Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Imbroglio autour d’un départ: Héritier Wata défie Werrason


Par Groupelavenir.org | Samedi 12 Septembre 2015 | Lu 2211 fois | 1 Commentaire



Werrason et Héritier Wata
Werrason et Héritier Wata
Une provocation voilée

Ce n’est un secret de polichinelle que de dire que le chanteur Héritier Wata ne fait plus partie de l’orchestre Wenge Musica Maison Mère. Il a quitté ce groupe qui lui a fait découvrir le boulevard du succès et l’a a fait connaître du grand public.

Parti tambour battant, ce chanteur ne cesse de surprendre plus d’un de par des propos désobligeants qu’il distille à longueur de journées sur les antennes des différentes chaînes de télévision de la place à l’encontre de son bienfaiteur et ancien mentor Werrason.

En effet, plusieurs fois au cours de ces différentes émissions, cet artiste ne tourne point sa langue dans sa bouche plus de soixante-dix fois avant de vociférer : « L’art de tresser les cheveux est l’apanage des musiciens de basse classe. Pour le recrutement des musiciens au sein de mon orchestre, je n’attends rien des fans qui n’ont pas droit de m’imposer quoi que ce soit… Personne ne m’a formé et nul ne peut prétendre m’avoir guidé car, je suis le fruit de mes talents artistiques. Je suis décidé à faire de la musique universelle et jamais celle des « kuluna », etc.

On aura remarqué qu’à travers ses propos voilés, il y a de la rancœur et des quolibets adressés au Roi de la forêt qui, pendant plusieurs années l’a considéré comme un proche et sincère collaborateur.

Werra le phénomène

Le phénomène Werrason est une grande personnalité dans la musique congolaise. A lui seul, il incarne toute une génération. Beaucoup de choses se sont créées autour de son nom. Autant d’artistes que lui-même façonne à son image finissent toujours par le payer en monnaie de singe.

On retiendra que depuis la fondation de l’orchestre Wenge Musica Maison Mère, la bonté de Werrason s’est toujours butée à une incompréhension dans le chef des musiciens qui viennent se coller à lui dans le but abject de lui arracher sa popularité. Ils viennent toujours claironnant au bout des lèvres et s’éclipsent sur la pointe de pieds après avoir atteint leur objectif : celui de chercher noise à Ngiama Makanda et de croire qu’en se retirant de la majorité plurielle, l’édifice de Werrason va s’écrouler. Erreur !

Son charisme aidant, le succès de Werrason a débordé les frontières nationales. On parle de lui dans pratiquement tous les pays du continent. Tout le monde veut voir cet artiste en live et connaître, au besoin, le secret de sa brillante réussite sur le plan musical.

En dépit de nombreux coups qu’on ne cesse de lui asséner, Werrason ne désempare point. Il demeure toujours le même. Profitant de sa notoriété de grande star africaine, ses anciens collaborateurs se prélassent tels des conquistadors croyant avoir trouvé le salut oubliant que selon le principe divin, il n’est pas donné à tout le monde de diriger. C’est un don naturel. Certains étaient partis, tambours battant, de Wenge Musica Maison Mère et sont revenus toute honte bue s’agenouiller humblement devant les « bana zamba » pour demander pardon. D’autres, acérés, continuent encore à persévérer dans leurs aventures infâmes croyant faire plus que ce que l’Ambassadeur de la paix avait fait pour eux.

Truffé des caciques

Même dans l’entourage de Werrason, il y a des caciques dont les boussoles ont cessé de fonctionner depuis des lustres et ne sont là que pour des commissions personnelles. A l’occasion, ils n’hésite pas de prendre la poudre d’escampette salissant ainsi le dossier de la majorité plurielle pour de prochaines chevauchées.

A Kinshasa et pourquoi pas dans toutes les grandes villes de la RDC, nous le savons, il y a des artistes polis tout comme il y en a aussi des impolis.

