du TRIO MADJESI sur le plan national et international. Un élément important pour la vulgarisation de la nouvelle musique congolaise : introduction du spectacle, organisation scénique, valorisation culturelle et synchronisation chorégraphique. Un véritable mythe rénovateur

Les belles choses, hélas ! Ne durent pas, le Trio va être victime d’une machination politico-culturelle minutieusement organisée par l’administration Luambo-Makiadi, alors que le groupe préparait l’Olympia. Les mauvaises langues vont spéculer, jusqu’à atteindre la sphère politique. L’UMUZA (Union des musiciens zaïrois) y apporte son grain de sel pour fustiger le caractère occulte du Trio dont les composants sont traités d’usurpateurs et seront contraints de regagner leur pays respectifs (Angola) pour Mario Matadidi, (Congo-Brazzaville) pour Loko-Massengo, seul Saak Sakoul, originaire de la RDC est resté à Kinshasa, avant de rejoindre plus tard la France, tout comme Loko-Massengo (actuel président de l'UMCD "Union des musiciens congolais de la diaspora" - Brazzaville)
Souhaitons à Saak Sakoul une bonne guérison.

Clément Ossinondé
clementossinonde@starducongo.com

Lu 2149 fois


Vos commentaires:

1.Posté par YAMOUWONDA le 22/12/2015 13:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ah Ah au bar MADINGA , rendez point de la commune de Makelekele derrière le PSP , souvenirs souvenirs avec photo ya Madjesi na ko bomba na soutien.

2.Posté par Jannat le 04/01/2016 11:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je découvre ton site il est magnifique super bravo à toi .

Nouveau commentaire :

Publions des commentaires constructifs pour avancer

RD Congo | Actualités | Football | Beauté et Mode | RD Sport | RD Economie | Handball | RD Société | Les arts | Gouvernement | RD Album | Arts martiaux | Monde | High Tech | Basket-ball | Indiscretions | Athlétisme | Sports | Portraits | Autres Sports | Interviews | Tennis | Afrique | Interviews Sports | Maghreb | Dans les bacs | Festivals | Rétrospective | Paroles de chansons | Livres | Divertissement | Cuisine congolaise | Vitrine | Ambassades | Actualité RDC | Sante | Economie | RD Politique | RD Tribune | Ils ont dit | Polémique | Live | Concert | Société | Zoom | Anecdotes