Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Il fallait «na telama», dit le président du R.c, Claude Alphonse N’Silou


Par La Semaine africaine | Lundi 5 Octobre 2015 | Lu 726 fois | 0 Commentaire

A la suite des rencontres qu’il a entamées avec les militants de son parti, cette semaine, pour clarifier sa position dans le débat sur la Constitution, une rumeur a envahi la capitale comme quoi, Claude Alphonse N’Silou, actuel ministre de la construction, l’urbanisme et de l’habitat, a démissionné du gouvernement.



Claude Alphonse N’Silou
Claude Alphonse N’Silou
Le président du R.c (Rassemblement citoyen) a réagi en disant: «Dans notre majorité présidentielle, d’aucuns sont pour le changement de la Constitution et d’autres non. Mon parti est de ces derniers. La majorité présidentielle est plurielle, parce que les accords qui nous unissent disposaient de soutenir Monsieur Denis Sassou-Nguesso à l’élection présidentielle, pour qu’on gouverne ensemble à la victoire. Ces accords ne stipulaient nullement de changer la Constitution en cours de mandat. Le R.c n’est toujours pas convaincu par l’approche actuelle du P.c.t. Nous restons convaincus qu’il faut passer cette étape par le dialogue, pour aboutir à un compromis politique. Et c’est cette approche qui va garantir la paix. La passion commence de part et d’autre à prendre le dessus sur la raison. Il fallait «na telama» (Il fallait que je me lève), dit-il.
Lu 726 fois


Nouveau commentaire :

Publions des commentaires constructifs pour avancer

Politique