Au moment où il venait de faire son entrée au sein de Wenge Musica Maison Mère en remplacement de Ferre à cause de sa voix, les autres membres du groupe se sont vite rendu à l’évidence de l’attitude arrogante du jeune chanteur Héritier Watanabe qui voulait dicter sa loi même sur les autres musiciens qu’il avait trouvé sur place au sein du groupe cher à Ya Ngiama. Nommé « ayant droit » par des tournures dont lui-même connaissait les tenants et les aboutissants, Wata avait commencé à en faire voir de toutes les couleurs à ces collègues. On se rappellera de la bagarre qui l’avait opposé à l’animateur Brigade Sarbati qui s’en est tiré avec une grave blessure sur la tête. Ce qui l’a obligé d’être hospitalisé pendant un long temps avant de prendre la décision de ne plus jamais rentrer dans Wenge Musica Maison Mère travailler sous le régime totalitaire de Watanabe…

Départs en cascade

On en était encore jusqu’au moment où, répondant spontanément à l’appel attendrissant de la branche « Koffi Central », le chanteur Mbululu Fabrigas « les Métis noir » a, lui aussi, claquer la porte de Wenge Musica Maison Mère…

Sur cette ligne des mécontents, il y a aussi les chanteurs « Beau gars » et Déplic » qui ont quitté Werrason pour aller évoluer ailleurs.

A la question de savoir pourquoi tous ces musiciens quittent le groupe Wenge Musica Maison Mère, tous nous ont répondu de la même façon : « Aussi longtemps que Wata Héritier sera là, nous préférons aller évoluer ailleurs »…

La vase ayant ainsi contenu une quantité d’eau sale et remplie jusqu’à la lie, elle a fini par éclater par le départ de Watanabe Héritier qui avait pris l’entreprise Wenge MMM comme étant sa maison où il pouvait dicter sa loi comme il le voulait.

En dehors de ses propos provocants sur des chaînes de télévision, le chanteur Héritier Watanabe tient le même jour que Wenge MMM ses séances de répétition chez Sony Ecce-Homo sur l’avenue Gambela à quelques encablures de la « Zamba Playa ». Souvent, les fans de deux groupes finissent par mesurer leurs biceps à la fin des répétitions. Très fâché contre Sankara de Kunta et en qualifiant Werrason d’être un faux vieux, Héritier dit qu’il organisera aussi des concerts trois jours d’affilée à Kinshasa pour prouver sa force et défier qui que ce soit. Mais cette attitude qui frise la provocation n’est pas l’apanage des anges…posés.

Pour l’honneur de la musique congolaise, le chanteur Watanabe Héritier ferait mieux de prendre son travail au sérieux en mesurant la grandeur des actes qu’il pose du moment où aujourd’hui, il est meneur d’un groupe musical. L’heure n’est plus aux balivernes mais plutôt au travail bien fait pour l’édification de la culture congolaise… L’orgueil conduit à l’irrespect, injure ne paie pas !

A bon entendeur…

Baudouin Kingunza Kikim Afri
Lu 2211 fois


Vos commentaires:

1.Posté par Jean le 15/09/2015 00:08 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il faut arreter de publier ces genres d''articles sans tete ni queue pour denigrer et salir la reputation d''Heritier Watanabe a cause de votre foutu de werra

Nouveau commentaire :

Publions des commentaires constructifs pour avancer

RD Congo | Actualités | Football | Beauté et Mode | RD Sport | RD Economie | Handball | RD Société | Les arts | Gouvernement | RD Album | Arts martiaux | Monde | High Tech | Basket-ball | Indiscretions | Athlétisme | Sports | Portraits | Autres Sports | Interviews | Tennis | Afrique | Interviews Sports | Maghreb | Dans les bacs | Festivals | Rétrospective | Paroles de chansons | Livres | Divertissement | Cuisine congolaise | Vitrine | Ambassades | Actualité RDC | Sante | Economie | RD Politique | RD Tribune | Ils ont dit | Polémique | Live | Concert | Société | Zoom | Anecdotes