Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Institut français du Congo : Manifeste de Gastineau Massamba


Par Institut français du Congo | Samedi 7 Avril 2012 | Lu 581 fois | 0 Commentaire



 Institut français du Congo : Manifeste de Gastineau Massamba
Pinceaux, marteaux, rabots, crayons ou même néons, les artistes ne devraient pas s’embarrasser des questions de matériaux et d’outils pour s’exprimer : qu’importe le médium du moment qu’il permet de faire passer le discours. C’est dans cette optique que Gastineau Massamba, après de nombreuses années passées à peindre, s’est débarrassé des outils « traditionnels » pour se tourner vers... les aiguilles.

A la faveur d’une pénurie de peinture et de pinceaux, sans amis disponible pour lui envoyer tout cela depuis l’Europe, Gastineau s’est vu contraint d’entamer une réflexion sur la matière-même de sa pratique.

Connaissant le personnage, on s’imagine qu’en regardant passer les filles celui-ci s’est décidé à exploiter les fils de leurs tissages, ne pouvant se retenir de s’exprimer trop longtemps ! C’est cette nécessité de dire et de raconter que l’on retrouve aujourd’hui sur ces nouvelles toiles.

Si Gastineau a longtemps dépeint un monde coloré mais autiste, fait de chiffres et de symboles cabalistiques, cette matière nouvelle vient chercher le spectateur, lui parler, l’invitant à exercer son devoir de mémoire, mobilisant ses références historiques, son sens critique comme son sens de l’humour. Les réflexions politiques se télescopent en gerbes de jeux de mots, de calembours, en une synthèse toute africaine du « marabout (-rgui ?), bout de ficelle ».

Vanités, enfants soldats et messages politiques se donnent à voir ou se cachent au contraire derrière des pans de toiles que Gastineau nous propose d’arracher pour découvrir une vérité nouvelle, jusqu’ici inaccessible. En nous plaçant dans une position d’acteur, en nous mettant face à nos choix personnels (découvrir ou non ce qui se cache derrière ses fenêtres), Gastineau évoque tout autant la difficulté de faire face à la vérité que le rapport sacralisé entre l’œuvre et son public.

Nous vous invitons donc à venir, à pas de loups, faire l’expérience de ces toiles : sur un grand drap noir recouvrant le sol de l’IFC, nous vous proposons d’entendre les secrets de polichinelle de Gastineau Massamba. Histoire personnelle et Histoire avec un grand H s’y croisent, entremêlées comme les pelotes de fil dont l’artiste a fait sa matière première.

DU 11 AVRIL AU 27 MAI
- ENTRÉE LIBRE ET GRATUITE
- VERNISSAGE LE 11 AVRIL A 18H30
Lu 581 fois


Nouveau commentaire :

Publions des commentaires constructifs pour avancer

RD Congo | Actualités | Football | Beauté et Mode | RD Sport | RD Economie | Handball | RD Société | Les arts | Gouvernement | RD Album | Arts martiaux | Monde | High Tech | Basket-ball | Indiscretions | Athlétisme | Sports | Portraits | Autres Sports | Interviews | Tennis | Afrique | Interviews Sports | Maghreb | Dans les bacs | Festivals | Rétrospective | Paroles de chansons | Livres | Divertissement | Cuisine congolaise | Vitrine | Ambassades | Actualité RDC | Sante | Economie | RD Politique | RD Tribune | Ils ont dit | Polémique | Live | Concert | Société | Zoom | Anecdotes